1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / Epilepsie

Un bracelet pour identifier les crises d'épilepsie

Un laboratoire hollandais a mis au point un bracelet pour détecter les crises d'épilepsie nocturnes. Son efficacité a été testée sur un groupe de patients.

Rédigé le

Un bracelet pour identifier les crises d'épilepsie
Nightwatch. Credit: Livassured

Les crises d'épilepsie nocturnes peuvent être extrêmement dangereuses, surtout si elles se produisent en l'absence de témoins. Et encore plus lorsque les sujets épileptiques sont handicapés, avec un risque de 20% de mourir de telles crises.

Dans un article publié le 24 octobre dans la revue Neurology, un groupe de chercheurs néerlandais a présenté un dispositif mis au point pour identifier, pendant la nuit, différents types de crises d'épilepsie. Il s'agit du bracelet Nightwatch, un outil combinant deux types de capteurs : l'un mesure le rythme cardiaque (qui augmente au cours d'une crise d'épilepsie), l'autre un accéléromètre, qui mesure la position et les mouvements.

Un outil pratique et efficace

Le bracelet, petit et pratique, est placé sur le bras du patient, en contact avec la peau pour surveiller le rythme cardiaque.

Des tests visant à évaluer l'efficacité du dispositif ont été réalisés sur un groupe de 28 adultes qui déclarent avoir souffert au moins une fois par mois de crises d'épilepsie. Ils ont été surveillés chaque nuit pendant 3 mois. Au cours de cette période, le bracelet a détecté 85% des attaques les plus graves. Un résultat bien meilleur que celui obtenu avec d'autres appareils actuellement utilisés, tels que des capteurs détectant les vibrations du lit dues aux crises qui ont une sensibilité de 21%.

L'outil est calibré pour identifier différents types de crises d'épilepsie, en particulier celles qui sont cliniquement les plus urgentes. Nightwatch pourrait donc permettre d’éviter les morts subites dues à l’épilepsie, mais aussi de surveiller les crises au moyen de paramètres objectifs et de vérifier l’urgence:  plus la tachycardie dure longtemps, plus la crise est dangereuse.

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr