Médecins du monde interpelle les candidats à la présidentielle

L'organisation qui vient en aide aux plus démunis tire la sonnette d'alarme et dénonce les dysfonctionnements du système de santé en France. A deux mois des élections présidentielles, Médecins du monde lance une campagne de communication nationale, qui entend mettre les candidats face à leurs responsabilités.

Rédigé le

Médecins du monde interpelle les candidats à la présidentielle
Médecins du monde interpelle les candidats à la présidentielle

Un système de santé solidaire malade

Présidentielle 2012 : la campagne santé de Médecins du monde

Des centres d'accueils débordés, où 85 % des patients n'ont aucune couverture maladie, où deux tiers des enfants de moins de 7 ans ne sont pas à jour dans leurs vaccinations et où 68 % des femmes enceintes n'ont pas accès aux soins prénataux… Les chiffres présentés par Médecins du monde parlent d'eux-mêmes.

La France, détentrice du meilleur système de santé au monde ? Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'association n'y croit plus. Et face à une situation qu'elle juge très critique, l'organisation interpelle les candidats à l'élection présidentielle. Et veut ouvrir le débat…

Une politique qui rend malade

La faute à qui ? Dans cette dégradation de la situation, les responsables de l'ONG ont désigné leur coupable : ils pointent du doigt la politique gouvernementale menée depuis plusieurs années, et entamée bien avant l'arrivé de la crise financière. Une politique, selon Médecin de monde, destructrice de santé publique et pourvoyeuse de ruptures d'arrêt de traitements. Le gouvernement, et ceux qui l'ont précédé, auraient privilégié l'approche financière du soin et la gestion répressive des situation de détresse.

Pour renverser la tendance, les demandes de Médecins du monde sont précises. L'organisation exhorte les politiques à supprimer les "barrières" qui empêchent les étrangers en situation irrégulière et les plus fragiles d'accéder correctement aux soins. Ce qui passe par un assouplissement des conditions l'accès à l'AME (aide médicale d'Etat), qui n'ont fait que se durcir ces dix dernières années. Médecins du monde dénonce des situations absurdes, qui voient des personnes sans ressources car trop pauvres pour avoir le droit à la CMU et trop "riches" pour pouvoir se payer une mutuelle complémentaire…

L'association appelle aussi les politiques à cesser les prises de décisions sécuritaires et stigmatisantes, qui vont à l'encontre de la santé publique. Ce sont en effet les plus précaire qui sont victimes des politiques répressives. Médecins du monde réclame, entre autres, l'abandon du délit de racolage passif et l'arrêt des expulsions pendant les campagnes de prévention et de vaccination.

Les politiques publiques de logement, qui n'assure plus la protection minimale des personnes vivant dans la rue ou dans un logement précaire, seraient également un non-sens en matière de santé publique

Campagne nationale

Une campagne de sensibilisation en presse nationale et en affichage sera lancée la semaine du 27 février 2012. Avec ces photos montrant des têtes de "Marianne" sur des corps affaiblis et malades, où des corps de femmes enceintes, accompagnés de chiffres chocs, l'association veut frapper fort. Un tour de France des « roulottes Médecins du Monde », au départ de Lyon les 7 et 8 mars 2012, ira aussi à la rencontre des citoyens et des candidats, pour parler de la santé des plus démunis. De quoi nous amener à réfléchir à l'état de notre système de santé. Et faire notre choix électoral de manière (encore plus) éclairée.

En savoir plus