Tabac : bientôt le paquet à 7,50 euros ?

Le député UMP Yves Bur vient de remettre un rapport au ministre de la Santé, où il propose différentes mesures pour baisser la consommation de tabac des Français. Augmentation du prix du paquet de cigarettes, taxation plus élevée des cigarettiers…

Rédigé le

Tabac : bientôt le paquet à 7,50 euros ?
Tabac : bientôt le paquet à 7,50 euros ?

Pour en finir avec les "60 000 morts par an du tabagisme", le député UMP Yves Bur veut s’en prendre au porte-monnaie des consommateurs et des cigarettiers. Il vient de rendre à Xavier Bertrand, ministre de la Santé, un rapport où il énumère un certain nombre de propositions de mesures pour lutter contre les effets du tabagisme en France.

Ses propositions ont pour ambition de diviser par deux le nombre de fumeurs, pour que moins de 15 % de la population fume en 2025 contre 30 % aujourd'hui.

Un paquet neutre, à 7,50 euros minimum

Première réforme choc proposée : augmenter le prix du paquet rapidement, pour arriver à 7,50 euros minimum le paquet en 2013 (contre 5,70 euros aujourd’hui). Cette augmentation devra être opérée par les industriels, ou par la fiscalité si les cigarettiers s’y refusent.

Il préconise aussi d'imposer aux fabricants un "paquet neutre standardisé", peu attractif, et d'introduire la "vente sous le comptoir", c'est à dire ne plus exposer les paquets de cigarettes dans les bureaux de tabac.

Des cigarettiers plus taxés

Faisant le constat que "l'industrie du tabac est la seule à ne pas payer pour les dégâts qu'elle génère", Yves Bur propose d'instaurer une taxe sur le chiffre d'affaires des fabricants. "Les recettes fiscales du tabac sont de l'ordre de 11 milliards d'euros par an, dit-il, alors que le coût des maladies liées au tabac atteint 18 milliards, soit un reste à charge de 7 milliards d'euros, l'équivalent de 70 % du déficit de la sécurité sociale pour 2012. Il préconise donc d’instaurer une taxe sur les chiffres d’affaires des fabricants.

Les buralistes ne sont pas épargnés. Le député recommande de revoir leur statut, afin "de ne plus lier leur rémunération au volume de ventes de tabac". Pour qu’ils n’aient pas intérêt à inciter les consommateurs à l’achat.

Le député souhaite renforcer les moyens de faire appliquer les interdictions en vigueur, dont l'interdiction de vente aux mineurs, avec des opérations testings et des sanctions dissuasives pouvant aller jusqu'à la révocation de licence.

Accompagnement des fumeurs

Pour aider les fumeurs à s'arrêter, le rapport recommande une prise en charge gratuite pour les personnes en ALD (affections de longue durée), les femmes enceintes et les bénéficiaires de la CMU.

Certaines mesures paraissent assez difficiles à appliquer, comme l'interdiction de fumer devant des enfants, en voiture, à la plage...

A l'approche de l'élection présidentielle, le député en appelle aux candidats : "Ce serait vraiment à l'honneur des candidats à la présidentielle de dire clairement qu'il feront de la lutte contre le tabagisme le chantier présidentiel en termes de santé".

En savoir plus