De l'or pour améliorer l'efficacité de la radiothérapie

Des nanoparticules d'or injectées à l'intérieur de tumeurs cérébrales permettraient d'améliorer l'efficacité du traitement par radiothérapie. C'est le résultat d'une étude menée sur des rats par des chercheurs de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Mais l'utilisation de ce métal ne serait pas sans risque pour l'organisme. 

Rédigé le

De l'or pour améliorer l'efficacité de la radiothérapie
De l'or pour améliorer l'efficacité de la radiothérapie

La radiothérapie reste bien souvent le seul traitement avec la chimiothérapie pour lutter contre un cancer. Elle s'avère généralement efficace, mais elle garde un inconvénient de taille. Les rayons X irradient la tumeur mais aussi le reste du corps. En clair : le traitement n'est pas spécifique.

Les gliomes sont des tumeurs du cerveau redoutables. L'espérance de vie des patients ne dépasse pas une quinzaine de mois après la découverte de la maladie. Le traitement par radiothérapie reste très délicat car les rayons X irradient tout le cerveau et affectent les régions qui ne présentent pas de lésion tumorale.

Dès lors, comment faire pour que le traitement ne cible que les cellules malignes ? C'est tout l'objet de la nanomédecine : utiliser des molécules actives de taille nanométrique, 70 fois plus petites qu'un globule rouge, pour les transporter à l'endroit précis ou elles seront utiles.

L'or, particulièrement sensible aux rayons X

Dans ce cas précis, les chercheurs ont utilisé des nanoparticules d'or, qu'ils ont injectées aux rats porteurs de gliomes. "L'objectif est de charger la tumeur avec ce que l'on appelle un élément lourd capable de capter les rayons X et d'en augmenter l'efficacité", explique Hélène Elleaume co-auteur des travaux. De façon générale, les rayons X secouent les atomes qui libèrent des électrons capables d'endommager les cellules, au point de les tuer. "Injectés au niveau de la tumeur, les atomes d'or sont particulièrement sensibles aux rayons X et libèrent de nombreux électrons qui entrainent encore plus de dégâts".

Chez les rats, les nanoparticules d'or ont permis d'augmenter l'espérance de vie des animaux de 24 à 42 jours. Pour l'équipe de l’Inserm, le résultat est prometteur, mais il n'est pas sans poser problème. Les tests effectués sur des rats sains montrent que l'injection de nanoparticules d'or est toxique pour leur organisme. Une étude toxicologique doit donc être effectuée avant d'espérer toute application pour l'homme. 

Source : "L'or améliore l’efficacité de la radiothérapie", Inserm, 23 mai 2013.

En savoir plus 

Sur Allodocteurs.fr :