Médecine hyperbare : les bienfaits de l'oxygène

À l'hôpital Sainte-Marguerite de Marseille, dans le service de médecine hyperbare, le Dr Mathieu Coulange développe une nouvelle spécialité fondée sur une découverte : l'oxygène à 100 % sous pression soigne. Bien plus qu'un traitement pour les victimes d'accidents de plongée, aide précieuse à la cicatrisation pour les diabétiques, l'oxygénothérapie répare aussi les tissus irradiés et stimule les défenses immunitaires.

Rédigé le

Médecine hyperbare : les bienfaits de l'oxygène
Médecine hyperbare : les bienfaits de l'oxygène
Sommaire

Le déroulement d'une séance d'oxygénothérapie

Pour évaluer l'efficacité du traitement, il faut mesurer la quantité d'oxygène absorbée par le corps.

Virgile a un diabète sévère qui ralentit toute cicatrisation. Il a déjà perdu un pied, les séances de caisson hyperbare sont en train de sauver le second. Durant une heure et demie, chaque malade respire de l'oxygène pur. La pression étant effectuée avec de l'air médical pour atteindre l'équivalent de 15 mètres de profondeur sous l'eau. Les séances se déroulent sous la surveillance du médecin ou de l'infirmier hyperbariste.

Médecine hyperbare : un traitement en profondeur

Séance d'oxygénothérapie collective

Virgile poursuit ses séances d'oxygénothérapie en caisson hyperbare pour soigner son pied diabétique. Mais cette fois, il s'agit d'une plongée collective, à six, pour une descente simulée à 15 mètres de profondeur ! Et comme sous l'eau, pendant la descente, la pression comprime l'air dans les oreilles. Il faut donc équilibrer les tympans en se mouchant. La descente dure 15 minutes et ce n'est qu'à 15 mètres que le traitement commence...

Les médecins hyperbaristes ont aussi pour mission de faire de la prévention auprès des civils, et notamment auprès des rameurs en solitaire qui doivent eux aussi apprendre à respirer sous l'eau, au cas où leur embarcation venait à se retourner.

 

Le risque hyperbare

Pour les professionnels comme pour les amateurs, des règles de sécurité sont à respecter en plongée.

La plongée est un sport à risque pour tous les amateurs de cette discipline. Mais elle est aussi dangereuse pour ceux qui travaillent sous la mer comme certains archéologues. 73 accidents de plongée en Méditerranée en 2011, dont 13 morts... Un chiffre insupportable pour Mathieu Coulange, médecin hyperbariste, qui fait beaucoup de prévention pour empêcher ces drames. 

Or, les accidents ne concernent pas seulement des amateurs. Les plongeurs et les scaphandriers professionnels de fouilles archéologiques ont encore des choses à apprendre pour leur sécurité.

Les espoirs de la médecine hyperbare

Le manque d'oxygène ralentit la capacité de réaction des pilotes de chasse.

Si l'oxygène sous pression favorise la cicatrisation des tissus brûlés lors d'une radiothérapie, demain il pourrait aussi être utilisé pour favoriser les fécondations in vitro. Cette spécialité n'a en effet que 50 ans, et on est loin d'en avoir exploré toutes les possibilités.

Aujourd'hui l'équipe travaille par exemple, sur les conséquences du manque d'oxygène en altitude.

Un médicament nommé... oxygène

Les séances de caisson hyperbare permettent de lutter contre les infections et cicatriser les plaies qui ne cessent de se creuser.

L'hôpital Sainte-Marguerite de Marseille est l'un des 23 centres de médecine subaquatique et hyperbare de France.

Dans un caisson hyperbare, le médicament utilisé est l'oxygène à 100 %… et sous pression !  Un médicament qui a, entre autre, l'avantage de booster l'effet des antibiotiques et de renforcer nos défenses immunitaires. En cas d'infection osseuse, l'oxygène sous pression s'avère ainsi une aide précieuse trop souvent ignorée par les chirurgiens.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Dossier :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus