Alcool et ados : des verres de trop

Les comportements d'alcoolisation effective, comme les ivresses, augmentent rapidement pendant les années de collège et de lycée. Un collégien français sur six et trois lycéens sur cinq reconnaissent avoir déjà été ivres. Un constat inquiétant que révèle une fois de plus une étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'Institut de veille sanitaire (InVS), mardi 7 mai 2013.

Rédigé le

Alcool et ados : des verres de trop

L'alcool, les abus et la jeunesse, ce cocktail ne surprend plus beaucoup. Mais quand ces jeunes sont encore des enfants de 11 et 12 ans, cela devient alarmant. D'après l'étude publiée mardi 13 mai 2013 par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), plus de 59% des enfants scolarisés en sixième et cinquième ont déjà bu de l'alcool, 7% ont déjà été ivres... Cette consommation a lieu le plus souvent dans un cadre familial, il s'agit le plus souvent de champagne ou de cidre, probablement liée à des fêtes familiales.

Après la cinquième, le chiffre grimpe vite : 83% des élève de troisième (14 ans) et 93% des élèves en classe de terminale ont déjà consommé de l'alcool, et plus de 69% ont déjà été ivres. Un élève sur quatre de cette classe aurait une consommation régulière, à savoir au moins 10 fois dans le mois précédent l'enquête.

Ivresse et alcools forts

Là, exit le cidre doux, bières et alcools forts remplissent les verres des fêtes des adolescents. Les garçons seraient deux fois plus nombreux à boire.

Ces chiffres confirment d'autres relevés en mars 2013 sur l'augmentation inquiétante de jeunes arrivant aux Urgences suite à des soirées bien trop arrosées. Certains médecins constateraient des cirrhose dès l'âge de 25 ans. A l'époque, le Pr Michel Reynaud, addictologue à l'hôpital de Villejuif, regrettait que "le fait d’être ivre mort dans une soirée soit devenu banal".

Car entre 18 et 25 ans, toujours d'après l'étude du BEH, la consommation excessive festive continue : un tiers déclare avoir au moins une soirée très arrosée par mois, c'est-à-dire plus de six verres d'alcool par soir. Or, le cerveau des adolescents est particulièrement vulnérable à l'alcool : les problèmes de dépendance s'accroissent avec une consommation précoce.

Cette consommation varie en fonction du niveau socio-éducatif. Les enfants dont les parents ont des diplômes d'enseignement supérieur boivent plus que ceux dont les parents n'ont pas le bac.

En France, la consommation moyenne est de trois verres par jour et par adulte. Il a été récemment estimé que l'alcool est responsable d’environ 49 000 décès par an et demeure la seconde cause de mortalité évitable, après le tabac.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Et aussi :