Risque de cancer et nitrites : l’agence sanitaire française confirme le lien

“L’existence d’une association entre le risque de cancer colorectal et l’exposition aux nitrates et nitrites” a été confirmée ce mardi par un avis de l’Agence nationale de sécurité alimentaire.

Mathis Thomas avec AFP
Rédigé le
En France, le cancer colorectal tue chaque année près de 18 000 personnes
En France, le cancer colorectal tue chaque année près de 18 000 personnes  —  Shutterstock

Les nitrites présents dans la viande transformée représentent bel et bien un danger pour les consommateurs. Dans un avis publié ce mardi 12 juillet, l’agence nationale de sécurité alimentaire (Anses) confirme “l’existence d’une association entre le risque de cancer colorectal et l’exposition aux nitrates et nitrites”, des additifs controversés utilisés dans la charcuterie.

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) classait la viande transformée comme cancérogène. Sept ans plus tard, l’autorité sanitaire française pointe elle aussi du doigt ces produits, notamment la charcuterie, laquelle favoriserait, entre autres, l’apparition de cancers colorectaux. 

À lire aussi : L'application Yuka condamnée pour avoir critiqué la présence de nitrites dans des charcuteries

"Mesures compensatrices" pour les charcutiers

En France, ce type de cancer tue chaque année près de 18 000 personnes. L’Anses recommande donc de “réduire l'exposition de la population aux nitrates et nitrites par des mesures volontaristes en limitant l'exposition par voie alimentaire".

Historiquement, les charcutiers recourent aux composants nitrés pour allonger la durée de conservation des produits et prévenir le développement de bactéries pathogènes. Ce sont aussi ces composants qui donnent sa couleur rose au jambon, naturellement gris.

L’Anses plaide donc pour une “mise en œuvre de mesures compensatrices”, permettant de limiter le risque de développement de maladies comme la salmonellose, la listériose ou le botulisme. Par exemple en raccourcissant les dates limites de consommation des produits ou en agissant au niveau des étapes de fabrication (mesures de bio-protection dans les élevages et les abattoirs).

"Nitrites cachés"

L'association Foodwatch, la Ligue contre le cancer et l'application Yuka ont immédiatement demandé aux pouvoirs publics "d'interdire ces additifs". "Face aux faits scientifiques, les acteurs politiques doivent prendre leurs responsabilités", affirment-elles dans un communiqué commun. 

Sans avoir attendu cet avis, de grands fabricants, comme Herta ou Fleury Michon, se sont déjà lancés dans des gammes de jambon "sans nitrites". L'Anses met en garde contre les solutions de substitution à base d'"extraits végétaux" ou de "bouillons de légumes". "Ces produits dits sans nitrite ajouté ou zéro nitrite contiennent donc des nitrates et des nitrites cachés", souligne l'agence sanitaire.

Limiter sa consommation de charcuterie

L'Anses estime aussi important de mieux définir les "doses journalières admissibles" de nitrates et nitrites, car elle constate un paradoxe. Alors même que les doses maximales recommandées (150 grammes de charcuterie par semaine en France) sont respectées (par 99% de la population), le lien entre consommation de viandes transformées et risque de cancer existe.

L'Agence conseille toutefois de limiter sa consommation de charcuterie à 150 grammes par semaine et appelle à avoir une alimentation diversifiée, avec au moins cinq portions de fruits et légumes par jour.

L'application Yuka condamnée pour avoir critiqué la présence de nitrites dans des charcuteries  —  Le Magazine de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !