1. / Maladies
  2. / Cancer

Cancer : quelle prise en charge pour les personnes âgées ?

D'après l'Institut de veille sanitaire (Invs), sur les plus de 150.000 décès causés chaque année par le cancer, 40% concernent des personnes âgées de 65 à 80 ans. Jusqu'à quel âge peut-on être soigné pour un cancer ? Comment adapter la prise en charge des patients âgés ? Quand faut-il arrêter les traitements ?

Rédigé le , mis à jour le

Cancer : quelle prise en charge pour les personnes âgées ?
Cancer : quelle prise en charge pour les personnes âgées ?
Sommaire

Cancers des personnes âgées : une prise en charge adaptée

Les gériatres et les oncologues travaillent ensemble pour proposer des thérapies adaptées aux personnes âgées.

Souvent les patients âgés cancéreux présentent des fragilités causées par d'autres pathologies. De ce fait, la prise en charge de ces malades est plus complexe car elle ne peut se limiter uniquement au soin du cancer. Elle doit en effet être plus globale et est donc plus importante que pour un jeune adulte.

La prise en charge (suivi et traitements) des personnes âgées atteintes d'un cancer est adaptée aux problèmes de santé du patient. Un autre avantage de la prise en charge, c'est le traitement des cancers après 70 ans. On avait pour habitude de ne plus traiter les cancers après cet âge, sous le motif qu'à cet âge le cancer est moins virulent, et qu'il n'était pas nécessaire de fatiguer encore plus des personnes. Mais l'espérance de vie augmentant, on a vu des personnes soignées d'un cancer à 75 ans faire des rechutes 5 ou 10 plus tard, par manque de suivi.

À cet âge, les comorbidités augmentent beaucoup et parfois le cancer est secondaire dans le soin du malade. Il faut donc faire la part des choses au cas par cas et pouvoir traiter convenablement ces personnes.

Beaucoup de traitements sont possibles après 80 ans et la demande de prise en charge des malades très âgés doit être entendue. La sélection par l'âge n'a plus de sens. Maintenant la prise en charge doit être modulée par le désir des patients et par le savoir médical.

Des consultations spécifiques permettent d'évaluer les capacités du patient à supporter les traitements anticancéreux : c'est ce qu'on appelle les évaluations gériatriques.

Oncogériatrie : une approche pluridisciplinaire

L'oncogériatrie est le résultat du rapprochement de deux spécialités : la cancérologie et la gériatrie.

Le cancer représente la première cause de mortalité pour les 65-80 ans devant les maladies cardiovasculaires. Longtemps on ne prenait pas en charge les patients après 70 ans. Mais avec l'allongement de la durée de vie et les progrès des traitements, les pratiques commencent à changer.

La collaboration avec les gériatres et une équipe médico-sociale autour des patients âgés atteints d'un cancer, est nouvelle. Le rôle du cancérologue est thérapeutique et il manque une approche médicale du type généraliste. Il n'a d'ailleurs pas toujours été facile de faire travailler les cancérologues avec des gériatres. C'est une impulsion très forte du Plan cancer qui a donné naissance à l'oncogériatrie.

Aujourd'hui, l'objectif est d'arriver à mieux connaître les spécificités des cancers chez les personnes âgées afin d'améliorer la prise en charge des patients. Le Plan cancer 2009-2013 consacre une action à l'oncogériatrie avec notamment une augmentation de l'inclusion des personnes âgées de plus de 75 ans dans les essais cliniques en cancérologie.

En Île-de-France, il existe trois centres spécialisés en oncogériatrie, où les patients peuvent être orientés par leur cancérologue vers un gériatre pour voir ce qui peut être amélioré dans leur prise en charge.

Cancers des personnes âgées : l'ajustement des traitements

Compte tenu de la fragilité des personnes âgées, l'enjeu est de bien dosé les traitements pour qu'ils gardent leur efficacité.

Le traitement des cancers en radiothérapie demande généralement une séance par jour durant six semaines, ce qui est très pénible pour les malades âgés. Du coup certains centres ont réussi à réduire le traitement à trois séances par semaine, tout en gardant la même efficacité. 

Dans le cadre du Plan cancer 2009-2013, un appel à projets a été lancé le 11 mars 2011 par l'INCa. Il a pour objectif de soutenir le déploiement national d'unités de coordination en oncogériatrie (UCOG).

Cancer des personnes âgées : le rôle des infirmières coordinatrices

Une infirmière coordinatrice pour un meilleur suivi

Pour accompagner les personnes âgées atteintes d'un cancer, certains hôpitaux ont créé des postes d'infirmières coordinatrices dans leur service d'oncogériatrie.

Les infirmières coordinatrices sont chargées d'une part de faire le lien entre les différents professionnels de santé et d'autre part de répondre à toutes les questions des malades, souvent un peu perdus au milieu de cette prise en charge complexe.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Questions/réponses :

Ailleurs sur le web