Vitiligo : un traitement prometteur pour repigmenter la peau

Le vitiligo est une une maladie auto-immune qui touche environ 1% de la population mondiale et entraîne une dépigmentation de la peau. Un traitement qui associe anti-inflammatoires et photothérapie est à l'étude.

Adélie Floch
Rédigé le , mis à jour le

Marcio Bezerra est brésilien, il est arrivé en France il y a presque 10 ans. C’est là bas, alors qu’il avait une vingtaine d’années que les premières traces du vitiligo sont apparues, d’abord sur ses mains, puis aujourd’hui sur la quasi-totalité de son corps. Même si le danseur affiche fièrement sa dépigmentation de la peau, il essaye un nouveau traitement qui pourrait repigmenter certaines de ses tâches.

Une différence qui le rend unique

"Ça a beaucoup changé ma vie, je vis avec le vitiligo depuis 15 ans, ça ne me dérange pas du tout, je me sens avec une identité plus forte, avec deux couleurs. Quand je croise une personne, elle va se rappeler de moi toujours par rapport au vitiligo, c’est marquant et j’aime ça", explique Marcio Bezerra.   

Beaucoup de malades du vitiligo disent souffrir du regard des autres, mais ce n’est plus le cas de Marcio. L’homme accepte complètement sa différence et dans son entourage, ses tâches blanches n’ont jamais gêné personne.

Contrôler l’évolution avec les Flash UV

Marcio est régulièrement suivi dans ce centre de référence de Bordeaux. C’est le premier hôpital à utiliser une machine à "flash UV" dans le cadre du vitiligo. Ses prises de vue permettent de contrôler l’évolution de la maladie : grâce aux flash UV, les zones où la mélanine n’est plus produite par les cellules de la peau ressortent encore plus clairement à l’image. 

"Voilà, à quoi nous sert cet appareil. Ça nous permet d'avoir des photos comparatives d’une fois sur l’autre et dans les mêmes conditions", explique Nicolas Andreu, attaché de recherche à l'hôpital Saint-André à Bordeaux.

La comparaison a déjà permis d’apprécier le chemin parcouru. Six mois après le début du nouveau traitement expérimental de Marcio, la repigmentation du visage est quasi complète.

Associer anti-inflammatoires et photothérapie

Mais quel est ce nouveau traitement encore à l'étude ? "Nous associons une combinaison d’anti-inflammatoires pour permettre de bloquer l'inflammation responsable de la perte de pigmentation et un traitement par photothérapie qui est réalisé pendant trois à six mois", se félicite le Pr Julien Seneschal, dermatologue à l'hôpital Saint-André de Bordeaux. C'est l'exposition à la lumière par photothérapie qui permet de repigmenter les tâches blanches.

Ce traitement, dont Marcio bénéficie en avant-première, fera bientôt l’objet d’un essai clinique.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !