De quoi souffre Michael Schumacher ?

Depuis maintenant 48 heures, Michael Schumacher est entre la vie et la mort. Après avoir subi deux opérations suite à son violent traumatisme crânien, il a rapidement été plongé dans un coma artificiel et sa température corporelle abaissée entre 34 et 35°C pour protéger son cerveau. Retour sur les étapes clés de sa prise en charge médicale.

Rédigé le

Photo : L'héliport de l'hôpital Michallon à La Tronche, près de Grenoble - Vidéo : chronique de Gérald Kierzek, médecin urgentiste

Une chirurgie pour drainer les hématomes

Le 29 décembre dernier, le plus grand champion de l'histoire de la F1, Michael Schumacher dévalait les pentes de la station de Méribel avec son fils quand il a été victime d'un grave accident de ski. Après une chute, le côté droit de sa tête a violemment heurté un rocher.

Malgré le port de son casque, des hématomes intracrâniens se sont formés tellement le choc a été violent. Un hématome intracrânien est un épanchement sanguin qui se forme dans le cerveau suite à une rupture traumatique de vaisseaux cérébraux (artères ou veines).

Dans les heures qui ont suivi, il a été transféré au CHU de Grenoble pour être pris en charge rapidement. Le neurochirurgien qui l'a opéré dimanche, le Dr Stephan Chabardès, a indiqué avoir observé "une plaie du cuir chevelu ainsi qu'un enfoncement de la voûte osseuse, témoignant de la violence du choc".

Il a tout de suite bénéficié d'une première chirurgie cérébrale qui a consisté en un drainage des hématomes avec craniectomie (ouverture du crâne) pour diminuer la pression intracrânienne. Cette chirurgie n'est pas systématique devant un traumatisme crânien et dépend du degré de gravité des lésions cérébrales.

Une chirurgie est à envisager quand un hématome intracrânien est volumineux. Une absence de traitement pourrait en effet comprimer le tronc cérébral (région du système nerveux central) et entrainer une mort cérébrale. L'indication était donc clairement posée par les chirurgiens de Grenoble devant les lésions cérébrales de Michael Schumacher.

Les neurochirurgiens qui l'ont opéré ont décidé de réaliser une seconde intervention chirurgicale pour évacuer un autre hématome et favoriser la diminution de la pression intracrânienne. Le scanner de contrôle après cette deuxième opération s'est révélé être "satisfaisant" comparé aux précédentes images.

Placé en hypothermie pour diminuer la pression intracrânienne

En plus des saignements et des hématomes, le traumatisme crânien a entrainé un œdème cérébral augmentant de façon anormale la pression intracrânienne. Après avoir été opéré, il a ensuite été plongé dans un coma artificiel à une température de 34 à 35°C.

Dans le cadre des traumatismes crâniens, l'hypothermie modérée thérapeutique est indiquée pour deux raisons: soit à visée neuroprotectrice, c'est à dire pour protéger les dégâts cérébraux; soit pour diminuer l'hypertension intracrânienne, conséquence du traumatisme crânien.

Dans tous les cas, l'intérêt de cette méthode dans le cadre des traumatismes crâniens à plusieurs objectifs: favoriser une protection neuronale, réduire la pression intracrânienne, diminuer les lésions cérébrales qui pourraient aggraver les séquelles neurologiques.

"Michael Schumacher est toujours placé en hypothermie afin de restreindre les efforts de son cerveau et dans un coma artificiel qui peut durer le temps que l'on juge nécessaire», a souligné ce matin Jean-François Payen, chef de service de réanimation du CHU de Grenoble où il est hospitalisé.

Son état de santé est en "légère amélioration"

Les séquelles neurologiques potentielles du traumatisme crânien dépendent du choc initial et de la gravité des lésions engendrées.

Ces séquelles peuvent être très variables: simples maux de tête, paralysie, crises d'épilepsie, troubles du langage, troubles de la  mémoire ou dans le pire des cas évoluer vers le décès. La résorption d'hématomes intracrâniens peut varier de 3 semaines à 3 mois en moyenne.

D'après la dernière déclaration à la presse du professeur Jean-François Payen, l'état de santé de Schumacher est "en légère amélioration" mais il est impossible pour le moment de juger de son pronostic.

Pour en savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Sponsorisé par Ligatus