La force de frappe des karatékas vient du cerveau, non des muscles

La force de frappe des karatékas vient du cerveau, non des muscles

Des chercheurs britanniques ont identifié des modifications dans la substance blanche du cerveau qui seraient à l'origine de la force et de la précision de frappe. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Cerebral Cortex le 14 août 2012.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les scientifiques ont voulu comprendre comment les karatékas pouvaient être capables de casser des briques ou des planches à mains nues. Ils ont donc mené leur étude avec une population de douze personnes "ceinture noire" de karaté ayant en moyenne pratiqué la discipline durant plus de 13 ans. Le groupe contrôle était également composé de douze personnes d'âges comparables et pratiquant une activité physique régulière, les arts martiaux mis à part.

Tous les cobayes devaient donner des coups de poing sur une surface à la très faible distance de 5 cm, afin de mesurer la vitesse de leurs mouvements.

Les chercheurs ont observés que les karatékas avaient une vitesse de frappe plus importante que les autres sportifs, grâce à une meilleure synchronisation des mouvements des poignets et des épaules. De plus, à l'aide de scanners cérébraux, ils ont mis en évidence des différences entre les deux groupes au niveau de la substance blanche.

La substance blanche est la partie du cortex cérébral qui assure la transmission rapide des influx nerveux entre deux structures du système nerveux central (SNC) ou entre celui-ci et un nerf situé en périphérie dans l’organisme.

Dans le groupe de karatékas, la substance blanche était modifiée au niveau du cervelet et du cortex moteur primaire, deux structures impliquées dans le contrôle des mouvements. Les scientifiques ont établi que plus ils avaient d'expérience, plus les changements de la substance blanche étaient visibles.

Selon les auteurs de l'étude, la substance blanche ainsi développée permet un réglage très fin des connexions neuronales au niveau du cervelet et du cortex moteur primaire, conduisant à une parfaite synchronisation des mouvements du tronc et des bras.

En conséquence, ces modifications leur donnent la possibilité de placer leurs coups de poing d'une façon rapide et précise que les personnes du second groupe sont incapables de reproduire.

Source : "Individual Differences in Expert Motor Coordination Associated with White Matter Microstructure in the Cerebellum", Cerebral Cortex, le 14 août 2012. Doi : 10.1093/cercor/bhs219

En savoir plus