1. / Maladies
  2. / Gynécologie

Ch@t : Irritations intimes et petits problèmes gynécos

Ch@t du 4 mars 2011 : Les réponses des deux gynécologues : les docteurs Lydia Marié-Scemama et Alain Tamborini.

Rédigé le , mis à jour le

Ch@t : Irritations intimes et petits problèmes gynécos
Ch@t : Irritations intimes et petits problèmes gynécos
Sommaire

Les réponses du Dr Alain Tamborini, gynécologue

  • Quand je suis mal lubrifiée pendant les rapports en raison de préliminaires trop rapides, une mycose s'en suit le lendemain. Comment cela s'explique-t-il ?  

Un rapport sexuel avec pénétration nécessite une lubrification vaginale suffisante. Il ne faut pas court-circuiter les préliminaires. Parfois, l'usage d'un lubrifiant peut constituer un précieux appoint.

  • J'ai des fissures ou éraillures au niveau de la vulve. À quoi est-ce dû ?

Il faut consulter un gynécologue ou un dermatologue car ce n'est pas normal. Certaines maladies comme un lichen, peuvent entrainer ce genre de désagrément. Il y a toujours une solution.

  • Cela me gratte au niveau de la vulve sans pertes blanches. Est-ce quand même une mycose ?

Habituellement la mycose génitale s'accompagne de pertes blanches très épaisses comme du yogourt. Il y a d'autres causes aux démangeaisons vulvaires. Souvent l'utilisation d'un produit d'hygiène intime adéquat peut arranger les choses.

  • Qu'est-ce qu'un streptocoque ? S'agit-il d'une MST ?

Le streptocoque dont il existe différentes souches, est un microbe fréquemment rencontré dans le vagin, ça n'est pas une MST.

  • Les mycoses sont-elles plus fréquentes quand on a un stérilet ?

Non, le port d'un stérilet n'intervient pas dans la survenue de mycoses vaginales.

Habituellement non, sauf s'il est trop serré et de même pour les jeans.

  • Que se passe-t-il lors d'une carence en bacille de Döderlein ?

S'il n'y a pas de bacille de Döderlein, la flore vaginale est déséquilibrée, ce qui favorise les vaginites et les mycoses.

  • Avec une mycose, y a-t-il un risque de contamination ou de recontamination par le partenaire ?

Habituellement le partenaire masculin ne présente aucun symptôme. Parfois, il peut présenter des rougeurs du gland. Dans tous les cas, il faut bien entendu s'abstenir de rapports sexuels en cas de mycose et ils ne seraient de toute façon pas très agréables voire douloureux.

  • Un lichen est-il une urgence gynécologique ? Car ma gynéco ne peut me proposer un rendez-vous que dans 3 semaines ?

Le lichen n'est pas une urgence.

  • Le sperme est-il un agent favorisant les déséquilibres vaginaux ?

Non.

  • Je suis actuellement enceinte et je fais des mycoses à répétition. Les différents traitements par ovules n'ont pas empêché les récidives. Que faire ?

La mycose vaginale est volontiers rebelle et récidivante. Il faut donc souvent renouveler les traitements. Ne vous découragez pas.

  • Tous les lubrifiants sur le marché sont-ils fiables ?

De préférence achetez votre lubrifiant intime en pharmacie et demandez conseil au pharmacien ou à votre gynécologue. Il existe toute une gamme de lubrifiants dont la texture varie plus ou moins liquidienne.

  • Faut-il se faire une toilette vulvaire (simple nettoyage avec de l'eau) après chaque miction ou est-ce déconseillé ?

C'est un bon geste d'hygiène intime à faire à l'eau pure et toujours d'avant en arrière.

  • Une pénétration vaginale, après une pénétration anale est-elle à proscrire pour cause de risque de contamination (microbienne ? bactérienne ?).

Lors d'un même rapport, il est formellement déconseillé d'alterner pénétrations vaginales et anales.

  • Quel est le traitement pour du psoriasis vaginal ?

Le psoriasis vulvaire est peu fréquent, il a les mêmes traitements que les autres formes de psoriasis.

  • Que signifient les pertes abondantes et nauséabondes ?

Une odeur anormale et des pertes modifiées en abondance doivent amener à consulter car cela évoque une vaginite. Cela se traite très bien et rapidement dans la plupart des cas.

