Cancer de l'enfant : la radiothérapie favorise le diabète

Cancer de l'enfant : la radiothérapie favorise le diabète

Les enfants, dont les cancers ont été soignés par radiothérapie, seraient plus exposés au risque de diabète à l'âge adulte. En cause, les doses de rayons reçues au niveau du pancréas.

Benjamin Batard
Rédigé le

C'est une étude qui pourrait bien faire évoluer les protocoles de radiothérapie dans le traitement des cancers de l'enfant.

Pour la première fois, une équipe de chercheurs français de l'Inserm vient de montrer que des enfants guéris d'un cancer, qui ont reçu une dose de rayonnement ionisant au niveau du pancréas, ont un risque plus élevé de développer un diabète à l'âge adulte.

L'étude publiée dans la revue Lancet Oncology a été menée auprès de 2 500 personnes traitées pour un cancer dans l’enfance avant 1986 dans cinq centres en France et trois en Grande-Bretagne. Tous ces patients étaient guéris depuis au moins 20 ans.

En utilisant des modèles mathématiques, les chercheurs ont pu évaluer les doses de radiations reçues par les différents organes traités. Résultat, l'incidence du diabète à l'âge de 45 ans était de 6,6 % chez les sujets qui avaient reçu une radiothérapie, contre 2,3 % chez ceux qui n'en avaient pas reçu.

Le facteur déterminant est la dose de rayons reçue au niveau de la queue du pancréas, où se situent les îlots de Langerhans, responsables de la sécrétion d'insuline, l'hormone qui régule le taux de sucre dans le sang.

Les chercheurs ont découvert qu'à l'âge de 45 ans, 16 % des individus qui avaient reçu une dose supérieure à 10 Gray (l'unité de mesure de la dose de radiation absorbée par le corps) avaient développé un diabète contre 6,6 % pour l'ensemble des patients traités.

Pour les auteurs de l'étude, "le pancréas doit être considéré comme un organe critique lors de la planification de radiothérapie en particulier chez les enfants".

Source : "Radiation dose to the pancreas and risk of diabetes mellitus in childhood cancer survivors: a retrospective cohort study", The Lancet Oncology, Early Online Publication, 23 August 2012, doi:10.1016/S1470-2045(12)70323-6

En savoir plus