Rose, 2 ans, exclue de la crèche à cause de son épilepsie

En avril 2016, dans le Gard, Rose, 2 ans, a été exclue de la crèche à cause de son épilepsie. Depuis, ses parents ont saisi la justice pour discrimination. La décision devrait être rendue le 10 mars prochain.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Lorsque Rose a 6 mois, ses parents signent un projet d'accueil individualisé (PAI) avec une crèche. Ce document autorise le personnel à administrer un traitement d'urgence à l'enfant en cas de crise d'épilepsie. Mais, en janvier 2016, une nouvelle directrice arrive et remet en question la présence de la fillette dans la structure.

Emilie Augustin, sa mère, se rappelle de cet entretien : "Elle nous a expliqué que la place de Rose n'était pas dans la micro-crèche mais dans un institut pour enfants handicapés. Pour elle, l'épilepsie était un handicap et surtout pouvait nuire aux autres enfants".

Les parents saisissent la justice pour discrimination

Rose ne présente pourtant aucun problème moteur et cérébral. Mais quelques semaines après cette rencontre, Emilie Augustin et son mari reçoivent un mail de la crèche pour leur annoncer l'exclusion définitive de leur petite fille. Une décision brutale qui prend effet immédiatement.

Les parents de Rose décident alors de saisir la justice pour discrimination. Ils sont soutenus dans leur combat par Epilepsie France. L'association s'est portée partie civile. Elle se bat pour l'intégration en collectivité des enfants épileptiques.

Former les personnels des crèches à la prise en charge de l'épilepsie

À Besançon, par exemple, depuis trois ans, un médecin forme les personnels des crèches publiques aux gestes de premiers secours. Le Dr Norbert Khayat, épileptologue, leur explique aussi comment administrer le traitement d'urgence en cas de convulsion. "Si on retarde l'administration du médicament et que la crise dure un certain temps, pour le cerveau de l'enfant, cela peut poser des problèmes. Le but du médicament est d'éviter la crise qui va durer longtemps pour l'enfant". Cette prise en charge s'effectue toujours en lien avec le Samu. Et, elle satisfait aussi bien le personnel que les parents.