  • Candida est-il naturellement présent chez toutes les femmes, même n'ayant jamais eu de mycose ?

Il peut exister du Candida en petite quantité de façon normale. La mycose se manifeste quand le Candida prolifère de façon anormale.

  • Y a-t-il un risque lors de l'accouchement si j'ai une mycose ?

Non mais il est bien entendu souhaitable de traiter la mycose par ovules et crèmes antimycosiques.

  • Une vaginite et une mycose due au Candida albicans, est-ce la même chose ?

La mycose est une forme de vaginite.

  • J'ai depuis plus d'un an des pertes malodorantes, mais rien n'apparait sur le frottis. Comment me débarrasser de cette gêne ?

Des pertes malodorantes nécessitent une consultation et souvent des analyses en laboratoire. Dans la plupart des cas, quand il s'agit d'une flore déséquilibrée ou d'un germe bénin : cela se traite très bien et rapidement. Consultez.

  • Tampons et mycoses sont-ils compatibles ?

Pendant la mycose, il est déconseillé d'employer des tampons.

  • Est-il possible d'avoir des démangeaisons sans avoir de mycoses ?

Oui, il existe d'autres causes de démangeaisons : erreur de toilette intime, utilisation de produits inappropriés, port de sous-vêtements synthétiques...

  • Est-ce vraiment impossible de faire un FCV avec une mycose ?

Il est souhaitable de faire des frottis dans les meilleures conditions possibles. Toute vaginite peut en gêner la lecture.

  • Que penser des tampons rééquilibrant la flore pendant les règles ?

Ils peuvent être utiles, mais leur usage régulier peut s'avérer onéreux.

  • Le stress peut-il provoquer de l'eczéma à ces endroits-là ? C'est ce que je constate.

Il peut exister de l'eczéma au niveau de la vulve.

  • Lorsqu'on est enceinte et que l'on a une mycose, peut-il y avoir un risque pour le bébé ?

Non, le bébé est bien protégé dans sa bulle tant que les membranes ne sont pas rompues. Mais bien entendu il faut traiter les mycoses vaginales, qui sont très fréquentes pendant la grossesse.

  • Est-il conseillé d'avoir recours à une douche ou rinçage à l'eau clair après chaque rapport ?

Après chaque rapport, il est conseillé d'uriner et de faire une toilette vulvaire à l'eau pure.

  • La salive du partenaire peut-elle favoriser les mycoses ?

Non.

Non si c'est fait doucement...

  • Pourquoi les mycoses sont très fréquentes pendant la grossesse ?

Toutes les modifications du climat hormonal féminin (grossesse, suites de couches, ménopause...) peuvent favoriser le développement des mycoses.

  • Pouvez-vous définir clairement ce que veut dire : se laver trop souvent et ne pas se laver assez souvent ?

Dans la majorité des cas, une toilette vulvaire quotidienne à l'eau pure est suffisante.

  • Peut-on compter les candidoses parmi les MST ? Et pour les hommes, parle-t-on de candidose ?

Si la candidose peut se transmettre sexuellement, ce n'est pas une MST : on peut être vierge ou sans relations sexuelles depuis longtemps et présenter des mycoses récidivantes.

  • J'ai une infection chlamydiae. Les antibiotiques ne m'ont pas soignée. Existe t-il un autre traitement ?

Il existe des traitements antibiotiques très efficaces contre le chlamydia.

  • Existe t-il un traitement pour le lichen simple. J'ai entendu parler des Omega-3 ? Qu'en est-il ?

Normalement le lichen vulvaire se traite avec une pommade aux corticoïdes.           

  • J'imagine que le cunnilingus est aussi déconseillé hors période mycosique ? Ou comment peut-on éviter le transport non intentionnel de bactéries fécales vers l'avant de la vulve (cause des mycoses) ?

La toilette génitale doit être faite d'avant en arrière.

  • Une mycose peut-elle créer un granulome sur une cicatrice vulvaire ?

Non, habituellement la mycose disparait sans laisser aucune trace.

  • Qu'est-ce que signifient les pertes marron et de sang, tous les mois avant les règles avec des douleurs quand on prend évidemment la pilule ?

