Chevaux de course : des patients très spéciaux

Les chevaux de course du Prix d’Amérique Legend Race sont comparables à des athlètes de haut niveau. Dès leur jeune âge, des vétérinaires les examinent sous toutes les coutures. Reportage.

Farah Kesri
Rédigé le
Chevaux de course : des patients très spéciaux  —  Le Magazine de la Santé - France 5

Davidson du Pont, Délia du Pommereux ou encore Diable de Vauvert... ils seront tous partants ce dimanche 30 janvier pour le mythique Prix d’Amérique Legend Race à Vincennes.
Ces chevaux de course nécessitent un examen médical spécialement adapté qui repère toute anomalie susceptible de survenir pendant une course.

Une clinique dédiée à la médecine équine

Le domaine du château de Grosbois se situe aux portes de Paris. Avec ses 410 hectares dédiés au cheval trotteur, c’est le plus grand centre d’entrainement d’Europe. Au cœur du domaine se trouve une clinique vétérinaire est entièrement consacrée à la médecine équine.  

Bichon, de son son vrai nom Jakadi, est un trotteur français de trois ans qui doit être examiné par la vétérinaire le Dr Deniau. Thibault, son driver s'inquiète d’un bruit respiratoire que fait son cheval à la fin d'une course et après la récupération.  

Jakadi n’a pas encore participé à une course mais il est plein de promesse et ce petit bruit pourrait compromettre sa future carrière. Comme pour tous sportifs, le Dr Deniau commence par s'assurer du bon fonctionnement du cœur du cheval. 

Un endoscope dans la narine

Il a le cœur qui bat régulièrement. Pas de soucis particuliers, il est bon pour la piste. L’examen qui va suivre doit permettre de repérer l’origine du bruit émis par Jakadi. Le cheval est équipé d’un tapis de selle comportant tout le nécessaire pour réaliser une endoscopie sur la piste de course : boîtier qui enregistre les images d'un côté, batterie de l'autre.

Et dans la narine du cheval : un endoscope, qu'il faut parvenir à introduire. Pas de gêne pour le cheval car l'endoscope est très petit par rapport au diamètre de la cavité nasale. 

"Avec ce système d’endoscopie embarquée, on essaye de reproduire de façon la plus fiable, les conditions dans lesquelles le cheval est au travail. Quand on met le cheval sur un tapis, ce n'est pas du tout pareil, il n’a pas le sulky derrière, il n’a pas le stress, il n’a pas la tête dans la même position donc ça peut interférer avec les anomalies qu’on observe. Il peut y avoir des chevaux qui font le bruit sur la piste, qu'on n’arrive pas à reproduire sur le tapis roulant", précise le Dr Deniau.  

Réparer le voile du palais

Après quelques tours de piste, le bruit de raclement apparait et le moniteur révèle son origine."On a entendu un bruit expiratoire et inspiratoire effectivement suspect qui évoque un déplacement du voile du palais", confie le Dr Deniau. De retour à la clinique, les images confirment le diagnostic.  

"Sur les deux tours qu’il a fait, il a déplacé le voile du palais. C’est la partie basse de pharynx, une membrane qui sépare le nez de la gorge et qui est juste en dessous de l’épiglotte. Elle est passé par-dessus l’épiglotte. On ne voit plus les cordes vocales au moment de l’inspiration, on a une obstruction quasi complète qui occasionne le bruit respiratoire et une gêne au passage de l’air. Le cheval peut ressentir une sensation d’étouffement, arrêter son effort ou être contre performant", conclut le Dr Deniau. 

Pour le bien-être de leur cheval, Thibault et son père ont décidé de le faire opérer. Dans quelques mois, les sabots de Jakadi pourront de nouveau trotter sur la piste des champs de course.  

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !