Oestrogènes : ils boostent la croissance des tumeurs

Des chercheurs de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) ont constaté l'effet des oestrogènes sur différents types de tumeurs : ils concluent que les hormones favorisent directement ou indirectement leur croissance.

Rédigé le

Oestrogènes : ils boostent la croissance des tumeurs
Oestrogènes : ils boostent la croissance des tumeurs

Ce sont les hormones féminines par excellence, secrétées par les ovaires, responsables du développement pubertaire, et utilisées dans nos traitements contraceptifs ou post-ménopause. Si toutes les études ne l'ont pas prouvé, il est admis qu'une longue exposition à ces hormones pouvait augmenter le risque de survenue du cancer du sein. Une équipe de scientifiques de l'Inserm, dirigée par le Dr Françoise Lenfant, vient de montrer que ces oestrogènes agiraient aussi sur tous les types de tumeurs.

Dans les deux tiers des cas de tumeurs, les cellules du cancer du sein présentent des récepteurs à oestrogènes, ce qui signifie qu'elles sont sensibles à ces hormones et qu’elles se multiplient plus vite quand elles y sont exposées. Un traitement anti-hormonal pourrait alors se révéler efficace pour ces tumeurs là.

Pourtant on constate des effets bénéfiques de ces traitements sur un nombre plus large de tumeurs. Les spécialistes ont donc voulu en savoir plus sur l’effet des oestrogènes sur les cellules tumorales dans leur ensemble.

Des tumeurs qui augmentent plus vite sous oestrogènes

L’équipe de Françoise Lenfant ont donc implanté des cellules cancéreuses sans récepteurs à oestrogènes chez des souris dont les ovaires avait été retirés pour supprimer la production des hormones. La moitié était supplémentée en oestrogènes, l'autre non. Les chercheurs ont constaté une accélération de la croissance des cellules tumorales chez la moitié des souris supplémentées par rapport aux autres.

Comment les oestrogènes peuvent donc accélérer la progression d'une tumeur dont les cellules ne sont pas du tout hormonosensibles ? D'après Françoise Lenfant, il s'agirait en fait du résultat d'une action de l'hormone sur l'environnement de la tumeur, plus particulièrement sur son système vasculaire. Et plus la tumeur va être vascularisée, plus elle va croître. L'effet des hormones pourrait donc être jugé négatif. Pourtant, cette découverte ouvre la voie vers de meilleurs traitements, car en même temps, plus une tumeur est bien vascularisée, plus elle est sensible aux traitement chimiothérapiques et radiothérapiques.

En savoir plus