Prothèses PIP : la date du premier procès a été fixée

Prothèses PIP : la date du premier procès a été fixée

Le scandale des prothèses PIP sera enfin porté devant la justice : un procès pour tromperie se tiendra au Tribunal de Marseille à compter du 17 avril 2013.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

C'est un procès hors norme qui s'annonce. Hier, jeudi 4 octobre 2012, le parquet de Marseille a convoqué les avocats des deux parties pour une première réunion technique, visant à préparer le futur procès dans l'affaire des prothèses PIP.

Ce premier procès, concernant la procédure de tromperie, se tiendra à Marseille du 17 avril au 14 mai 2013. Pour accueillir le plus de plaignantes possible souhaitant suivre les débats, le Ministère Public et le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Marseille ont décidé de recréer un tribunal hors les murs : les audiences se tiendront au Parc Chanot, le palais des congrès et des expositions de Marseille, qui sera réorganisé pour l'occasion en trois salles, afin d'accueillir les témoins, les prévenus, la presse, et tout le personnel de justice.

Avec plusieurs milliers de personnes attendues, ce procès devrait être l'un des plus importants jamais tenus en France. "Pour l'instant, 300 plaignantes nous ont fait savoir qu'elles souhaitaient assister aux débats", explique l'avocat Philippe Courtois, qui lui-même représente 2 300 victimes. "Mais maintenant que la date du procès a été fixée, il est fort probable que de nouvelles femmes souhaiteront se joindre à notre action et sans doute se déplacer jusqu'à Marseille. Beaucoup d'entre elles avaient d'emblée baissé les bras, pensant qu'il n'y aurait jamais de procès".

Pour l'heure, la procédure compte 4 500 plaintes pour tromperie. Deux autres procédures suivront : l'une pour blessures et homicides involontaires, l'autre sera de nature financière.

L'affaire avait été révélée fin mars 2010, lorsque les prothèses PIP, non homologuées, avaient été retirées du marché français, et la société fondée par Jean-Claude Mas, liquidée judiciairement. Monsieur Mas avait été mis en examen en janvier 2012. Il comparaîtra en avril 2013 avec d'autres cadres de l'usine.

La pose de prothèses mammaires PIP concerne 30 000 femmes en France, et sans doute beaucoup plus à l'étranger. Une grande campagne de retrait de ces prothèses avait été lancée par le ministère de la Santé en janvier 2012. A ce jour, on estime à 12 000 le nombre de retraits en France.

Pour en savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :