Le Dr Poupardin dénonce ''l'acharnement'' de la Sécu

Le Dr Didier Poupardin est jugé aujourd'hui, mercredi 26 septembre 2012, au Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale (TASS) de Créteil, pour avoir systématiquement fait bénéficier ses patients souffrant d'une affection longue durée (ALD) de remboursements à 100 %. Le médecin généraliste, lui, s'est dit victime "d'un acharnement" ce matin sur RTL.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Le Dr Poupardin dénonce ''l'acharnement'' de la Sécu

Ses défenseurs l'on surnommé "le médecin au grand cœur", mais pour la sécurité sociale, Didier Pourpardin est avant tout un fraudeur. Son larcin ? 2 612 euros exactement. Le médecin généraliste aurait délivré des ordonnances non conformes à 51 patients, entre avril 2007 et mars 2008. Des patients souffrant d'affection longue durée.

Pour les personnes souffrant de maladies graves comme les cancers ou les maladies cardiaques, la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM) a prévu une ordonnance spécifique appelée "bizone". Sur la feuille, deux sections :

  • en haut, les médicaments remboursés à 100 % et qui doivent avoir un rapport "direct et incontestable" avec la maladie longue durée ;
  • en bas, les médicaments qui sont remboursés selon le barème classique et qui ne sont pas liés à la pathologie.

Mais pour le Dr Didier Poupardin, invité d'RTL, mercredi 26 septembre 2012, "la répartition des médicaments par zone ne va pas de soi". Les médecins peuvent par exemple prescrire des médicaments qui atténuent les effets secondaires du traitement de la maladie longue durée.

Après 35 ans d'exercice, le Dr Didier Poupardin se dit victime d'un "acharnement" qui l'a poussé à cesser son activité à Vitry-Sur-Seine et partir en retraite plus tôt qu'il ne l'avait envisagé. Il a écrit à la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, pour que cesse cette "pollution intellectuelle", que subissent beaucoup de médecins.

En savoir plus