AVC : Il ne fait pas bon être jeune et Américain

AVC : Il ne fait pas bon être jeune et Américain

Les adolescents et jeunes adultes américains sont de plus en plus exposés aux risques d’accidents vasculaires cérébraux (AVC). C’est ce que démontre une étude publiée au début du mois de septembre 2011, dans les Annales de Neurologie (Annals of Neurology).

Setti Dali
Rédigé le , mis à jour le

Des chercheurs américains ont recensé l'incidence des AVC d'origine ischémique, auprès des "Centers for Disease Control and Prevention" (CDC) d'Atlanta sur la période 1995-2008. Ces centres enregistrent toutes les hospitalisations, et les classent en fonction des pathologies. Or, l'étude de cette classification a démontré une augmentation des accidents ischémiques plus importante chez le jeune homme que chez la femme. D'autre part, on constate que plus la femme est jeune, entre 15 et 34 ans, plus elle a de risque de faire une hémorragie méningée. Plus couramment appellée rupture d'anévrisme, elle correspond à une dilatation localisée de la paroi d'une artère cérébrale, et pour laquelle le taux de mortalité s'élève à 40 %.

Les AVC frappent tôt. Très tôt.

L'étude montre en effet que les infarctus cérébraux sont en augmentation importante chez les garçons âgés de 5 à 14 ans. "Attention, ces chiffres sont mineurs", avertit toutefois le Pr. Yves Samson, neurologue et chef du service des urgences cérébro-vasculaires à l'hôpital La Pitié-Salpêtrière. "Ils sont importants à l'échelle de la population rapportée, à savoir 4 patients hospitalisés pour 10 000 habitants. Mais à l'échelle nationale, l'augmentation est peu perceptible."

Les jeunes et les facteurs de risques

Peu importe, les chercheurs comptent se servir de l'étude auprès du gouvernement, pour intensifier les messages de prévention. Car pour le Pr. Mary Georges, médecin en charge de la division "Maladies cardiovasculaires et Prévention des AVC" au CDC, cette tendance aurait pour origine une mauvaise hygiène de vie durant l'adolescence. Pendant leurs études, les adolescents et les jeunes adultes s'exposeraient ainsi aux facteurs de risques : hypertension artérielle, tabagisme, diabète, excès de cholestérol. Or, l'étude montre que ces facteurs de risques étaient en augmentation chez les jeunes patients.

Mais il n'y a pas que cela. Il y a aussi l'exposition au haschich et aux autres drogues. Chez les 15-34 ans, 13 % des patients hospitalisés ont déclaré consommer une drogue. Ce qui vient confirmer un constat fait par une équipe française au CHU de Strasbourg. Le Dr Valérie Wolff, neurologue, a montré qu'il y a 10 fois plus de risques ischémiques chez des patients ayant fumé du haschich dans les heures qui précèdent l'accident. L'accident ischémique est un infarctus cérébral dû à la présence de bouchons ou caillots dans les artères cérébrales ou carotidiennes.

Chaque année, 150 000 Français meurent des suites d'un AVC, selon France-AVC.com. Ces accidents constituent la première cause de handicap acquis à l'âge adulte.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Dans les médias :

Ailleurs sur le web :