Un seul rapport non protégé suffit-il pour contracter une IST ?

J'ai peu de rapports sexuels. Un seul rapport peut-il suffire à transmettre les "agents" responsables des IST ?

Rédigé le , mis à jour le

Un seul rapport non protégé suffit-il pour contracter une IST ?

Les réponses avec le Dr Jean-Marc Bohbot, andrologue, et le Pr Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital Tenon :

"Un rapport sexuel ne transmet pas forcément des IST, mais un seul rapport peut suffire. Des personnes ont été contaminées par un seul rapport quel que soit le type de rapport sexuel. Il ne faut pas oublier que les rapports bucco-génitaux sont quasiment à 100% non protégés et sont des bons agents de transmission des IST (fellation, cunnilingus, anulingus...). Ces rapports ne sont pas toujours considérés comme des actes sexuels, mais ils sont très pourvoyeurs d'IST.

"Les agents infectieux pénètrent par des lésions, des lésions non visibles. C'est aussi le problème du suivi. Évidemment on ne peut pas faire un examen vaginal régulier, les examens anaux sont beaucoup plus rares et les examens buccaux ne sont pas non plus très fréquents dans la prévention des IST. Mais on sait que c'est un surrisque."

"Certaines IST peuvent se transmettre même s'il n'y a pas de lésions dans la bouche. Il suffit simplement d'un contact de muqueuse à muqueuse pour transmettre la bactérie."

"Les germes se développent à l'endroit où ils sont arrivés hormis le VIH ou les hépatites qui eux, vont se disséminer. Généralement les IST restent à l'endroit où le germe a pénétré, cela donne des lésions génitales si on a eu un rapport génital, des lésions anales ou des infections au niveau de la gorge. Le problème, c'est que la grande majorité de ces infections souvent ne donnent pas de symptômes au moins au début. On peut donc voir évoluer la maladie et surtout continuer à transmettre le microbe. Car ce n'est pas parce que l'on n'a pas de symptômes qu'on n'est pas contagieux."

"Lorsque l'on est face à des accidents d'exposition (préservatif qui a cassé...), on fait très souvent des prélèvements systématiques de gorge avec la PCA sur le gonocoque et les chlamydias. On est très surpris des portages asymptomatiques. Les germes vont rester dans l'organisme à la localisation génitale mais après un rapport, par exemple après une fellation, ça peut être transmis. On est très surpris par les formes asymptomatiques."

En savoir plus sur la sexualité des seniors

Dossier :

Questions/réponses :

Sponsorisé par Ligatus