Peut-être que le dosage ou le climat hormonal de votre pilule actuelle, ne vous convient pas. Peut-être faut-il en changer, parlez-en au médecin qui vous l'a prescrit.

  • Une mycose mal soignée peut-elle donner des douleurs lors des rapports ?

La mycose entraine une inflammation du vagin et donc le frottement des rapports sexuels sur cette zone inflammatoire, peut être douloureux.

  • Ménopausée, j'ai des problèmes chroniques de mycose et sècheresse vaginale malgré les traitements (ovules, pommades dont cortisone). J'ai des démangeaisons en permanence... ?

La sècheresse vaginale post ménopausique due au tarissement des sécrétions ovariennes, entraine souvent ce genre de désagréments : démangeaisons, cystites... Peut-être faut-il envisager un traitement complémentaire par œstrogènes par voie générale et/ou vaginale : parlez-en à votre médecin.

  • Est-ce possible de mal réagir aux traitements classiques crèmes et ovules ? J'ai toujours dû attendre que cela passe. Les traitements avaient l'air d'empirer les choses... ?

Souvent, les symptômes mettent deux ou trois jours pour diminuer après le début du traitement local.

  • De quelle façon traiter un frottis subatrophique inflammatoire (nombreux polynucléaires altérés) qui génère un inconfort ?

Un traitement local par ovules est habituellement suffisant.

  • J'ai des pertes blanches abondantes sans odeur ni texture particulière. Et j'ai été traitée pour une mycose mais ça continue. Que faire ?

Des pertes blanches sans odeur, sans irritation et sans lésions associées, doivent être considérées comme normales, physiologiques. On peut toutefois faire une analyse en laboratoire pour s'assurer qu'il s'agit bien d'une flore vaginale normale.

  • Doit-on envisager un traitement antimycosique par ovules à vie ?

Habituellement avec un traitement par ovules une fois par mois pendant quelques cycles, on arrive à se débarrasser de la mycose vaginale. Peut-être aussi, faut-il envisager l'emploi plus régulier d'un savon intime à PH basique.

Le chlamydia se détecte lors d'un prélèvement de pertes vaginales effectué au laboratoire.

  • Les serviettes de toilette peuvent-elles transmettre des mycoses ?

Le linge de toilette doit être réservé à un usage personnel et il ne faut pas le partager avec une autre personne.

Les réponses du Dr Lydia Marié-Scemama, gynécologue

  • Quand j'utilise un savon pour l'hygiène intime, ça me brûle et je suis obligée de me rincer. Est-ce qu'on peut être allergique à ce genre de produits ?

Il y a bien entendu plusieurs sortes de savon pour l'hygiène intime. Tout dépend de l'acidité de ce savon. En principe pour un usage courant, il est recommandé d'utiliser un savon tout à fait neutre surtout pas acide. Il faut réserver les savons plus acides ou plus basiques en cas d'infection (mycoses ou infections bactériennes). Il est bien entendu que vous pouvez être allergique à un des constituants de ce savon.

  • J'utilise des savons spéciaux pour la peau atopique, ne porte que des culottes en coton, je ne mets pas d'adoucissant et n'utilise que de la lessive au savon de Marseille. Je mets du lubrifiant à chaque rapport sexuel et pourtant, je coupe au moment de la pénétration et attrape des irritations. Que faire ?

Êtes-vous sûre de ne pas avoir d'infection de type mycosique ? Vous pouvez également avoir une vaginose bactérienne souvent liée à un déséquilibre entre les différents germes pouvant exister dans le vagin. Il suffit d'en parler avec votre médecin, cela peut parfois arriver en cas de pilule mal équilibrée au niveau hormonal. Parfois un traitement aux probiotiques peut être suffisant.

  • Malgré tous les traitements (ovules, crèmes antifongiques...) j'ai toujours une sensation de brûlure lors de la pénétration notamment au début, ce qui évidemment rend impossible tout rapport. Cela dure depuis longtemps, je ne sais plus que faire ?  

Êtes-vous sûre de ne pas avoir d'infection de type mycosique ? Vous pouvez également avoir une vaginose bactérienne souvent liée à un déséquilibre entre les différents germes pouvant exister dans le vagin. Il suffit d'en parler avec votre médecin, cela peut parfois arriver en cas de pilule mal équilibrée au niveau hormonal. Parfois un traitement aux probiotiques peut être suffisant.

Je pense que dans certains cas, ils sont d'une grande aide. En effet, très souvent, certaines infections vaginales proviennent d'un déséquilibre du milieu intra vaginal et le rééquilibrage de ce milieu est souvent suffisant.

  • À quelle fréquence doit-on se changer les culottes ? Tous les jours ou plusieurs fois par jour ?

Tous les jours.

  • Quels sont les éventuels inconvénients d'une mycose pendant la grossesse ? Y a-t-il un effet sur le bébé ? Peut-on prendre des traitements ?  

En principe il n'y a pas d'inconvénient grave lié à l'existence d'une mycose pendant une grossesse. C'est effectivement très gênant pour vous, mais les traitements sont possibles et tous très efficaces. Il n'y a aucun effet sur le bébé à condition de se traiter le plus vite possible. Il faut bien entendu éviter que cette mycose ne persiste au moment de l'accouchement.

  • Je viens d'apprendre que j'ai d'assez nombreux streptocoques du groupe B. Puis-je me soigner par homéopathie ?

Il est normal que vous ayez des streptocoques du groupe B dans votre vagin à condition que vous ne soyez pas enceinte. Ces microbes font partie de tous les éléments pouvant exister à l'état normal dans un vagin. Le traitement par homéopathie pourrait effectivement servir à traiter votre terrain si il s'avérait que certains autres microbes devant aussi exister, faisaient défauts. Mais là encore les probiotiques sont recommandés.

  • Pourriez-vous me renseigner sur les verrues vaginales ? Je me suis aperçue que je devais avoir 2 petits signes.  

Les verrues vaginales ou condylomes sont vulgairement appelées des crêtes de coq. C'est le virus Human Papilloma Virus (HPV) qui en est responsable. Ces éléments peuvent très vite se multiplier. Il existe heureusement des traitements locaux très efficaces. Je vous conseille d'en parler très vite à votre gynécologue.

  • Comment rééquilibrer la flore vaginale ? Y a-t-il des aliments à privilégier ?  

Les probiotiques sont intéressants pour rééquilibrer la flore vaginale. Ils existent sous forme orale ou sous forme d'ovules vaginaux. Il ne faut pas oublier non plus de vérifier qu'il existe toujours dans le vagin des bacilles de Döderlein que l'on considère comme des gendarmes de la flore. Si ils sont absents, on peut les trouver dans certains ovules contenant souvent des œstrogènes locaux.

  • Récidiver les traitements pendant 6 mois sans amélioration, est-ce normal ?  

Non. Une remise à plat du problème me semble nécessaire. Des fois il suffit d'arrêter tous les traitements et de refaire une "santé" à l'écosystème vaginal.

  • J'ai eu une vaginose par Gardnerella, il y a un an et demi pour laquelle j'ai été traitée. Et depuis, j'ai toujours un inconfort et surtout des pertes importantes. Que faire ?  

Avez-vous pensé, après avoir traité votre vaginose, à demander à votre médecin un rééquilibrage du milieu vaginal ?

  • Mon partenaire s'est fait traité chez un dermato, une verrue à l'azote. Cela est-il suffisant ? Y a t-il un risque de récidive ?  

En principe oui, il y a effectivement risque de récidive. Avez-vous pensé à consulter votre gynécologue afin d'éliminer toute présence de verrue chez vous ; votre frottis est-il suffisamment récent ?

  • Sous tamoxifène suite à un cancer du sein, je ressens des démangeaisons importantes au niveau vulvaire. Que puis-je faire pour soulager ces désagréments ?

Il est évident que votre problème n'est pas facile à résoudre. Vous devriez en parler avec votre gynéco. Le tamoxifène et les autres traitements que vous avez dû avoir, ont certainement modifié votre équilibre vaginal qu'il faut à tout prix rétablir en sachant par contre, que certains traitements vous sont interdits, mais pas tous heureusement. Parlez en à votre gynécologue.

  • Est-ce normal d'avoir des pertes blanches et des démangeaisons quelques jours avant les règles ? Symptômes qui disparaissent à la fin des règles ?  

Cela peut être normal effectivement mais il faut quand même vérifier que ces démangeaisons ne sont pas liées à une mycose récidivante.

