1. / Maladies
  2. / Seniors
  3. / Maison de retraite

Comment choisir sa maison de retraite ?

Comment choisir sa maison de retraite ? Entre ce qu'on pense être le mieux pour la personne âgée et son propre choix, comment se décider pour un établissement ? Pourquoi coutent-elles si chères ? Enfin, comment être sûr du bien-être des personnes âgées placés en maison de retraite ?

Rédigé le , mis à jour le

Comment choisir sa maison de retraite ?
Comment choisir sa maison de retraite ?
Sommaire

Maison de retraite : un choix de famille

Comment trouver son bonheur en maison de retraite ?

Ne pouvant plus rester seules chez elles, les personnes âgées sont souvent contraintes de choisir une maison de retraite.

Mais comment savoir si une maison de retraite sera adaptée à ses besoins ?

Renée (89 ans) et sa fille expliquent comment elles ont trouvé leur bonheur.

Maisons de retraite : l'importance de la première visite

Visiter les maisons de retraite permet de faire son choix.

Quand les gestes les plus simples deviennent difficiles, quand la santé d'une personne âgée décline au point qu'il peut être dangereux de la laisser seule à son domicile… se pose alors la question de l'entrée en maison de retraite. En France, on compte près de 10.400 établissements, tous secteurs confondus : public, privé et associatif.

Ces lieux de vie sont plus ou moins médicalisés en fonction de l'état de santé de leurs résidents. Alors comment bien choisir sa maison de retraite ? Outre les questions financières et logistiques, l'entrée en maison de retraite représente aussi un moment difficile pour les familles, soucieuses du bien-être et de la bonne adaptation de la personne âgée.

Pour vous aider à choisir la maison de retraite la mieux adaptée à vos besoins, vous pouvez vous rendre sur le site maisons-de-retraite.fr.

Maisons de retraite : un coût important à justifier

Maisons de retraite : combien ça coûte ?

L'installation en maison de retraite représente un coût non négligeable pour les personnes âgées et leurs familles. Difficile de s'y retrouver entre le tarif de l'hébergement, très variable selon les établissements… et les autres dépenses inhérentes à la prise en charge médicale du résident.

Lorsqu'une personne âgée entre en maison de retraite, elle paie en premier lieu l'hôtellerie. Comptez en moyenne 48 euros par jour, soit 1.440 euros par mois pour un hébergement en maison de retraite public. Dans le privé, ce coût s'élève à 73 euros par jour en moyenne, soit 2.200 euros par mois. Le Conseil général octroie une aide sociale aux familles dont les revenus sont insuffisants, elle concerne principalement les établissements publics.

À cela s'ajoute le coût des soins médicaux et paramédicaux. Le forfait soins couvre les soins nécessaires pour traiter les troubles physiques ou psychiques des résidents. L'Assurance maladie verse ce forfait à la maison de retraite, il paie notamment les salaires du personnel soignant.

Autre dépense incontournable : le tarif dépendance. Si la personne âgée nécessite une assistance pour des gestes courants de la vie quotidienne. Sa prise en charge est en partie financée par l'APA, l'allocation personnalisée d'autonomie qui est versée par les Conseils généraux. On peut toucher l'APA à partir de 60 ans. Son montant varie en fonction du degré de dépendance de la personne âgée. Elle est versée tous les mois et sans limitation de durée. Elle couvre par exemple les frais liés à l'alimentation, à la toilette ou aux déplacements de la personne âgée. Cette aide est aussi calculée en fonction des revenus du résident.

Si la personne perçoit plus de 4.500 euros par mois, elle n'a pas droit à l'APA. Bon à savoir : lorsque le Conseil général a octroyé une aide financière pour l'hébergement de la personne âgée, à son décès ses descendants sont tenus de rembourser l'aide avancée. C'est ce que l'on appelle le recours sur succession.

Personnes âgées : 200 maisons de retraite sur la sellette

Pascal Champvert, le président de l'Association des directeurs de maisons de retraite

200 maisons de retraite fonctionnent en toute "irrégularité" en France. La secrétaire d'Etat aux Aînés, Nora Berra, a annoncé le 3 décembre 2009, qu'elles avaient trois mois pour se mettre en conformité, faute de quoi elles seraient fermées d'office. Pascal Champvert, président de l'Association des directeurs de maisons de retraite, réagissait sur le plateau du Magazine de la santé, le 3 décembre 2009 à ce sujet.

En savoir plus sur les maisons de retraite

Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Questions/réponses :

Sponsorisé par Ligatus