1. / Alimentation

Des industriels s'engagent à appliquer le logo nutritionnel sur leurs produits

Des grands groupes de distribution et un industriel de l'agroalimentaire viennent de s'engagent à afficher, sans attendre, le logo "Nutri-score" sur leurs produits.

Rédigé le , mis à jour le

Des industriels s'engagent à appliquer le logo nutritionnel sur leurs produits
Des industriels s'engagent à appliquer le logo nutritionnel sur leurs produits

Ce jeudi 27 avril, les groupes de distribution Intermarché, Leclerc et Auchan ainsi que l'industriel Fleury Michon ont signé, en présence de la ministre de la Santé Marisol Touraine, une "charte d'engagement" pour l’affichage, sans délai, du logo nutritionnel "Nutri-score" sur "sur l'ensemble des produits de leurs marques".

Un logo facultatif

Facultatif pour les fabricants, cet étiquetage est destiné à simplifier l'information sur la qualité nutritionnelle des aliments, de manière à inciter les Français à acheter moins de produits riches en gras, en sel et en sucre. 

Après un test en supermarchés ayant comparé l'efficacité de quatre systèmes d’étiquetage, la ministre de la santé avait annoncé, en mars, le choix du logo Nutri-score (les cinq lettres A, B, C, D, E assorties d'un dégradé de couleur allant du vert au rouge orangé). Egalement appelé code à 5 couleurs (5C), le Nutri-score avait été élaboré par une équipe de chercheurs de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Le principe d'un étiquetage nutritionnel simplifié avait été décidé dans la loi Santé de janvier 2016, en application de la réglementation européenne. L'arrêté qui fixe le cahier des charges de cet étiquetage a été notifié à la Commission européenne, qui doit se prononcer d'ici fin juillet sur sa conformité à la réglementation européenne.

Chez Intermarché, le logo avec les cinq lettres A, B, C, D, E, assorties d'un dégradé de couleur allant du vert au rouge orangé devrait apparaître "dès le mois de juin" sur "les produits à marque propre" vendus sur son site internet, a précisé le distributeur dans un communiqué distinct. Il sera ensuite "étendu progressivement", "d'ici la fin de l'année", aux produits vendus en magasin.

"L'enseigne a toujours été en faveur d'un étiquetage nutritionnel clair et accessible à tous. C'est pourquoi, elle soutient l'étiquetage plébiscité par la communauté scientifique et validé par les consommateurs", affirme Intermarché.

Auchan se dit lui aussi "favorable à une information claire et efficace des consommateurs" et s'engage à "mettre en avant" le Nutri-Score, actant la "légère préférence des consommateurs" pour ce système.

Selon le ministère de la Santé, d'autres entreprises "ont fait part de leur intention de s'engager prochainement".

"Eviter la cacophonie"

"Nous nous réjouissons de l'engagement de certains professionnels" à utiliser dès maintenant cet étiquetage, a réagi l'association de consommateurs CLCV (Confédération, logement et cadre de vie), espérant que "de nombreux autres vont suivre le pas".

La CLCV appelle également les fabricants à ne pas afficher d'autres logos, pour "éviter la cacophonie" et permettre aux consommateurs "de comparer rapidement les produits alimentaires entre eux".

En mars, Coca-cola, Nestlé, Mars, Mondelez, Pepsico et Unilever avaient, en effet, annoncé leur intention d'utiliser leur propre système d'étiquetage.

La Fédération du commerce et de la distribution (FCD), qui avait élaboré un système d'étiquetage concurrent, baptisé SENS, avait, quant à elle, jugé "prématuré" le choix de Nutri-score "alors même que la concertation est toujours en cours". Elle souhaite désormais attendre "d'avoir la confirmation de la conformité réglementaire des systèmes par les autorités européennes, afin de poursuivre de façon efficace ce projet ambitieux".

L'autre association de consommateurs associée à la signature, l'UFC-Que Choisir, appelle également "les autres fabricants et distributeurs à se rallier à ce modèle d'étiquetage", "à la fois le plus efficace pour les consommateurs et le seul à bénéficier de la reconnaissance de l'Etat". "Il permettra (...) de lutter contre certaines idées reçues", ajoute l'association, soulignant que certaines références de plats cuisinés comme du chili con carne, du couscous ou du petit salé aux lentilles se classent dans le vert.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr