Dossier médical personnel : 500 millions d'euros pour un dispositif encore peu utilisé

La mise en place du dossier médical personnel (DMP), un carnet de santé numérique peu utilisé par les professionnels, a coûté 500 millions d'euros depuis 2004, selon un document révélé samedi 4 janvier 2014 par le Parisien.

Rédigé le

Dossier médical personnel : 500 millions d'euros pour un dispositif encore peu utilisé
Dossier médical personnel : 500 millions d'euros pour un dispositif encore peu utilisé

Selon un document interne du Conseil national de la qualité et de la coordination des soins, révélé par Le Parisien et dont l'AFP a obtenu copie, "le montant total des financements alloués par le FICQS (Fonds d'intervention pour la qualité et la coordination des soins) à l'élaboration du DMP (dossier médical personnel), depuis 2004, s'élève à 500 millions d'euros."

Or, selon le quotidien, seuls 418.011 dossiers médicaux personnels étaient ouverts au 2 janvier 2014, largement en-deçà des objectifs. La plupart des dossiers contiendraient en outre très peu d'informations.

Environ 1.200 euros par dossier

Ce chiffre de 500 millions d'euros rejoint les estimations de la Cour des comptes. Elle indiquait dans un rapport publié en février 2013 que la mise en œuvre du dispositif avait coûté 210 millions d'euros entre 2005 et 2011. Elle ajoutait qu'en comptant les investissements complémentaires nécessaires au bon fonctionnement du dispositif, le coût global pouvait dépasser "le demi-milliard d'euros".

L'institution avait alors pointé des "défaillances" attestant "d'une absence particulièrement anormale de stratégie et d'un grave défaut de continuité de méthode dans la mise en œuvre d'un outil annoncé comme essentiel à la réussite de profondes réformes structurelles".

Un dispositif ambitieux

Lancé par l'ancien ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy, le DMP vise à regrouper les données médicales de chaque patient (synthèse du médecin traitant, résultats d'analyses, comptes rendus de soins hospitaliers) dans un dossier électronique.

L'objectif est d'améliorer la communication entre les professionnels de santé, éviter les examens redondants ou inutiles et donc, in fine, de permettre des économies à l'Assurance maladie.

L'actuelle ministre de la Santé, Marisol Touraine, s'est engagée à relancer le DMP dans le cadre de sa stratégie nationale de santé.

Elle a remplacé fin novembre le directeur de l'Asip-Santé, agence du ministère qui gère le DMP. "La ministre ayant annoncé une nouvelle stratégie et un nouveau directeur de l'Asip se mettant en place, on peut enfin espérer qu'un nouveau pilotage politique permettra d'éviter les erreurs", a déclaré à l'AFP le député PS de Haute-Garonne, Gérard Bapt.

"Il ne s'agit pas de mettre plus d'argent, mais que chaque euro dépensé soit un euro utile alors qu'aujourd'hui c'est un puits sans fin", a-t-il ajouté, estimant de son côté que le coût du DMP "approche le milliard d'euros" depuis son lancement.

 

En savoir plus sur le DMP

Sur Allodocteurs.fr :