Diabète : les greffes d'îlots de Langerhans sont-elles porteuses d'espoir ?

Où en est-on avec les greffes d'îlots de Langerhans ? Les greffes d'îlots de Langerhans sont-elles porteuses d'espoir ?

Rédigé le , mis à jour le

Diabète : les greffes d'îlots de Langerhans sont-elles porteuses d'espoir ?

Les réponses avec le Pr Jean-Jacques Altman, endocrinologue :

"Nous sommes à la fois en progrès et en sur place. La masse des îlots pancréatiques chez l'homme est de un gramme. Il y a donc un gramme de tissu déficient qui donne une maladie. C'est vraiment très peu. Nous sommes donc très tentés comme beaucoup d'autres organes (le rein, le cœur, le foie…) d'essayer de prélever ces îlots et de les réinjecter à des patients souffrant de la maladie. Malheureusement il y a beaucoup de soucis que n'ont pas les autres organes.

"Un de ces soucis correspond au fait que ces îlots soient nichés à l'intérieur du pancréas et sont donc très difficiles à isoler. Il y a d'autres soucis comme trouver des marqueurs qui vont signaler le rejet. Il n'y a pas de marqueurs si bien que le traitement anti-rejet est beaucoup plus difficile. Ces deux obstacles sont importants. Enfin le troisième obstacle, c'est qu'il faut une perfection absolue. Cela améliore en partie le diabète, mais s'il y a toujours un peu d'insuline ou si la glycémie n'est pas complètement normale… cela ne servirait à rien. Pour le rein, on greffe un seul rein et ensuite la situation s'améliore très nettement sans aucun souci. Vous n'avez plus de dialyse et vous êtes guéri.

"Dans le cas de la greffe des îlots de Langerhans, il y a une exigence de perfection qui fait que cette greffe est plus difficile que toutes les autres existantes."

En savoir plus sur le diabète

Dossier :

Questions/réponses :

Et aussi :