Fantasmer, un besoin ?

A-t-on tous besoin de fantasmer pour avoir une sexualité épanouie ?

Rédigé le , mis à jour le

Fantasmer, un besoin ?

Les réponses avec le Dr Catherine Solano, sexologue-andrologue et le Dr Sylvain Mimoun, gynécologue-andrologue :

"Ce n'est pas que l'on a tous besoin de fantasmer. Mais on fantasme tous, même les personnes qui prétendent ne pas avoir de fantasme. Très souvent, ce sont des personnes qui ont des fantasmes assez soft. Par exemple, si on imagine ses prochains rapports sexuels avec son ou sa partenaire, on est déjà dans le fantasme. Ce sont des fantasmes d'anticipation. Mais comme on est confronté à la pornographie dans notre société, les gens imaginent qu'un fantasme est forcément quelque chose d'étrange, de hard. En fait, ce n'est pas du tout le cas.

"Beaucoup de femmes n'osent pas dire qu'elles ont des fantasmes. Elles n'osent pas se le dire à elles-mêmes car elles pensent que ce n'est pas convenable. Quand elles apprennent qu'un fantasme n'est qu'une caresse de l'esprit, elles acceptent beaucoup plus facilement les choses."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

  • Je rêve souvent de mon ex, et parfois cela tourne au fantasme. Cela veut-il dire que je ne suis pas encore guérie de lui ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • Pourquoi les fantasmes sont-ils toujours ou presque de l'ordre de la transgression ? Cela correspond-il aux interdits de l'enfance ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • J'ai des fantasmes assez violents, est-ce que ça signifie que je suis pervers ?
    En quoi peut-on dire que les fantasmes sont des soupapes de sécurité ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses avec le Dr Catherine Solano, sexologue-andrologue et le Dr Sylvain Mimoun, gynécologue-andrologue

Sponsorisé par Ligatus