Human Brain Project : un modèle pour mieux comprendre le cerveau

Le cerveau humain est encore un mystère mais peut-être plus pour très longtemps. Un projet scientifique européen de grande envergure, entamé en 2005, devrait permettre de comprendre l'origine de l'intelligence ou encore la cause des maladies neurologiques ou psychiatriques d'ici 2023.

Rédigé le

Human Brain Project : un modèle pour mieux comprendre le cerveau

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne dirige le projet "Human Brain" 

100 milliards de neurones dans un cerveau

Une douzaine d'universités participent au projet baptisé "Human Brain" afin de créer un modèle informatique capable de mimer le fonctionnement du cerveau humain : les mécanismes mis en oeuvre pour traiter l'information, apprendre, réparer les dommages cellulaires.

Le cerveau est l'organe le plus difficile à observer et à comprendre. Des signaux chimiques et électriques sont échangés en permanence entre les quelques 100 milliards de neurones. Avec les outils technologiques traditionnels, analyser toutes ces données prendrait des décennies. Les scientifiques du projet "Human Brain" ont donc créé un nouvel outil.

En sept ans, l'équipe a réussi à reconstituer le fonctionnement biologique d'une colonne entière de cortex de rats et à la multiplier de façon à observer l'activité de près de 360 000 neurones virtuels. Les chercheurs ont ensuite comparé le modèle de cerveau en 3D avec les données sur le cerveau réel des mammifères obtenus dans un laboratoire.

Selon le chef du pôle médical du projet, ces avancées pourraient alors révolutionner la médecine, et en particulier la connaissance des maladies cérébrales comme Alzheimer, Parkinson ou la schizophrénie.

À terme les scientifiques du projet espèrent pouvoir développer de nouveaux outils pour affiner les diagnostics et de nouvelles générations de médicaments plus efficaces après les avoir testé sur le cerveau humain virtuel.

Le projet "Human Brain" a été pré-sélectionné dans le cadre d'un programme lancé par l'Union européenne pour soutenir les recherches aux frontières de la science et de la science-fiction. S'il est finaliste, il sera financé sur 10 ans à hauteur d'un milliard d'euros.

En savoir plus :