1. / Se soigner
  2. / Accidents
  3. / Accidents domestiques
  4. / Monoxyde de carbone

Prévenir les risques d'intoxication au monoxyde de carbone

Les intoxications au monoxyde de carbone sont un fléau et sont responsables chaque année de quelques 6 000 hospitalisations et plus de 300 décès. D'où proviennent ces intoxications ? Quels sont les réflexes à avoir ? Les explications avec le Dr Gérald Kierzek, urgentiste.

Rédigé le , mis à jour le

Prévenir les risques d'intoxication au monoxyde de carbone

Chronique du Dr Gérald Kierzek, urgentiste, du 23 février 2012


  • Qu'est-ce que le monoxyde de carbone ?

Dr Gérald Kierzek : "Les intoxications au monoxyde de carbone sont la première cause de mortalité accidentelle par gaz toxique en France. En plus de ces décès, les risques de séquelles sont également très importants.

"Le monoxyde de carbone ou CO (on parle dans le jargon d'intox au CO) est un gaz incolore, inodore et insipide : pas de couleur particulière, pas d'odeur et pas de goût ce qui en fait un tueur particulièrement silencieux. Quand il est respiré, le CO est absorbé exclusivement et rapidement par les poumons. Il pénètre dans les globules rouges, se fixe sur l'hémoglobine du sang (l'hémoglobine a une affinité 230 fois plus forte pour le CO que pour l'oxygène) à la place de l'oxygène, et empêche ainsi l'oxygénation des cellules. Il provoque donc une asphyxie."

  • D'où proviennent ces intoxications ?

Dr Gérald Kierzek : "La production de CO résulte d'une combustion incomplète. Dans la majorité des cas, les accidents résultent de :

- la mauvaise évacuation des produits de combustion (conduit de fumée obstrué ou mal dimensionné)

- l'absence de ventilation dans la pièce où est installé l'appareil (pièces calfeutrées, sorties d'air bouchées), raison pour laquelle il ne faut jamais calfeutrer les grilles d'aération quand il fait froid.

- la carence d'entretien ou la vétusté des appareils susceptibles de produire du CO

- la mauvaise utilisation de certains appareils (appareils de chauffage d'appoint utilisés en continu, groupes électrogènes…)

"Dernier exemple : les gaz d'échappement des véhicules. Si vous laissez tourner le moteur de votre voiture dans une atmosphère confinée comme un garage, le CO s'accumule et va vous asphyxier."

  • Quels sont les symptômes de ces intoxications ?

Dr Gérald Kierzek : "Le CO remplace l'oxygène dans le sang et ce sont les organes les plus sensibles au défaut d'oxygénation qui vont souffrir : le système nerveux central et le cœur. À taux faibles, on observe des maux de tête, des vertiges, des troubles digestifs voire des malaises. À taux plus élevés, la victime tombe dans le coma et risque la mort. Ce qui est important, c'est d'y penser devant des signes collectifs. Si vous êtes plusieurs sous un même toit à ressentir des symptômes, pensez à l'intoxication au monoxyde de carbone avant qu'il ne soit trop tard. Les intoxications au CO peuvent laisser à vie des séquelles de type neurologique et cardiaque."

  • Peut-il y avoir aussi des intoxications chroniques ?

Dr Gérald Kierzek :  "Oui, l'intoxication chronique entraîne des maux de tête, des nausées, une confusion mentale et est souvent difficilement détectable et peut entraîner, à la longue, des troubles cardiaques ou respiratoires. Là encore il faut savoir y penser. Si vous avez des maux de tête uniquement quand vous êtes à la maison par exemple ou dans un certain lieu, et que ces symptômes disparaissent quand vous êtes ailleurs, l'intoxication au CO en est peut-être responsable."

  • Quels sont les réflexes à avoir ?

Dr Gérald Kierzek : "Dès que vous suspectez une intoxication au monoxyde de carbone, il faut sortir de la pièce et aérer les locaux. Ensuite alertez le Samu Centre 15 ou les pompiers qui viendront tester l'air avec un carboxymètre qui est détecteur spécifique du monoxyde de carbone.

"Toutes les équipes de secours sont équipées de manière systématique de ce petit appareil que l'on accroche à nos sacs d'intervention. Il bipe en cas de concentration de CO élevée. Le monoxyde de carbone a été décrit comme "le grand imitateur" car les intoxications donnent lieu à un grand nombre de faux diagnostics de grippe, de gastro-entérite ou d'autres affections bénignes. Le fait d'avoir cet appareil nous permet de rectifier le diagnostic immédiatement."

  • L'intoxication est-elle facilement traitable ?

Dr Gérald Kierzek : "Oui car elle est heureusement réversible. L'apport de fortes concentrations d'oxygène à haut débit (oxygénothérapie) est le premier traitement de l'intoxication oxycarbonée. Dans certains cas (intoxications graves, maladies cardiaques ou respiratoires sous-jacentes ou encore femmes enceintes, on sait que le fœtus est très sensible au manque d'oxygène), il y a même une indication à l'oxygénothérapie hyperbare dans un caisson (la demi-vie du CO est de 320 minutes en air ambiant, 90 minutes en FiO2 100 %, et 23 minutes dans un caisson hyperbare à trois atmosphères). Le malade est dans une enceinte sous pression et de l'oxygène est administrée avec une pression plus importante pour accélérer l'élimination du CO."

  • Quelles sont les mesures de prévention que l'on peut prendre pour éviter une intoxication au monoxyde de carbone ?

Dr Gérald Kierzek : "Pour éviter qu'une concentration importante de CO ne s'accumule dans les locaux, des règles simples doivent être respectées :

- les aérations doivent être dégagées, le logement doit disposer de grilles ou bouches d'aération permettant à l'air de circuler

- les conduits de cheminée, appareils de chauffage et chauffe-eau doivent être contrôlés et entretenus tous les ans par un personnel qualifié

- les indications du fabricant doivent être respectées : ne jamais utiliser de façon prolongée des panneaux radiants à gaz ou des poêles à pétrole, ne jamais utiliser une cuisinière, un brasero ou un barbecue comme chauffage de secours dans une pièce fermée

- les appareils anciens raccordés à des conduits de fumée devraient être remplacés par des appareils conformes à la réglementation en vigueur."

 

En savoir plus