Trois médecins relaxés après la mort d'un enfant de 12 ans

Ce matin 13 septembre 2011, le tribunal correctionnel d'Albertville a décidé de la relaxation de trois médecins, mis en cause dans la mort d'un enfant de 12 ans.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Trois médecins relaxés après la mort d'un enfant de 12 ans

Malgré "l'accumulation de fautes" reconnue par les experts, le tribunal correctionnel d'Albertville n'a pas retenu la demande du procureur qui avait requis 18 mois de prison avec sursis et cinq ans d'interdiction d'exercer à l'encontre du médecin traitant de Courchevel, qui avait pris en charge le petit Terry, blessé au pied. De même pour les deux médecins de l'hôpital, contre lesquels il exigeait deux mois de prison avec sursis. Ces deux derniers ont été totalement blanchis.

En septembre 2006, Terry, âgé de 12 ans, se coupe le pied avec un morceau de verre. Rien de grave, mais la mère préfère l'emmener chez le médecin, qui lui prescrit du tramadol. Un antalgique trop puissant selon les experts. Le lendemain, l'état de l'enfant se dégrade, sa température chute à 33,5 degrés. Le médecin tarde à revenir, et lorsqu'il arrive, il décide de faire une injection de diazépam, un anxyolitique, tandis que le père court chercher une bouteille d'oxygène chez les pompiers afin de procéder à une oxygénation (celle du médecin était vide).

L'état de l'enfant se dégrade, obligeant le médecin à faire appel aux pompiers. Il procède à une nouvelle injection de diazépam, et refuse de monter dans l'ambulance, sous prétexte d'être en froid avec les pompiers. Une fois arrivé à l'hôpital, Terry n'est pas tout de suite intubé (une nouvelle erreur pour les experts), et reçoit une nouvelle injection de diazépam, les médecins ne sachant pas qu'il en a déjà reçu deux. Victime d'un arrêt cardiaque, Terry décède.

"Une overdose de médicaments", selon les experts. Pour le procureur d'Albertville, il y a eu "accumulation de fautes", notamment de la part du médecin traitant de Courchevel. La mère du petit Terry, s'insurge au micro de RTL : "Je ne laisserai pas passer ça, mon fils a le droit à une justice."

En savoir plus