1. / Maladies
  2. / Maladies nutritionnelles
  3. / Poids, obésité

Prévenir l'obésité chez les enfants

En France, 18% des enfants sont obèses ou en surpoids. Une alimentation trop grasse et trop sucrée, et un manque d'activité physique sont-ils seuls responsables ? Comment expliquer la montée de l'obésité chez l'enfant ? Quelle est la part des facteurs environnementaux et génétiques ? Les enfants sont-ils égaux face à ce problème ?

Rédigé le , mis à jour le

Prévenir l'obésité chez les enfants
Prévenir l'obésité chez les enfants
Sommaire

Obèse ou seulement dodu ?

Les explications de Marina Carrère d'Encausse et de Benoît Thevenet sur la courbe de croissance

En France, près de 18% des enfants et des adolescents sont actuellement en surpoids, dont 3% ont atteint le stade de l'obésité. Alimentation trop grasse et trop sucrée, manque d'activité physique, facteurs génétiques, problèmes de sommeil... les causes habituellement évoquées sont variées.

Pour savoir si une personne est en surpoids, on calcule l'indice de masse corporelle (IMC). Le poids est divisé par la taille au carré. Si le chiffre obtenu est au-dessus de 25, on parle de surpoids. Et à partir de 35, on parle d'obésité morbide. Ce calcul est vrai pour les adultes. Pour les enfants, ce n'est pas si simple. Les valeurs doivent être interprétées en fonction de l'âge et du sexe. Il faut donc reporter le chiffre obtenu sur une courbe. Mais pas sur une courbe de croissance, mais sur une courbe de corpulence. Sur cette courbe est indiquée une ligne d'évolution de corpulence normale. Quand les valeurs se situent au-dessus de cette ligne, on parle d'obésité. Et quand elles sont en dessous, on parle d'insuffisance pondérale.

En moyenne, la corpulence augmente la première année de la vie, puis diminue jusqu'à 6 ans, puis croît à nouveau jusqu'à la fin de la croissance. Cette remontée est normale parce que l'enfant prend en quelque sorte des réserves pour satisfaire son organisme qui grandit. On parle de rebond d'adiposité. Plus le rebond est précoce (avant 6 ans), plus le risque de devenir obèse est élevé. Le rebond d'adiposité est une sorte de marqueur prédictif du risque d'obésité.

Savoir prévenir le rebond d'adiposité

Elise, 7 ans, est obèse depuis 3 ans. Sa maman témoigne.

Le suivi de l'évolution de la corpulence permet de détecter le plus tôt possible un problème de surpoids, avant que l'obésité ne s'installe. 60% des enfants obèses risquent de devenir des adultes obèses avec tous les risques que cela comporte pour leur santé.

Surpoids : la santé en danger

Arij doit faire des efforts à chaque repas pour retrouver un poids normal.

Pathologies liées à un surpoids Les conséquences peuvent être immédiates sur la santé de l'enfant, au niveau des articulations ou sur la fonction respiratoire (l'enfant manque de souffle). Plus tard, il a plus de risque de développer un diabète gras ou une pathologie cardiovasculaire et c'est même son espérance de vie qui risque alors de diminuer.

Vie sociale. Le regard des autres compte énormément à l'adolescence. Le surpoids peut alors aussi avoir des retentissements sur la vie sociale et le bien-être.

Centres hospitaliers pour enfants obèses

Dans ces centres, des diététiciennes apprennent aux enfants obèses ou en surpoids à se réconcilier avec la nourriture.

Quand le suivi en ville ne suffit pas, certains enfants et adolescents peuvent rejoindre durant quelques semaines ou quelques mois, des centres spécialisés.

Il existe en effet des services particuliers dans certains hôpitaux destinés aux enfants obèses. Objectif : perdre les mauvaises habitudes alimentaires qui ont conduit à la prise de poids, réapprendre à s'alimenter sainement et faire de l'exercice physique.

Un internat pas comme les autres

Visite au centre d'aide aux jeunes obèses des Ecureuils, à Antrenas

Lorsque le suivi en ville avec un nutritionniste ou un endocrinologue n'est pas suffisant, certains enfants sont pris en charge dans un centre de soins. On les appelle les SSR : soins de suite et de réadaptation.

Les enfants obèses ou en surpoids y sont accueillis en internat, pendant plusieurs mois, le temps de retrouver une meilleure hygiène de vie.

Renforcer l'estime de soi

Atelier de socio-esthétique

Dans la prise en charge des enfants et adolescents obèses, il n'est pas seulement question d'alimentation et d'activité physique. Il est aussi question d'estime de soi.

Appréhender ses formes pour mieux se mettre en valeur, c'est le but des ateliers relooking proposés aux adolescents obèses et en surpoids. "Les séances de socio-esthétique consistent à revaloriser l'image et l'estime de soi. Et le médiateur, c'est l'esthétique", explique Murielle Vaillant, psycho-socio-esthéticienne. Les participants à ces ateliers reçoivent ainsi des astuces et conseils pour "tricher et camoufler leurs complexes".

La socio-esthétique est aussi l'occasion de moments de détente. Pendant une heure, les adolescents prennent le temps de s'occuper d'eux et ont ainsi une meilleure image d'eux.

Sponsorisé par Ligatus