  • Comment soigner une petite crevasse qui se reforme régulièrement en haut des grandes lèvres (côté pubis) ? J'ai 70 ans.  

Êtes-vous sûre de ne pas avoir de mycose ? De toute façon vu votre âge, il serait intéressant de mettre de la crème trophique à base d'œstrogènes faibles, avant de traiter la mycose. Cela pourrait vous aider.

  • Le latex des préservatifs ne risque-t-il pas d'irriter le vagin ?  

Oui il existe effectivement des allergies au latex.

  • Faut-il toujours que les mains du partenaire soient bien propres lors des rapports ? Risque-t-on des irritations s'il ne s'est pas lavé les mains ?  

Oui à vos deux questions.

  • Quand ma vulve est irritée (je ne sais pas pourquoi), j'applique du Dexeryl (juste sur les lèvres). Ca apaise très bien... Est-ce dangereux d'appliquer cette crème ?  

Le Dexeryl n'est absolument pas un médicament dangereux à appliquer. Si cela vous suffit, c'est bien.

  • J'ai une mycose due au Candida albicans et lors de certains rapports sans préservatif, mon conjoint a des brûlures suivies de rougeurs au pénis. Même sans rapport, la peau de son pénis s'assèche et s'épluche. Est-ce dû à ma mycose ? Doit-il se faire soigner ? Par qui ? Médecin ou gynéco ?  

Effectivement je pense que votre conjoint a lui aussi une mycose ; c'est à dire une maladie sexuellement transmissible. Je suis étonnée de savoir qu'on ne lui a pas prescrit un traitement. Il faut vous soigner tous les deux.

  • Le stérilet aux hormones provoque t-il plus facilement des mycoses ?  

Non.

  • Est-ce qu'une vie sexuelle très active favorise l'apparition de mycoses ?  

Oui effectivement, en créant parfois des déséquilibres au niveau de la flore vaginale.

Comme toutes allergies, par l'apparition de rougeurs, de boutons et de démangeaisons ne cédant pas aux traitements habituels sauf aux corticoïdes et récidivant bien sûr à chaque contact.

  • Après une mycose, faut-il refaire sa flore ?  

C'est effectivement recommandé.

  • Pouvez-vous me citer les germes saprophytes de la flore vaginale ?  

Il doit bien en avoir un millier !

Oui effectivement la carence hormonale de la ménopause peut provoquer une irritation vulvaire, en raison de l'atrophie progressive apparaissant à l'arrêt de la sécrétion des hormones ovariennes.

  • Pendant une mycose, faut-il se laver plus souvent, et notamment avant chaque application de crème ?  

Pour moi il existe deux types de patientes à problème : celle qui se lave trop et celle qui ne se lave pas assez. Pendant une mycose, il faut se laver normalement matin et soir surtout avec un produit adapté non décapant.

  • J'ai déjà consulté, j'ai pris des gélules vaginales, un savon avec des lactobacilles et des probiotiques. Mais rien n'y fait. Je ne sais plus quoi faire d'autre ?  

Avez-vous pensé à changer votre pilule si vous en prenez ?

Si vous ne présentez pas de contre indication, le seul traitement valable dans ce cas est la prise d'ovules et de crèmes à base d'hormones.

  • Les mycoses de l'homme se transmettent-elles à la femme ?  

La mycose est une maladie sexuellement transmissible. Quand l'un est atteint, il faut traiter l'autre.

  • Suite à une mycose, ma gynécologue m'a prescrit des probiotiques, j'ai 45 ans, peut-être en pré-ménopause, et j'ai des douleurs lors de rapports. À quelle fréquence dois-je utiliser ces gélules ?  

Très souvent il faut renouveler la prise de probiotiques. Je recommande une cure d'ovules 5 jours par mois pendant 3 à 6 mois.

  • Quels risques a-t-on en ne traitant pas une mycose récidivante, ou en la traitant trop tard ?  

Dans la majorité des cas, le risque est plus lié à une altération de votre qualité de vie. Il est évident que dans certains cas, heureusement rares, cette mycose peut dégénérer et atteindre des organes comme le poumon, la gorge, les bronches et créer des infections mycosiques beaucoup plus graves.

  • Les gynécos ont dit que les mycoses n'étaient pas des MST. Qui croire ?  

En fait au sens propre du terme, la mycose se transmet par le sexe, par les mains, voire même par le contact des serviettes hygiéniques. C'est donc une MST et tout le reste.

  • J'imagine que le cunnilingus est déconseillé pendant une période mycosique ?  

Oui certainement.

  • Est-ce que la pilule peut favoriser les mycoses, à cause d'une possible atrophie des muqueuses, notamment lorsque cela fait longtemps qu'on prend la même pilule ?  

Effectivement la pilule peut favoriser les mycoses. En effet, la pilule normale associe un œstrogène et un progestatif. Et selon les cas, chez certaines patientes, l'équilibre entre les deux va pouvoir agir de façon négative sur ce que l'on appelle l'écosystème vaginal. Il suffit parfois de changer de pilule soit prendre une pilule à tendance oestrogénique soit le contraire, parlez en à votre gynéco.

  • Est-ce que les pilules peuvent être responsables des mycoses ? Si oui, quel type de pilule conseillez-vous aux femmes sujettes aux mycoses ?  

Ce ne sont pas les pilules qui peuvent être responsables de mycoses mais leur action sur le milieu vaginal et son équilibre. Je ne peux vous conseiller un type de pilule. En fait cela va dépendre de la pilule que vous prenez en ce moment et de son équilibre hormonal (progestatif ou oestrogénique ?).

  • Brûlures vaginales et de la vulve, sous traitement d'ovules : colpotrophine (soulagement temporaire) pas d'infection décelée. J'ai l'impression que la muqueuse vaginale supérieure est gonflée, et qu'elle forme un bourrelet à l'entrée. J'ai également de fréquentes envies d'uriner. Les rapports sexuels sont difficiles. 

Parfois un traitement hormonal par voie orale pendant quelques jours, peut rapidement résoudre votre problème. Parlez en à votre gynéco.

  • Existe-t-il des désensibilisations pour les irritations et un eczéma dû aux allergies à la lessive, adoucissant et shampooing au niveau des parties intimes ? Faut-il consulter un dermatologue ou un allergologue ?  

Je consulterais plutôt un allergologue.

  • Pouvez-vous préciser ce qu'est un produit adapté à la toilette intime pendant une mycose, et un produit à utiliser tous les jours ?  

Le produit adapté à la mycose et le produit à utiliser tous les jours, diffèrent en fonction de leur acidité.

  • Aucune infection mais des démangeaisons en début, milieu et fin de cycle. Mon gynéco me dit que c'est un dérèglement hormonal donc pas de solution. Que puis-je faire ?  

Oui certainement. Pourquoi ne pas essayer des ovules de probiotique, pour régénérer votre flore vaginale.

  • Est-on plus sujet aux mycoses pendant l'allaitement ?  

Non.

  • Depuis quelques années, je ressens une brûlure à chaque pénétration. Les examens gynécologiques n'ont rien révélé. Dans l'émission, a été dit qu'il pouvait s'agir de problèmes psychologiques. Pouvez-vous me dire quels sont les professionnels de santé les plus compétents pour ce genre de problème ?  

Pourquoi ne pas vous adresser à un sexologue ? Il existe des médecins gynécologues sexologues, qui pourront très certainement vous aider.

  • Existe-t-il des dermatologues - allergologues ? Y a-t-il un syndicat pour en trouver un, qui ferait les deux spécialités ?  

Renseignez vous auprès du conseil de l'ordre des médecins de votre département.

  • Y a-t-il un risque si l'on a utilisé des ovules probiotiques sans consultation au préalable ?  

Non aucun.

  • Si une analyse gynécologique et urinaire ne révèle aucun germe. Se pourrait t-il que des brûlures vaginales et anales soient psychologiques ?  

Oui effectivement il peut y avoir des brûlures vaginales et anales d'origine psychologique. Mais ne pas oublier également les brûlures liées aux modifications de l'équilibre de la flore vaginale.

  • Est-ce que la prise de la pilule favorise les mycoses ?  

La prise de la pilule si elle n'est pas adaptée à l'équilibre de votre flore vaginale, peut effectivement favoriser l'apparition de mycoses.

  • J'ai une des petites lèvres de mon vagin qui est coupée en deux, ce qui est peut être due à une épisiotomie. Cela m'irrite souvent. Que dois-je faire ?  

Si cela vous gêne beaucoup, cela vaudrait peut être la peine d'en parler à un chirurgien gynécologue qui pourrait s'en occuper.

Effectivement le clitoris peut être atteint par une mycose mais c'est souvent dans le cadre d'une mycose de la vulve et / ou du vagin.

  • J'ai déjà essayé Florginal pendant plus d'un an et bien qu'il soit réduit, le problème persiste : démangeaisons au niveau de la lèvre intérieure. Existe-t-il une autre solution ?  

Pourquoi ne pas utiliser les probiotiques par voie générale.

Ce n'est pas le fait qu'il soit au progestatif qui peut entraîner des irritations. Un stérilet tel qu'il soit peut être responsable d'infection, c'est un corps étranger ne l'oublions pas. C'est pour cela qu'il faut toujours en parler avec son gynécologue.

  • De la même manière que pour les antibiotiques, peut-on devenir résistante aux ovules, si bien qu'il faut augmenter la dose ou changer de molécule ?  

Si vous parlez d'ovules antimycosiques, effectivement il peut y avoir des résistances. Il faut changer alors de molécule.

  • Où se procure-t-on des ovules probiotiques ?  

En pharmacie.

  • Est-ce qu'il vaut mieux traiter l'infection avant de prendre des ovules probiotiques ?  

Cela se discute, en cas de mycose j'associe souvent un traitement de la mycose par voie locale et des probiotiques par voie générale.

  • Depuis que j'ai accouché, j'ai un petit bout de peau entre l'anus et la partie inferieure des petites lèvres, qui s'irrite facilement. Est-ce normal ?  

Non il faut vraiment savoir ce que c'est. Une hémorroïde ? Parlez en à votre médecin.

  • Ma gynécologue me dit, ne rien pouvoir faire pour mon infection chlamydiae. Mon généraliste m'a donné des antibiotiques mais je m'inquiète. Les urgences gynécologiques peuvent-elles m'aider ?  

Votre généraliste a eu raison de vous traiter. Normalement il existe des médicaments très efficaces contre les infection chlamydiae. Il est très important de se faire traiter pour éviter tout problème d'infection des trompes.

  • Depuis quelques mois, je ressens des brûlures et des démangeaisons après avoir utilisé une lingette intime. Je suis vierge. Dois-je aller voir mon généraliste ? 

Je pense qu'effectivement vous devriez consulter soit votre généraliste, soit votre gynéco pour qu'il puisse regarder l'état des lieux !

  • Est-ce que les mycoses touchent uniquement le sexe féminin ?  

Non bien sûr.

  • Les ovules probiotiques sont-ils efficaces pour une candidose ?  

Non ils vont traiter le milieu, rétablir un équilibre pour éviter la récidive d'une mycose. Le traitement de la mycose proprement dite, nécessite des antimycosiques. 

En savoir plus

Dossiers :

Ch@ts :

Questions/réponses :

  • Est-ce vrai qu'il ne faut surtout pas mettre de déodorants intimes ? Pourquoi sont-ils en vente alors ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Pourquoi, après une prise d'antibiotiques assez longue, j'ai eu une mycose très étendue et douloureuse ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • À quel rythme faut-il se laver ? Et faut-il se laver après chaque rapport sexuel ?
    Faut-il éviter de prendre des bains et d'aller à la piscine quand on est sujette aux irritations vaginales ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Je trouve les tampons très pratiques, mais ils m'irritent facilement. Pourquoi ? Dois-je renoncer pour les serviettes ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Je ne supporte pas les culottes en dentelle. Certains textiles irritent-ils plus que d'autres ? Y en a-t-il à éviter ?
    Voir la réponse en vidéo*

Les réponses du Dr Clarence de Belilovsky, dermatologue spécialisée en pathologie vulvaire à l'institut Alfred-Fournier de Paris et du Dr Brigitte Letombe, gynécologue à l'hôpital Jeanne-de-Flandre à Lille

Dans le forum :

Livre :

  • 800 Questions au gynécologue
    Alain Tamborini
    Ed. Marabout, septembre 2009

 

Sponsorisé par Ligatus