1. / Sexo

Les femmes ont-elles une prostate qui participerait à l'orgasme féminin ?

Quand on parle de prostate, on pense naturellement à l’appareil génital et urinaire masculin, mais la prostate féminine existe-t-elle ? Les réponses du Dr Gilbert Bou Jaoudé sexologue.

Rédigé le , mis à jour le

Les femmes ont-elles une prostate qui participerait à l'orgasme féminin ?

La prostate est une glande située dans l’appareil génital masculin sous la vessie. Cette glande permet notamment de sécréter une partie du liquide du sperme pour transporter les spermatozoïdes, c'est donc à priori un organe qui ne devrait se trouver que chez les hommes. 

Dès le 17è siècle, Reinier de Graaf, un anatomiste allemand parle de prostate féminine. Cette notion est vite tombée dans les oubliettes et a suscité peu d’intérêt de la part des médecins qui, ont longtemps considéré cette glande, comme une sorte de reliquat, de vestige sans importance pour la vie de la femme. 

Plus récemment, depuis la fin des années 90, de nouvelles données scientifiques sont venues progressivement changer la vision médicale avec un regain d’intérêt pour la prostate féminine.  

En août 2001, la FICAT, le comité international qui définit les terminologies anatomiques, a estimé qu'il y avait suffisamment d’éléments pour valider le terme de " prostate féminine". 

Une nouvelle nomenclature  

Ces découvertes scientifiques ont permis cette terminologie. Sur la zone génitale de la femme, il y a le vagin et une petite glande en couleur rose, qui s'appelle " glandes de skene". Cette glande semble collée à la paroi du vagin et sert à sécréter un liquide qui aide à lubrifier le vagin. 

Grâce aux travaux d’un chirurgien slovaque, Milan Zaviacic, qui a disséqué en tranche fine l’urètre, et aussi grâce aux techniques d’imagerie plus puissantes comme les nouveaux appareils d’IRM, les spécialistes savent maintenant que cette glande est située autour de l’urètre, c’est-à-dire autour du canal urinaire. Cette glande a donc une localisation comme la prostate de l’homme, autour du canal urinaire. 

Les techniques biologiques modernes ont permis de découvrir que cette glande sécrète un liquide qui contient des éléments typiques de la prostate dont le fameux PSA, Antigène Prostatique Spécifique,  que les hommes connaissent bien puisque c’est ce PSA qui est dosé dans le sang pour surveiller l’état de leur prostate.  

Les imageries modernes ont aussi permis de constater que cette glande ressemble fortement au noyau de la prostate, comme si c’était la partie centrale de la prostate de l’homme. 

Elle est localisée autour de l’urètre, elle sécrète des protéines spécifiques de la prostate et les tissus ressemblent à ceux de la prostate  : il n’en a pas fallu plus aux anatomistes pour valider le terme de prostate féminine. 

A quoi sert la prostate féminine ?

Chez l’homme la prostate participe à fabriquer une partie du liquide du sperme pour transporter les spermatozoïdes et à expulser le sperme en se contractant au moment de l’éjaculation. Chez la femme il n’y a pas de sperme ni de spermatozoïdes et la question à laquelle il n'y a pas encore de réponse définitive est donc de comprendre à quoi elle sert.

Souvent en médecine quand les spécialistes ne savent pas, ils émettent des hypothèses.

Trois hypothèses semblent les plus vraisemblables :

  • Sa position autour de l’urètre lui permet de sécréter, pendant les rapports sexuels, un liquide dans le canal urinaire. Ce liquide pourrait jouer un rôle contre les microbes et limiter le risque d’infections urinaires, surtout les cystites qui surviennent après les rapports sexuels. 
     
  • Ce liquide expulsé est plus important au moment de l’orgasme, tout comme la prostate expulse le sperme . C’est ce qui a fait aussi émettre l’hypothèse qu’elle serait à l’origine du phénomène appelé éjaculation féminine. Son très faible volume rend cette hypothèse incomplète et insatisfaisante.
     
  • Elle est innervée et contient des terminaisons nerveuses qui peuvent participer au plaisir sexuel, c’est pour cette raison que les sexologues s'y intéressent .  

En d’autres termes, si cette prostate féminine est stimulée durant les rapports sexuels, elle pourrait envoyer des informations de plaisir au cerveau. Étant donné sa localisation, certains spécialistes se demandent si ce n’est pas elle qui explique le plaisir qu’on a attribué au fameux et controversé point G qui est localisé exactement au même endroit. Elle aurait en tout cas un rôle dans le plaisir sexuel féminin, c'est de plus en plus admis même si on ne sait pas encore exactement comment.

Des cancers de prostate chez les femmes  ? 

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent mais les cas de cancers de prostate chez les femmes sont exceptionnellement rares, moins de 1 cas pour 10 millions de femmes.  

En revanche son inflammation chronique pourrait expliquer certaines douleurs pelviennes chroniques d’apparence sans causes, avec des douleurs lors des rapports sexuels en particulier. Il manque cependant des preuves et des recherches spécifiques 

Des femmes perturbées par cette prostate ?

Les femmes sont plutôt intriguées, surprises, parfois amusées, mais elles ne sont pas perturbées quand elles apprennent qu’elles ont une prostate . 
En revanche, le terme de "prostate féminine" est inapproprié et nuit à nos connaissances .

  • Inapproprié , parce qu’il n’y a aucune raison de considérer que la référence c’est le corps masculin avec une prostate qui serait " l’originale". Cet organe aurait parfaitement pu s'appeler " prostate" tout simplement aussi, sans rajouter " féminine". Les hommes ont bien des tétons qui ne servent pas à grande chose, en tout cas pas à allaiter, et pourtant on ne dit pas les " tétons masculins".
     
  • Cela nuit aux connaissances , parce qu’en partant du principe que c’est l’équivalent de la prostate chez l’homme, les spécialistes sont en train de regarder si elle fait la même chose que la prostate de l’homme. Alors qu’il faudrait chercher sa fonction à part entière, comme un organe précis de la zone génitale féminine, avec les spécificités du fonctionnement génital et sexuel féminin, et non pas comme un vestige de prostate inutile. 

Les prochaines années vont continuer à aller dans ce sens, ce qui permettra de mieux comprendre le plaisir et l'orgasme féminin
 

  • Charles.co
    Soignez vos problèmes sexuels maintenant avec Charles.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr