1. / Se soigner
  2. / Hygiène

Nos piscines sont-elles propres ?

L'été, les piscines collectives font le plein. Un lieu de passage qui demande des normes d'hygiène spécifiques, car qui dit passage dit microbes. Alors la piscine est-elle un véritable bouillon de culture ? Pour le savoir, nous nous sommes rendus dans une piscine municipale parisienne à l'heure du nettoyage et des tests d'hygiène.

Rédigé le , mis à jour le

L'hygiène des piscines collectives passe aussi par vous

Le corps libéré de la pesanteur, le contact de l'eau sur la peau... Les baigneurs en oublieraient presque le monde qui les entoure et pourtant, ils sont loin d'être les seuls à flotter dans le bassin. La piscine est en effet un terrain favorable pour toutes sortes de bactéries et de virus. Alors mieux vaut surveiller l'eau qui dort. "Pour être efficace, l'eau doit être désinfectée et désinfectante, c'est-à-dire que l'eau doit être débarrassée de tous les microbes qu'elle pourrait contenir mais elle doit aussi avoir une action sur les pollutions, sur les bactéries et les microbes que l'on pourrait transporter sur soi", explique Yannick Le Louarne, chef d'établissement.

Nettoyage des surfaces pour éviter les verrues

Surveiller la propreté de l'eau est primordial

L'eau du bassin doit être testée régulièrement. L'objectif étant de mesurer le pH, c'est-à-dire l'acidité de l'eau et la quantité de chlore. "Le chlore est le produit désinfectant, précise Yannick Le Louarne, et pour le rendre efficace il faut que ce chlore soit actif dans une eau d'une certaine qualité. Et cette eau de qualité est déterminée par son pH. Si le pH est trop varié, le chlore n'est plus efficace", ajoute-t-il. C'est à l'aide de pastilles de couleur que l'on mesure la qualité de l'eau. L'acidité doit être neutre et le chlore actif doit être en quantité suffisante par rapport au chlore combiné qui a déjà été utilisé.

Une eau propre, c'est aussi une eau bien filtrée. Chaque semaine, les filtres des piscines doivent être nettoyés. Il suffit pour cela d'inverser le circuit de l'eau. Le courant permet alors de décoller la saleté du filtre et l'eau usée est envoyée directement vers les égouts. Le niveau de la piscine diminue un petit peu mais l'eau gagne en pureté.

Nettoyer les surfaces pour éviter les verrues et les champignons

Les surfaces sont l'autre grand problème d'hygiène dans les piscines. Savonner, astiquer, rincer... tous les efforts sont bons pour garantir l'hygiène de nos plantes de pieds. "Dès que nous nous trouvons dans un milieu où il y a beaucoup d'êtres humains, ce milieu est automatiquement contagieux. Et classiquement, comme il s'agit d'un milieu humide, les piscines favorisent les verrues", explique le Dr Henry Pawin, dermatologue qui confirme donc "un lien probable entre aller à la piscine et avoir des verrues".

Pour éviter les verrues mais aussi les champignons, le seul mot d'ordre est le nettoyage. Mais comment s'assurer que le protocole mis en place est efficace ? Les techniciens des laboratoires d'hygiène sont les seuls à pouvoir répondre à cette question. Ces professionnels effectuent régulièrement des prélèvements de surface à l'aide de géloses à des endroits soigneusement sélectionnés dans les piscines : les vestiaires, les guichets, le pédiluve.

Les géloses sont ensuite transmises aux laboratoires d'hygiène pour y être analysées. Elles sont d'abord placées dans des étuves pour permettre de développer les colonies de bactéries. Quelques jours plus tard, les géloses sont analysées et les résultats permettent de confirmer la propreté de la piscine.

Savon obligatoire avant de piquer une tête !

La qualité des eaux de baignade passe aussi par l'hygiène de ses utilisateurs. Le chlore et un bon système de filtration ne suffisent pas toujours à purifier une piscine. Il faut nager propre ! Se savonner avant de plonger permet d'éliminer tous les déchets organiques sécrétés par les baigneurs. Ceux-ci entrent en réaction chimique avec le chlore et forment un gaz toxique : la chloramine. Ce gaz volatil irrite les yeux et peut provoquer des allergies, de l'asthme ou de l'eczéma chez les personnes fragiles.

Plus il y a de monde, plus le taux de chloramine augmente, notamment si la piscine est couverte ou mal ventilée. "La teneur en chloramine de l'eau ne doit pas excéder les 0,6 mg par litre. La maîtrise de ce taux est la principale difficulté rencontrée par les communes au cours de l'été", signale un rapport de contrôle de l'ARS 78, publié en mars 2011.

Alors avant de vous baigner, si la douche est obligatoire, le savonnage reste vivement conseillé !

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :