Don d'organes

Ch@t du 22 juin 2012 de 15h à 16h : les réponses du Dr Julien Charpentier, médecin-réanimateur, coordinateur de prélèvements d'organes à l'hôpital Cochin et de Joëlle Florit, infirmière coordinatrice de prélèvement au groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière à Paris.

Rédigé le

Don d'organes
Don d'organes
Sommaire

Les réponses du Dr Julien Charpentier, médecin-réanimateur, coordinateur de prélèvements d'organes à l'hôpital Cochin

  • Pourquoi la carte de donneur n’est-elle pas reconnue comme légale ? Pourquoi l’avis de la famille doit être demandé malgré la carte ?

La carte n'a pas de valeur légale car il n'y a pas de registre du Oui en France et le fait que vous ayez cette carte sur vous n'est pas enregistré dans un registre. Les éthiciens français pensent que vous devez pourquoi pas changer d'avis facilement ?

Tout dépend de la dose et de la fonction de vos organes. Néanmoins, le fait de dire que vous êtes favorable fera surement réfléchir vos proches pour eux.

  • Comment donner son corps à la science ?                                                              

Le don du corps à la science est une démarche que vous devez faire de votre vivant en contactant la faculté de médecine de votre région. Cela a un cout. Vous pouvez néanmoins aussi donner vos organes qui seront prélevé avant si cela est possible.

  • Porteur d une anomalie génétique (RB1, rétinoblastome), puis-je quand même être donneur ?

Cela dépends des organes et des patients en attente. C'est une affaire de spécialiste. Pour certaines pathologies, nous prenons l'avis de spécialiste avant d'envisager un prélèvement.

  • Si on respecte la loi du consentement présumé, l’avis de la famille ne devrait pas être demandé...

En théorie, nous ne demandons pas l'avis de la famille, nous recherchons le témoignage de la non opposition.

  • J’ai un situs inversus complet, puis-je donner et/ou recevoir des organes ?

Affaire de spécialiste... Pour le prélèvement, vous avez surement des organes qui fonctionnent très bien.

  • Est-ce qu’un organe a déjà été greffé plusieurs fois ou est-ce impossible ?

Il est très difficile de regreffer un organe déjà greffé. Par contre un receveur qui décède peut devenir donneur d'autres organes.

Le don du vivant est réservé à des personnes qui sont proches de vous (famille et proches depuis + de 2 ans). C'est l'équipe qui suit le membre de votre famille qui est en attente qui pourra vous proposer.

  • J’ai une cardiomyopathie congénitale grave et porteuse d’un défibrillateur avec un traitement médicamenteux lourd et on envisage une greffe à moyen terme. Cependant puis-je envisager de donner mes autres organes ?

En cas de décès et si vous organes (foie et rein) ne sont pas trop altérés par votre pathologie. Bon courage à vous.

  • Je suis une jeune fille de 21 ans qui est en couple avec une autre fille depuis 5 ans. Je trouve dommage que l’on ne puisse donner son sang (alors que j’ai un groupe sanguin rare) mais le don d'organes est-il soumis aussi à des questions. Pourquoi ?

La greffe d'organe est une greffe vitale. Le don du sang sauve aussi des vies mais la réglementation est plus stricte.

  • Mon mari et moi attendons un enfant et nous souhaiterions faire don du sang de cordon. Malheureusement la maternité que nous avons choisie (Nanterre) ne pratique pas ce type de prélèvement. Y-a-t il une personne ou une association à laquelle nous pouvons nous adresser afin de retirer un kit de prélèvement ?

Le don du sang de cordon est difficile à mettre en place partout en France Vous trouverez des infos sur le site de l'agence de la biomédecine. Félicitations....

Affaire de spécialiste. Cela dépend de la fonction de vos organes et de votre traitement.

  • Une personne qui possède un greffon, par exemple un cœur, peut-elle lors de son décès en faire à son tour don à quelqu’un dans le besoin ou bien le greffon n’est utilisable qu’une seule fois ?

Le greffon n'est pas regréffable mais les autres organes peuvent être greffés.

  • Je suis asthmatique et je suis un traitement depuis plusieurs années (Sérétide®). Puis-je donner mes poumons/bronches ou peuvent-ils ne plus être viables ?

Pour vos poumons, cela dépend de votre atteinte respiratoire.

  • Après un appel à l’EFS, je ne peux pas donner mon sang à cause de cette pathologie et peut être pas non plus mes organes, je suis vraiment déçue de ne pas pouvoir aider ....Mais effectivement, le fait d’en avoir parlé avec mes proches m’a permis de connaitre leur position à ce sujet.

Super, parlez en autour de vous. Cela facilite grandement l'entretien avec les proches.

  • Oui mais ils ne sont pas dans le bon sens exemple le coeur n’a pas les valves dans les mêmes directions qu’un coeur classique.

Cela va donc être dur pour le coeur...

  • J’ai ma carte de donneur d’organes depuis 28 ans, et je suis atteinte de plusieurs maladies auto-immunes (diabète type 1, Hashimoto, polyarthrite rhumatoïde, anémie de biermer. Cela compromet-il les prélèvements ? Je voudrais vraiment donner sans toutefois, faire un cadeau empoisonné !

Il n'y aura pas de cadeau empoisonné, votre dossier sera discuté par des spécialistes.

  • J’ai eu des transfusions sanguines à la naissance, est-ce que mes organes peuvent faire l’objet d’un don ?

Oui, un bilan sera fait avant.

Oui.

Oui, s'il n'y a pas d'atteinte des autres organes (coeur, reins...).

  • Enfant, j’ai subi quelques transfusions sanguines car porteur de la Minkowski chauffard (maladie héréditaire), j’aimerais savoir s’il m’est possible de donner mes organes le moment venu (le plus tard possible...). De plus, j’aimerais savoir si et comment il est possible d’intégrer une cellule dans un établissement devant gérer les dons et les demandes de greffes.

Les transfusions ne sont pas une contre-indication absolue. Pour vous impliquer dans le don, il y a de nombreuses associations qui militent (Greffe de vie, ADOT...)

  • Je suis diabétique. Je souhaite savoir si j’ai le droit de faire le don d'organes, pour pouvoir en parler au tour de moi.

Oui, si votre diabète n'a pas retenti sur les autres organes (coeur, reins...).

  • Je suis atteint de la maladie de Crohn diagnostiquée en 1997. J’ai subi 2 interventions chirurgicales (résection du grêle). Je suis actuellement sous Imurel® (200 mg) et sous Rémicade® toutes les 8 semaines. Donc puis-je faire don de mes organes ?

Affaire de spécialiste mais cela semble être compliqué.

  • Ce n’est pas l’avis mais le témoignage de non opposition qui est demandé mais pourtant il arrive qu’un don soit refusé par l’opposition d’un membre de la famille, c’est donc l’avis de la famille qui prime et non plus le témoignage de non opposition du défunt...la loi de consentement présumé ne devrait elle pas être revue ?

Il n'est pas possible de tout faire subir à une famille endeuillée. Il faut avoir de l'empathie et comprendre pourquoi ils s'opposent et recentrer le débat sur l'avis de la personne décédée. Faites connaitre votre position.

  • Un séropositif peut-il donner tous ses organes, à défaut, c’est négatif pour lesquels ?

Séropositif pour le VIH : c'est une contre-indication en France.

  • Il est question de rapidité lorsqu’on parle de don d'organes. Mais quel organe a la plus courte espérance de vie extra corporelle ?

Le coeur et les poumons doivent être greffés en moins de 4h.

Oui, un bilan de prélevabilité est effectué avant.

  • Mon mari et moi-même sommes disposés à donner nos organes ainsi que ceux de nos 3 enfants. Cependant nos parents respectifs peuvent-ils s’opposer à nos choix ?

Aux yeux de la loi non, mais nous sommes obligés de les informer. Le respect des dernières volontés permet souvent aux familles "d'accepter".

  • J’ai une sclérose en plaques puis-je faire un don d’organes et don du sang ?

Malheureusement non. Mais parlez du don autour de vous.

  • Les maladies auto-immunes sont-elles contre indiquées pour un don d’organe ?

Cela dépend desquelles et des traitements donnés.

  • J’ai été opérée d’une pyélo-urétérale du rein droit, il est dilaté. Est-ce qu’il est viable pour une greffe ? Est-ce qu’un organe qui a subit une opération peut servir pour une greffe ?

Pas de problème, un examen morphologique est fait avant.

  • A qui revient le coût du prélèvement des organes ?

Le prélèvement d'organe est pris en charge par le sécu. La greffe de rein fait faire de grandes économies (moins de dialyses très couteuses) et permet aux gréffés de reprendre une vie et leur travail...

C'est l'organisation de la faculté.

  • Je suis chirurgien algérien, comment opérer au lieu hostile, un donneur et un receveur, si personne nous encourage ?

En mettant en avant que cela sauve des vies... Courage.

Cela dépends de votre traitement.

  • Je ne comprends pas pourquoi je n’ai aucune réponse à mes 2 inscriptions à un don de moelle osseuse ?

Je ne peux pas vous répondre. Manifestez vous sur le site de l'agence de la biomédecine...

  • Qui sont les patients prioritaires pour les dons ? Les plus jeunes ? Les premiers en liste ? Les plus fragiles ?

En France, priorité aux enfants puis aux plus malades, puis au plus proches du donneur géographiquement.

  • J’ai subi en 1977 une CIA à Marseille, je ne peux pas donner mon sang car transfusée à l’époque mais pourrais-je quand même donner mes organes ?

Après des test probablement que oui.

  • Merci de préciser les modalités de certitude de mort : la mort cérébrale (encéphalogramme plat) parait douteuse : cf les nombreux exemples de rétablissement, encore récemment la jeune anglaise. Votre réponse est très importante pour la suite.

Les médias véhiculent parfois des informations erronées (Egypte : mort clinique...). La loi française est la plus rigoureuse : 2 médecins, un examen du donneur (qui n'est plus capable notamment de respirer) et 2 électroencéphalogrammes à 4h de distance pendant 30 min sans aucun médicament dans le sang qui puisse perturber cet examen.

  • Je porte un pacemaker, puis-je quand même donner mes organes, et plus précisément, mon cœur ?

Cela dépend pourquoi vous avez un PM.

  • Une personne en arrêt cardio-respiratoire depuis plusieurs minutes chez elle, en attente des secours pourra quand même faire don de mes organes ?

C'est possible dans certaines conditions très très rares. La mort encéphalique est la principale source d'organe en France. Elle est diagnostiquée en Réanimation.

  • Je suis transplanté hépatique, puis-je être donneur ? Pourquoi ne pourrait-on pas mettre notre accord ou refus sur la carte vitale ?

Donneur de rein possiblement. Pour la carte vitale, cela change la loi. Il est prévu de mettre dessus que vous connaissez la loi (si vous êtes contre vous l'avez dit...)

  • Peut-on spécifier sur la carte de donneur quels organes nous sommes d’accord de donner ?

Oui, mais dites le à vos proches aussi.

  • Puis-je donner malgré une maladie de Vaquez, ai actuellement 66 ans ?

Affaire de spécialiste. Cornées peut être.

  • Mes organes resteraient obligatoirement en France, ou pourraient-ils être envoyés à l’étranger ?

En général, il y a un receveur en France. Si ce n'est pas le cas, un receveur est cherché en Europe.

  • Ai-je bien compris ? Les homosexuelles ne peuvent pas faire don d’organes et de sang ? Pourquoi ? Je suis choquée.

Pour le don d'organe, ce n'est pas absolu. Cela devrait changer.

  • Pour le prélèvement comment êtes-vous sûr que la personne est bien décédée ?

Le diagnostic doit être fait suivant une modalité très précise. Voir réponse plus bas.

Non, c'est écrit dans les lois de bioéthique: Anonymat donneur/receveur.

  • Victime d’une rupture d’anévrisme en 2008, puis-je encore donner mes organes et redemander une carte que j’avais mais que j’ai détruite après mon hospitalisation, croyant que je ne pouvais plus être donneur. En bonne santé par ailleurs, j’ai 64 ans.

Vous pouvez être donneur (se). Parlez-en autour de vous.

  • Combien de temps est laissé à la famille pour répondre à la recherche du consentement du défunt ? Et comment cela se passe si le défunt n’a pas de famille ?

La possibilité du prélèvement est limité à quelques heures (aggravation des organes). Si la personne n'a pas de famille, nous essayons de trouver des proches...

  • Puisqu’on peut s’inscrire sur le registre des refus, pourquoi ne pas créer le registre des gens qui accepteraient ?

Il y aurait trop peu de gens inscrit.

  • Est-il possible de donner ses organes malgré un traitement par immuno suppresseur ?

Cela dépends du traitement et de la maladie.

  • Je suis pour le don d’organes, tout le monde le sait ! Je suis enceinte actuellement et la clinique que j’ai choisi fait le don du sang de cordon, je n’ai pas réfléchit longtemps, je donne.

Bravo. Effectivement, on peut donner tout au long de la vie : sang de cordon, sang, plasma, plaquettes, moelle et organes. Félicitations.

  • J’ai la carte France Adot 31 depuis 1996. A cette période, on ne m’avait pas décelé la maladie de Chrohn dont je suis soignée maintenant par Rémicade®, dosage 3 flacons tous les 2 mois. Je suis traitée également par Novatrex® (méthotrexate) pour du psoriasis 4 cp/semaine pour le moment. Puis-je être toujours donneuse d’organes ? Dois-je écrire sur un post-it mes traitements, au cas où ?

Affaire de spécialiste mais parler du don d'organe autour de vous est une bonne chose. Un prélèvement ne sera effectué qu'après avoir analysé votre dossier médical.

  • Est-il vrai qu’au moment du prélèvement des organes le corps réagit en rétractant les jambes et le ventre ? Si oui que faut-il en penser ?

C'est rarissime, il s'agit d'une réaction médullaire appelé syndrome de Lazare. Cela témoigne du fait que le cerveau est détruit mais pas la moelle épinière. C'est un réflexe. Comme le ver de terre coupé en 2.

  • Dans quel périmètre géographique les organes prélevés peuvent-ils être acheminés (y a t-il une certaine distance limite ou cela dépend de la durée de viabilité des organes ?

Partout en France voir en Europe. Une organisation est alors mis en place : escorte, avion....

Oui.

  • Même si le don est anonyme, la famille d’un donneur peut-elle être tenue au courant de la réussite des greffes et du devenir de la personne greffée ?

Oui, de manière succinte : par exemple : rein D, Homme 30 ans, va bien.

  • Spondylarthrite sous Enbrel® une fois par semaine, est-ce une contre indication ?

Affaire de spécialistes.

  • Où dois-je m’adresser pour ces tests ?

Demander à votre généraliste (sérologies virales...).

C'est la difficulté de l'entretien avec les proches. Le défunt, en ayant pris position de son vivant doit avoir le dernier mot...

  • Sachez quand même que la personne a accepté. Je suis moi-même une greffée, un rein que je porte bientôt depuis 22 ans ! Un bon exemple de réussite de greffe je pense ! Merci à toutes les familles qui font ce geste, et tout le personnel médical.

Merci pour votre témoignage.

  • Quelles sont les conditions (ou tests) supplémentaires qui sont faits pour un(e) donneur (euse) homosexuel (le)?

La discussion avec les proches sur les conduites récentes à "risques" et un bilan de sécurité sanitaire.

Oui.

  • Enceinte de huit mois et informée que mon enfant a plusieurs malformations du coeur (cardiopathie complexe, atrésie pulmonaire), j'aurais voulu savoir si une greffe aurait pu être possible à la naissance ?

C'est rare, mais cela est possible. Probablement pas à la naissance.

  • La mort cérébrale (EEG plat) correspond-elle à une inactivité des neurones hors cerveau ?

Cela correspond à l'absence d'activité électrique du cerveau (neurones détruits). Même quand vous dormez, votre cerveau produit beaucoup d'électricité...

  • Si on possède une carte de donneur et que la famille s’oppose, le prélèvement se fait-il quand même ?

La famille n'a pas le droit de s'opposer mais nous devons aussi respecter le deuil de la famille. Nous discutons avec eux pour recentrer notre discours sur les dernière volontés du défunt.

  • Une personne ayant une pathologie pulmonaire avec dégradation irréversible pour l’avenir, peut-elle être inscrite en attente d’une greffe tout en sachant qu’elle n’en a pas besoin immédiatement ?

Oui, pour cela il faut s'adresser dans un centre qui fait de la greffe pour le meilleur bilan-timing.

  • Dans un temps relativement court comment faites-vous pour connaître les maladies éventuelles du donneur ?

Nous discutons avec le proches, nous regardons les cicatrices, nous interrogeons le médecin généraliste et des examens sont réalisés (scanner...).

  • N’a-t-on pas vérifié que, comme par hasard, ce que vous appelez le syndrome de Lazard n’apparait jamais quand on procède à une anesthésie du mort clinique ?

La mort clinique n'existe pas. Il faut parler de mort encéphalique. Le cerveau est détruit en entier et de manière irréversible.

Voir le site de l'agence de la biomédecine.

  • Mon neveu 17 a eu une greffe de coeur à la Salpêtrière il y a 3 ans, il va très bien.

Super.

  • Souffrant d’une SEP, je ne peux plus donner mon sang, mais pour le don d’organes ?

Affaire de spécialiste. Mais je pense que non.

  • Combien de temps après la naissance est-ce possible, et cela ce fait-il en France ?

Demandez aux médecins qui suivent votre grossesse.

Oui pour 7 personnes...

  • Toujours pas de réponse à ma question initiale. Alors que vous réitérez la même réponse à des questions banales déjà répondues, j'en déduis que ma question est trop gênante pour être publiée... ce qui vaut réponse. J’en ferai bon usage dans les forums.

Ce n'est pas gênant mais les gens mélangent tout. Je comprends votre questionnement, mais le canard sans tête cours dans la basse cour....

  • A partir de quel âge un enfant peut-il être greffé ?

Quelques mois.

  • La mort cérébrale (EEG plat) correspond t-elle à une inactivité des neurones hors cerveau ?

Il n'y a pas de "neurones" hors du cerveau, il y a des nerfs.

  • Je n’ai toujours pas de réponse à ma question sur la fiabilité du diagnostic de mort clinique, contesté par de nombreux exemples vécus.

Je vous incite à voir l'examen qui montre qu'il n'y a plus de vascularisation cérébrale. Vous n'aurez plus de doute. Néanmoins, la question que vous posez et très importante et est surement un frein pour plein de personnes.

Oui.

Les réponses de Joëlle Florit, infirmière coordinatrice de prélèvement au groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière à Paris

  • Je suis étudiante infirmière à la Pitié-Salpêtrière et je fais mon mémoire de fin d’étude sur le don d'organes, je souhaite rencontrer une infirmière coordinatrice et suivre son travail, est-ce possible ?

Bien sur vous pouvez contacter les coordinatrices au sein de votre groupe hospitalier, les coordinatrices vous aideront sans problème.

  • J’ai ma carte de donneur d’organes de France Adot et on m’a dit que ce n’était pas la bonne et qu’il fallait celle de Cercle Bleu....quel est l’organisme officiel ?

Il n'y a pas de carte de donneur officielle beaucoup de cartes de donneur sont utilisées, celle de l'agence de la biomédecine, greffe de vie ... France Adot.

  • Pourquoi l’avis de la famille doit-il être demandé même si le défunt possède une carte de donneur ?

Car beaucoup de familles n’ont pas la connaissance de cette carte que vous avez remplie.

  • Une carte du Oui réalisée à l’étranger sera-t-elle reconnue en France ?

Bien sûr vos proches seront contactés.

  • Etant étudiante à la Pitié, pourrais-je avoir les coordonnées pour vous contacter directement et prendre rdv pour vous rencontrer ?

Sur le groupe hospitalier nous sommes situés au pavillon Gaston Cordier au premier étage.

Bien sur mais c'est une démarche différente et il faut contacter la faculté la plus proche de votre domicile.

  • Je suis pour le don d’organes mais sachant que je suis hypermétrope et que j’ai un strabisme pourront-ils prendre quelque chose dans mes yeux ?

Oui car pour le prélèvement au niveau des yeux ce n'est que la partie superficielle de l'oeil c'est la cornée et c'est très important car nous avons besoin de beaucoup de greffons cornéens.

  • Je suis pour le don d’organes mais je souhaite éviter que mes organes soient donnés à des alcooliques ou des fumeurs, puis-je limiter mon don ?

Non le don d'organe est anonyme.

  • Si un accident de la route survient et que je refuse de donner mes organes et que mon épouse respecte mes dernières volontés et que quelqu’un de ma famille s’y oppose comment ça se passe ?

C'est votre volonté qui sera respectée.

Je peux vous assurer le respect du corps par toutes les équipes qui participent au prélèvement et nous nous sommes conscients du don qui a été fait par les proches endeuillés, à travers la volonté que vous avez émise.

Cela dépend des circonstances du décès tous les prélèvements d'organes ne sont pas soumis à la justice, seuls les morts encéphaliques ayant une cause particulière, par exemple accident de la voie publique, autolyse....

  • Le décès d’une personne donneuse est-il prononcé au moment où la mort encéphalique est confirmée où lorsque le coeur cesse de battre après le prélèvement des organes ?

C'est après le diagnostic paraclinique ( E.E.G...) de la mort encéphalique que l'heure de DC est déterminée.

  • Greffe à la Pitié, pleine satisfaction. Je protège avec soin le don dont j’ai pu bénéficier. J’ai actuellement un gros problème de vascularisation au niveau di moignon. Je ne peux obtenir de résultat de scanner passé le 07/06/12 à la Pitié. Suis-je en risque, gangrène et autre ?

Contactez le service ou vous avez été greffé.

Bien sur suivant vos antécédents.

  • Même si le don est anonyme, la famille du donneur peut-elle être tenue au courant de la réussite des greffes et du devenir de la personne greffée ?

Bien sur à leur demande nous leur donnons des nouvelles des greffés en préservant l'anonymat.

  • Je vis avec un cœur nouveau depuis 17 ans. Pourquoi des articles comme celui de Jean Yves Nau de 2008 sur le monde pose question à la famille du donneur ? Comme quoi les prélèvements se font sur des sujets anesthésiés et non pas morts ? "Est-ce que mon fils était mort ?", m'a posée la question une maman de donneur. Rassurez bien les familles à ce sujet car des journalistes incompétents cassent tout notre travail !

Je peux vous assurer que tous les médecins signant le certificat de DC sont sûr de l'état de mort encéphalique tous les examens sont effectués dans un ordre bien précis conforme à notre loi de bioéthique.

  • En attente de greffe, mon mari souhaitait me donner un rein, mais il y a incompatibilité. On voudrait faire une greffe croisée. Qu’en est-il aujourd’hui ?

