Alerte à la salmonelle dans du Saint-Nectaire

Mercredi 5 septembre 2012, cinq tonnes de Saint-Nectaire ont été rappelées par les fabricants pour contamination due à des salmonelles.

Rédigé le

Alerte à la salmonelle dans du Saint-Nectaire

- Reportage de Claire Ricard, Marie Chagneau et Hervé Droguet -

 

Dans la soirée, le producteur auvergnat Fereyrol, et la société de distribution Dishamp ont informé le journal La Montagne que les lots de fromages contaminés par les salmonelles avaient été rappelés.

Les Saint-Nectaire concernés ont été commercialisés entre le 10 août et le 5 septembre 2012, à la ferme au Gaec, située à Besse (Puy-de-Dôme), ainsi que dans les rayons à la coupe des détaillants et des supermarchés, ou en libre-service sous forme de produits emballés (numéro de l'étiquette : 63.417.001).

Les clients peuvent avoir accès à la liste des magasins concernés en appelant un numéro Vert : 0 800 001 780. Des affichettes ont également été mises en place dans ces points de vente pour informer le consommateur.

Entre temps, 48 personnes ont déjà été atteintes de salmonellose. Une contamination qui se traduit par des troubles gastro-intestinaux, accompagnés de fièvre dans les 48 h suivant la consommation des produits. Ces symptômes peuvent être aggravés chez les enfants, les personnes âgées, ou malades, pour qui vomissements et diarrhées peuvent entraîner une déshydratation mortelle.

La salmonellose : une infection alimentaire très courante

Selon l'OMS, la salmonellose est l'une des toxi-infections les plus courantes : "En général, les êtres humains contractent une salmonellose en consommant des aliments d'origine animale contaminés (principalement de la viande, de la volaille, des œufs ou du lait), bien que beaucoup d'autres aliments, et notamment des légumes verts contaminés par le fumier, puissent être impliqués dans la transmission de cette maladie".

L'OMS souligne que les cas de salmonellose sont de plus en plus répandus, notamment en raison de "l'émergence de souches de salmonelles multirésistantes" due "à l'utilisation d'antimicrobiens chez les animaux d'élevage." Résultat, les traitements sont moins efficaces, les infections sont de plus en plus graves.

Afin de limiter la consommation "d'agents pathogènes pharmacorésistants dans les aliments d'origine animale", l'OMS conseille "de soumettre ces aliments à une cuisson complète avant de les consommer".

Source : AFP

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :