Le Dr Bonnemaison renvoyé aux assises

Le Dr Bonnemaison renvoyé aux assises

Le médecin urgentiste de Bayonne a été renvoyé devant la cour d'assises. Il avait été mis en examen en août 2011 pour avoir abrégé la vie de neuf patients âgés par injections létales. Des actes qu'il a assumés, estimant qu'il devait mettre fin à des souffrances extrêmes.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Le médecin urgentiste, Nicolas Bonnemaison, a été renvoyé devant la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques pour l'euthanasie de sept patients en fin de vie.

"Il va enfin pouvoir se défendre"

Pour les soutiens de l'urgentiste, ce renvoi, annoncé mercredi 16 octobre 2013, n'est "pas une surprise". "Il va enfin pouvoir se défendre", a souligné le Dr François Bannier, médecin anesthésiste hospitalier à Bayonne.

Agé de 53 ans, le Dr Bonnemaison avait été mis en examen à partir d’août 2011 pour avoir abrégé la vie de neuf patients âgés, par injections létales. En août, le parquet de Bayonne avait requis son renvoi pour huit de ces neuf cas. "Les deux juges de l’instruction ont estimé que pour un des patients (pour lesquels le parquet avait requis le renvoi, ndlr), l'infraction n’était pas caractérisée", a commenté le procureur de la République de Bayonne, Anne Kayanakis, au cours d’une conférence de presse. Elle anticipe une "audience longue", avec des "témoins multiples".

Le Dr Bonnemaison devra donc répondre, sans doute "au second semestre 2014" selon le procureur, de "sept cas d’empoisonnement sur personnes vulnérables, constitués par le fait d’administrer des substances de nature à attenter à la vie d’autrui". Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Débat sur la fin de vie

En juillet, le président François Hollande avait déclaré qu’il envisageait un projet de loi sur la fin de vie avant la fin de l’année 2013, après un débat public, souhaité par le Comité consultatif d’éthique (CCNE) qui reste divisé sur la légalisation du suicide assisté et de l’euthanasie.

La majorité des membres de ce comité a préconisé de ne pas légaliser l’assistance au suicide (la délivrance d'un produit qu'une personne pourrait elle-même s'administrer) et/ou l’euthanasie et s’est inquiétée de l'élargissement de leurs indications dans certains des pays qui les ont légalisées ou autorisées. Le Comité, dans sa majorité, a jugé qu'une telle légalisation pourrait être perçue par des personnes vulnérables comme un risque d'être abandonnées et de voir leur vie abrégée contre leur volonté.

 

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :