1. / Maladies
  2. / Maladies hormonales
  3. / Thyroïde

Levothyrox : "L’essentiel c’est d’être reconnues comme des victimes"

La Cour d’appel de Lyon a condamné le laboratoire Merck pour défaut d’information.

Rédigé le

Levothyrox :
Levothyrox : "L’essentiel c’est d’être reconnues comme des victimes"

Déboutés en première instance, plus de 3.000 utilisateurs de la nouvelle formule du Levothyrox qui se plaignaient de nombreux effets secondaires ont obtenu en appel la reconnaissance d'un manque d'information du fabricant Merck et une modeste indemnisation au titre du préjudice moral.

En première instance, les juges lyonnais avaient écarté tout manquement du laboratoire pharmaceutique dans le lancement en 2017 du nouveau Levothyrox. 

Mais la Cour d'appel a reconnu "une faute", condamnant Merck à verser 1.000 euros à chacun des plaignants pour "préjudice moral", soit un total de plus de 3,3 millions d’euros.

A lire aussi : Levothyrox : la justice ouvre une enquête

Le laboratoire avait "l’obligation légale d’informer les malades"

"L'important pour les parties civiles était que leur situation, leur douleur, leur malheur, soient reconnus par la justice", s'est félicité devant la presse leur avocat Christophe Leguevaques. Selon lui, le laboratoire "avait l'obligation légale d'informer directement les malades, notamment par la boite et la notice ».

A lire aussi : Levothyrox : des députés demandent une commission d'enquête

Défense du laboratoire

Une décision "totalement incompréhensible" aux yeux du directeur juridique de Merck en France Florent Bensadoun, qui a annoncé le pourvoi de l'entreprise en cassation.

« Le débat judiciaire n'est pas clos, cette décision est en totale contradiction avec la décision rendue en première instance par le tribunal d'instance de Lyon qui avait reconnu un dispositif d'information pertinent et conforme au cadre réglementaire en vigueur », a-t-il rappelé.

A lire aussi : Levothyrox : l’enquête élargie à "homicide involontaire"

3.329 plaignants

Si quelque 800 utilisateurs du Levothyrox avaient abandonné la procédure après la décision de première instance, 3.329 plaignants avaient décidé de poursuivre leur combat en appel. Ils réclamaient une indemnisation de 10.000 euros par personne - soit 33 millions d'euros au total. L'annonce du délibéré, qui devait être rendu en avril, avait été reportée pour cause de confinement.

Durant le procès en appel, la société pharmaceutique a gardé la même ligne de défense et réaffirmé qu'il ne pouvait pas informer directement les patients, arguant que la loi le lui interdit.

« Le plan d'information et de communication a été construit en accord avec les autorités de santé qui l'ont validé, et avec des experts en endocrinologie et des associations de patients. Pas moins de 300.000 actes de communication ont été transmis à pas moins de 100.000 professionnels de santé », a souligné jeudi M. Bensadoun.

A lire aussi : Levothyrox® : "effets secondaires", ou surdosage ?

« On nous a prises pour des folles »

« Les 1000 euros c’est dérisoire, l’essentiel c’est d’être reconnues comme des victimes », explique Chantal Molinier, l’une des plaignantes. « Au début de cette histoire, on nous a prises pour des folles. Des gens autour de moi, notamment ma pharmacie, me disaient que c’était dans ma tête, et là ils sont bien obligés de se rendre compte qu’on a bien été malades. » 

Le volet pénal de l'affaire est actuellement instruit par le pôle santé du TGI de Marseille pour des faits présumés de tromperie aggravée, homicide et blessures involontaires et mise en danger de la vie d'autrui.

A lire aussi : Levothyrox : "J'avais vraiment la sensation de mourir"

Les effets de la nouvelle formule du Levothyrox

La nouvelle formule du médicament prescrit contre l'hypothyroïdie, modifiant certains de ses excipients afin d'apporter davantage de stabilité au produit, a été incriminée, entre mars 2017 et avril 2018, par quelque 31.000 patients souffrant de maux de tête, insomnies, vertiges, etc.

« Quand on n’a pas de thyroïde, on est plus souvent fatigué, on a des insomnies, des douleurs », confie cette membre de l’association Vivre sans thyroïde. « J’ai encore des insomnies, je suis très fatiguée … Je me sentais beaucoup plus en forme avec l’ancienne formule. »

« Après plusieurs médicaments, je suis arrivée au TCAPS, qui n’est pas remboursé et coûte 10 euros, alors que le Levothyrox coûtait 3 euros et était remboursé », raconte Chantal Molinier. « Je voudrais qu’ils nous remettent le Levothyrox ancienne formule. Maintenant on va aller au pénal et ils vont sans doute se pourvoir en cassation, ce n’est pas fini. »

A lire aussi : Levothyrox : des patients demandent un retour à l’ancienne formule

2,5 millions de patients utilisent la nouvelle formule sans effets secondaires

En juin 2019, l'Agence du médicament/ANSM a publié les résultats d'une étude de pharmaco-épidémiologie menée sur plus de deux millions de patients, selon laquelle le passage à la nouvelle formule du Levothyrox n'a pas engendré de « problèmes de santé graves ».

Quelque 2,5 millions de patients utilisent la nouvelle formule du Levothyrox selon Merck, "moins de 100.000" prenant l'ancienne formule importée depuis fin 2017 sous le nom d'Euthyrox. Cinq médicaments alternatifs à base de lévothyroxine sont aussi disponibles sur le marché et l'ancienne formule ne sera plus commercialisée à partir de septembre prochain.

Pour le laboratoire, filiale basée à Lyon du groupe allemand Merck KGaA, les remontées d'effets indésirables sur la nouvelle formule sont aujourd'hui "normales et comparables à l'ancienne". La France a été le premier pays où cette formule a été introduite. Depuis, elle l'a été dans une quinzaine de pays de l'Union européenne, sans difficultés, assure Merck.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr