1. / Alimentation

Bonnes résolutions : trois semaines sans soda (et plus si affinités)

Au début de l’année 2015, une campagne de sensibilisation au lien entre consommation de boissons sucrées et prise de poids a été lancée dans le nord-ouest de l’Angleterre. Dans l’une des villes du pays où les adolescents sont le plus en surpoids ou obèses, un défi à été lancé à des collégiens : abandonner les boissons pétillantes trois semaines durant. Ce qui revient à épargner à son organisme l'absorption de plus 750 grammes de sucre...

Rédigé le

Bonnes résolutions : trois semaines sans soda (et plus si affinités)
© al62 - Fotolia.com

"Beaucoup de gens sont conscients des effets délétères des boissons sucrées ont sur les dents", expliquent les initiateurs de la campagne Gulp (voir encadré) sur le site web dédié. "Mais beaucoup moins de personnes sont conscientes du lien entre une surconsommation de boissons sucrées et un gain de poids". En multipliant les actions médiatiques et en communiquant sur les réseaux sociaux, l’initiative invite les britanniques à changer leurs habitudes.

Gulp est un programme de sensibilisation  de la population aux effets délétères pour la santé d’une surconsommation de boissons sucrées. Il s’inscrit dans le cadre plus large d’une campagne de réduction de l’obésité dans le nord-ouest de l’Angleterre (campagne Food Active) initiée par l’organisation Health equalities group.

Le mot anglais "gulp" signifie "gorgée". Il est ici également l’acronyme de "give up loving pop", qui pourrait se traduire par "abandonnez les produits pétillants que vous adorez").

Deux des fausses publicités de la campagne Gulp. (DR)

Parmi les éléments visuels de la campagne (ci-contre), quatre fausses marques de soda, dont le nom rappellent les risques encourus par les consommateurs : "FAT" ("gras", Gulp rappelant qu’une canette de soda sucrée par jour peut se solder par la prise de six kilos en un an), "Flat line" ("électrocardiogramme plat", accompagné du slogan "une cannette de soda par jour augmente d’un tiers le risque de maladie cardiaque"), "Rot" ("pourrissement", en référence aux dangers pour la dentition) et "Type 2", en référence au diabète…

Dans ce contexte, la BBC a suivi des élèves âgés de 12 à 13 ans, membre d’une classe de niveau 4ème, engagés dans un défi d’abstinence calorique : 21 jours durant, les adolescents devaient proscrire les boissons gazeuses sucrées de leur alimentation. Le lieu de l’expérience n’était pas anodin, les participants appartenant à une école de la ville de Blackpool (dans le Lancashire), qui présente l’un des taux d’enfants et adolescents en surpoids et obèses les plus élevés de Grande-Bretagne…

Après un entretien avec une infirmière dentaire, qui a sensibilisé les adolescents à l’impressionnante quantité de sucre présente dans leurs cannettes de soda (jusqu’à 20 cuillères à café de sucre !) et aux caries dentaires, le coup d’envoi était lancé.

Trois semaines plus tard, les quatre cinquièmes des élèves avaient tenu le coup. Pour certains, l’expérience fut aisée, tandis que d’autres l’ont vécu comme un véritable combat contre leurs impulsions. Aucun n’a pris la décision d’abandonner définitivement les boissons gazeuses, mais le bilan chiffré de l’exercice pourra en faire réfléchir plus d’un : ceux qui ont relevé le défi ont évité d’absorber plus de 750 grammes de sucre (soit plus de 45.000 calories).

Hélas, contrairement à une idée reçue, il faut bien plus de trois semaines pour changer une habitude alimentaire... Certaines recherches suggèrent que le temps moyen necessaire pour rompre avec ce type de réflexe est au moins trois fois supérieur... soit un peu plus de deux mois "à tenir" pour espérer que le cerveau commence à comprendre que le passage par le distributeur de soda n'est pas une nécessité. A noter, toutefois, que ces travaux ne prennent pas en compte les situations d'addiction alimentaire, qui rendent ce type de défi beaucoup plus difficile à relever.

Et vous, pourriez-vous prendre goût à l'absence de soda ?

Voir aussi sur Allodocteurs.fr