Handicap à l’école : de nouvelles mesures

Le ministre de l’Education nationale, a annoncé, ce lundi 12 septembre 2011, la création de 4 000 contrats aidés, destinés à l’aide des directeurs d’école. Une mesure qui devrait améliorer la disponibilité des chefs d’établissement. Et un temps qui pourrait ainsi être mis à profit à l’accueil des enfants handicapés.

Rédigé le

Handicap à l’école : de nouvelles mesures
Handicap à l’école : de nouvelles mesures

En ce moment, 2 000 contrats d'auxiliaires de vie scolaire (AVS) sont en cours de recrutement. Est-ce que ces mesures pourront satisfaire la demande, alors que l'Education nationale doit accueillir, cette année, 13 000 élèves handicapés de plus que l'année dernière ?

Sophie Cluzel, présidente de la Fédération Nationale des Associations au Service des Elèves Présentant une situation de Handicap (FNASEPH), reste perplexe.

  • Luc Chatel a annoncé ce matin, le financement de 4 000 contrats aidés destinés à l'aide aux directeurs d'école. Cette mesure peut-elle favoriser l'accueil des enfants handicapés ?

S. C : "Luc Chatel a obtenu ces 4 000 postes afin de redonner de la disponibilité aux directeurs d'école. On peut imaginer que cette aide va alléger le travail administratif du chef d'établissement, qui pourra ainsi s'impliquer encore davantage dans le projet de l'école, et notamment dans l'aide à la scolarisation des enfants handicapés."

  • L'Education nationale est en train de recruter 2 000 contrats d'auxiliaires de vie scolaire. Est-ce suffisant ?

S. C : "2 000 contrats de plus, c'est bien. Mais d'un autre côté, il y a cette année, 13 000 enfants handicapés de plus que l'année dernière, inscrits à l'école en milieu ordinaire. Cela représente 25 % des élèves scolarisés, qui auront besoin d'un auxiliaire de vie scolaire (AVS) . Sachant qu'ils s'occupent chacun de 3 enfants maximum, le calcul est simple : rien que pour les nouveaux inscrits, il faut au moins 1000 AVS ! Ajoutons à cela, les élèves déjà en attente d'AVS et notifiés sur l'année dernière, soit environ 5 000 AVS. On voit bien que cela ne suffit pas à pourvoir les notifications en attente et à venir."

  • Est-ce qu'il suffit juste de recruter davantage d'auxiliaires de vie scolaire pour améliorer la scolarisation des enfants handicapés ?

S. C : "Le Président de la République s'était engagé à recruter dès la rentrée 2011, des auxiliaires de vie scolaire "plus nombreux, mais aussi mieux formés et mieux rémunérés", disposant de véritables "perspectives de carrière". Or, il n' y a sur ce statut AVS, pas de véritable changement. L'AVS ne peut avoir qu'un contrat de 3 ans, renouvelable une fois. Et après cela, plus rien. C'est le chômage.

"L'AVS ne peut obtenir une validation de ses compétences, car sa formation ne lui donne pas droit à un diplôme. Résultat : après 6 ans d'exercice, il ne peut se professionnaliser. L'Etat ne considère pas l'AVS comme un métier, mais comme une fonction. Voilà ce qui nous préoccupe pour cette rentrée. C'est pourquoi, nous redisons notre volonté d'être partenaire à cette réflexion de la création d'un vrai métier d'accompagnement à la vie scolaire sociale et à l'insertion professionnelle."

En savoir plus

Sur Bonjour-docteur :

Et aussi :