Covid : comment le gouvernement cherche à relancer la vaccination des enfants

Lancée le 22 décembre dernier, la campagne de vaccination anti-covid des 5-11 ans peine à décoller. Seul 3,8% des enfants éligibles ont reçu une dose pédiatrique du vaccin Pfizer.

Mathis Thomas
Rédigé le , mis à jour le
Covid : comment le gouvernement cherche à relancer la vaccination des enfants

La vaccination contre le Covid des jeunes enfants ne fait pas l’unanimité. Face à la réticence des parents, les autorités sanitaires rencontrent des difficultés pour expliquer clairement le bien-fondé de cette mesure. Au samedi 22 janvier, seuls 216 000 enfants âgés de 5 à 11 ans avaient reçu une première dose de vaccin contre le Covid.

Un mois après le début de la campagne pédiatrique, 3,8 % des 5,8 millions d’enfants éligibles ont été vaccinés. “L’objectif […], c’est qu’on vaccine tous les enfants éligibles”, a déclaré mardi 25 janvier un responsable du ministère de la Santé, lors d'une conférence de presse.

A lire aussi : PIMS : ce qu'il faut savoir sur ce syndrome qui touche les enfants après un Covid

Accord d'un seul parent

Pour le Pr Alain Fischer, à la tête du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, le taux de vaccination des plus jeunes n’est pas à la hauteur des espérances du gouvernement. “Il ne faut pas cacher les chiffres, on ne peut pas dire que ce soit un grand succès”, regrette-t-il.  

Dans un contexte marqué par la flambée des contaminations du Covid-19, le gouvernement revoit sa copie.

Plusieurs règles vont donc être simplifiées pour vacciner les enfants. L'accord d'un seul parent redevient suffisant. L'autre grande mesure porte sur les personnels soignants habilités à administrer des doses pédiatriques. Ainsi, infirmiers, pharmaciens et sages-femmes rejoignent les médecins dans cette campagne de vaccination des 5-11 ans.  

Covid : des enfants vaccinés  —  Le Magazine de la Santé - France 5Le Magazine de la Santé

Augmentation des hospitalisations

Si le gouvernement veut convaincre les parents de faire vacciner leurs enfants, c'est qu'il n'a, pour l'heure, pas d'autre choix. Contrairement aux 12-17 ans, soumis comme les adultes au pass sanitaire, les plus petits n'y sont pas contraints. Les hospitalisations d'enfants infectés par le coronavirus ont fortement augmenté par rapport aux vagues précédentes. 

“Diminuer, même un peu, la fréquence des infections chez les enfants, c'est diminuer un peu la transmission et c'est toujours une bonne chose (pour) protéger les personnes les plus fragiles" - Pr Alain Fischer

L'inquiétude des spécialistes porte sur la vaccination des enfants les plus fragiles. Sur plusieurs centaines de milliers d'enfants de moins de 11 ans dans ce cas, ils ne sont même pas 3% à être vaccinés, alors que la vaccination anti-Covid leur avait été ouverte plusieurs semaines.