Pourquoi la grippe s'annonce-t-elle plus virulente cet hiver ?

À une semaine du début de la campagne de vaccination contre la grippe, l’enjeu est d’autant plus grand que les maladies respiratoires menacent cet hiver. Le Dr Benjamin Davido, infectiologue, nous éclaire.

Muriel Kaiser
Muriel Kaiser
Rédigé le
La grippe touche entre 2 et 6 millions de personnes par an
La grippe touche entre 2 et 6 millions de personnes par an  —  Shutterstock

Si elle n’a pas fait parler d’elle ces deux dernières années, la grippe pourrait bien faire son retour en force cette saison. Elle est dans le viseur des autorités sanitaires et les médecins sont aux aguets concernant une éventuelle flambée de l’épidémie. 

Cette situation tranche avec les précédents hivers, quasiment dénués de cas de grippe. "En 2020, le Covid-19 a complètement pris la place de la grippe, ce qui fait qu’il n’y a presque pas eu de cas", explique Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches. "Le confinement et les gestes barrières ont empêché l’arrivée d’une grippe tonitruante", poursuit-il.   

Puis, en 2021, les mêmes gestes barrières, le port du masque ainsi que la double vaccination, qui combine le Covid-19 et la grippe, ont à nouveau empêché le retour de la grippe. 

Plusieurs raisons au retour de la grippe

Or cet hiver, la situation est très différente. Le Dr Davido s’interroge : "les gens vont-ils se faire vacciner contre la grippe cette année alors même qu’on n’en parle plus depuis deux ans ? Est-ce qu’ils ne vont pas faire un choix entre vaccin contre le Covid-19 et vaccin contre la grippe ?"

Surtout, "on a abandonné les gestes barrières". Pour le Dr Benjamin Davido, il s’agit là de la pierre angulaire "de ce qui pourrait mal se passer". Selon lui, "on a tourné la page du Covid-19 peut-être un peu tôt et on a embarqué, dans cette page, la grippe et toutes les autres maladies respiratoires". Un "vrai danger", estime le spécialiste.

De plus, si l’on suit ce qui se passe dans l’hémisphère sud, la situation s’annonce tendue. En Australie par exemple, où le virus circule déjà avant de toucher l'hémisphère nord, les cas flambent et sont plus sévères.

À lire aussi : Grippe de la tomate : des symptômes de la variole du singe et du Covid chez les enfants contaminés

Une possible "situation inédite"

Conséquence : on risque de se retrouver dans une situation inédite avec la circulation de plusieurs agents infectieux, le Covid-19, la grippe et d’autres maladies. Il est donc possible de souffrir de co-infections (grippe et Covid-19 en même temps, par exemple).  
 
"Tous les critères sont réunis pour que la grippe circule", résume le Dr Davido. Pour autant, "ça ne veut pas dire que la situation sera cataclysmique"

Pour l'infectiologue, l’enjeu est de pousser les personnes les plus fragiles à aller se faire vacciner, à la fois contre le Covid-19 et contre la grippe, à l’heure où de nombreuses personnes restent réticentes face à la quatrième dose.   

Début des vaccinations le 18 octobre

La campagne de vaccination contre la grippe débutera le 18 octobre. Jusqu’au 15 novembre, elle sera réservée aux personnes à risques (personnes âgées de 65 ans et plus, personnes atteintes de maladies chroniques, femmes enceintes, professionnels de santé...).  
 
La vaccination est gratuite pour les personnes prioritaires, et coûte entre 6 € et 10 € pour les autres. Le gouvernement rappelle que la grippe touche chaque hiver entre 2 et 6 millions de personnes.  

Après une grippe, une gastro ou la Covid... quand faut-il reprendre le sport ?  —  Le Mag de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !