1628 : La révolution de Harvey

HISTOIRE DE LA CHIRURGIE CARDIAQUE - Il a fallu attendre le XVIIe siècle pour que l'on découvre que le sang circule dans notre corps. William Harvey, médecin et biologiste à la cour du roi Charles Ier, découvre que le cœur est une pompe par lequel le sang passe et repasse.

Rédigé le

1628 : La révolution de Harvey
William Harvey - Photo © AKG Images/Interfoto

Jusque-là, les théories de Galien font foi. Pour ce médecin grec du IIe siècle, le sang est fabriqué par le foie à partir des aliments. Celui-ci s'écoule ensuite jusqu'au cœur qui le réchauffe. Puis sa route continue vers le reste de nos organes. Son surplus s'évapore enfin avec la sueur, les selles ou l'urine. D'où le meilleur et le plus radical des remèdes pendant quinze siècles : la saignée !

Il s'agit alors, non sans audace, d'inciser le patient pour évacuer le sang infecté. S'il pâlit, s'il s'évanouit, alors l'opération est un succès ! Il est purifié. Il suffit ensuite qu'il retrouve l'appétit pour que du sang neuf circule à nouveau dans ses veines. Et si jamais le mourant trépasse, rien de plus alarmant que la simple décision du Tout Puissant.

La révolution anglaise

Au début du XVIIe siècle, William Harvey, médecin et biologiste à la cour du roi Charles Ier, a l'intuition que le sang circule dans le corps en vase clos. À cette époque, pas question d'ébruiter cette hypothèse qui contrecarre l'enseignement séculaire de Galien. Il faut la prouver !

Harvey dissèque de nombreux animaux, mais c'est la grenouille, animal de sang froid, qui remporte ses faveurs. Lorsqu'il ligature les veines caves, son cœur se vide. Au contraire, si c'est l'aorte que l'on presse, il gonfle de plus en plus. Harvey en a la preuve : le cœur est une pompe par lequel le sang circule, acheminé par les veines, expulsé par les artères.

Des cours d'anatomie à la cour du roi Soleil

Quand il publie ses résultats, en 1628, Harvey s'attire les foudres de l'Eglise. Des médecins de l'Europe entière crient au scandale. En France, Descartes est le premier à prendre sa défense. De son côté, la Faculté de médecine refuse d'en entendre parler.

La polémique s'étend jusqu'à la cour de Louis XIV. C'est à lui que revient le pouvoir de trancher. Il prend alors conseil auprès de Dionis, l'un de ses fidèles chirurgiens. Celui-ci refuse la virulence du corps médical et veut étudier cette théorie de plus près.

Pour la première fois en France, on donne des cours d'anatomie en public. On y expose les principes de la circulation du sang. Pour l'occasion, des amphithéâtres éphémères sont installés dans les jardins du roi. Peu à peu la théorie de la circulation du sang de Harvey gagne l'Europe.

En savoir plus sur l'histoire de la chirurgie cardiaque :

VOIR AUSSI :

Sponsorisé par Ligatus