La révision de la loi de bioéthique le permet maintenant parlez-en à votre service de greffe pour connaitre la marche à suivre.

  • Un organe prélevé doit être greffé rapidement mais y a-t-il un délai pour prélever les organes alors que la personne peut-être maintenue en vie artificiellement longtemps ?

Le prélèvement doit se faire le plus rapidement possible car le coeur peut s'arrêter à tout moment malgré la réanimation d'organes entreprise.

  • J'ai ma carte France Adot, donc favorable au don. Agée de 70 ans pas de soucis de santé jusque là, je ne souhaite pas qu'on touche à mes yeux ! Ce souhait sera t-il respecté ?

Oui ce souhait sera respecté pour nous l'important est de respecter le souhait du défunt et nous sommes au bloc opératoire tout le temps.

  • Si les organes sont envoyés à l'étranger les préceptes Français restent-ils valides (anonymité, gratuité, ...), ou n’a t-on aucune garantie ?

Oui car tous les documents ne portent pas de nom mais un n° CRISTAL attribué par l'agence de la biomédecine.

  • Organes envoyés à l'étranger : gratuité également respectée ?

Très peu d'organes sont envoyés à l'étranger car beaucoup de personnes sont inscrites sur les listes d'attentes mais oui la loi française s'applique.

  • Trois organes de mon frère décédé à l'âge de 17 ans suite à un accident de la voie publique ont été greffé avec succès, malgré la douleur de sa disparition, il n’y a pas un seul jour où je ne milite pas pour le don d’organes afin que la solidarité des hommes ne s’arrête pas à la mort...

Merci plus les personnes se positionneront en faveur d'un don, moins les personnes décèderont en attente d'une greffe.

Car la loi de bioéthique prévoit des sanctions.

En savoir plus

Aujourd’hui, le prélèvement est possible à tous les âges. Pour les mineurs, l’autorisation des parents ou des tuteurs légaux est indispensable au don. En 2010, 3,8 % des donneurs avaient moins de 17 ans, 33,2 % de 18 à 49 ans, 32,1 % de 50 à 64 ans et 26,6 % plus de 65 ans.

Aucun état de santé n’est un obstacle à priori et le prélèvement peut être envisagé même sur certains donneurs sous traitement médical, ou qui ont des antécédents médicaux lourds. Les médecins sont seuls juges, au cas par cas, de l’opportunité du prélèvement. Pour être donneur, la démarche officielle consiste à dire clairement à votre famille qu’en cas de décès vous souhaitez donner tout ou partie de vos organes.

Vous pouvez choisir de porter sur vous une carte de donneur, mais il faut savoir qu’elle ne remplace pas l’échange avec les proches : carte ou non, les médecins interrogent toujours la famille ou la personne qui partageait la vie du défunt pour vérifier qu’il n’était pas opposé au don, conformément à la loi. Par ailleurs, les cartes de donneur sont rarement retrouvées sur les corps des défunts.

En France, la loi considère que tout le monde est donneur d’organes par défaut : ne pas s’inscrire au registre national des refus, c’est accepter de donner ses organes. Dans les faits, avant d’entreprendre un prélèvement, les équipes de greffe consultent toujours les proches du défunt pour s’assurer qu’il n’avait pas manifesté d’opposition au don, ou qu’il avait confirmé son accord pour le don d’organes.

Si vous décédez brusquement dans des conditions qui permettent le prélèvement d’organes, si vous étiez opposé au don de vos organes et que vous vous étiez inscrit au registre national des refus, cette mention a une valeur légale, le prélèvement n’est pas envisagé. Dans tous les autres cas, la consultation des proches est obligatoire avant d’envisager tout prélèvement.

Le don d’organes n’est possible que dans les cas de décès bien particuliers, souvent consécutif à des traumatismes crâniens ou à des accidents cardio-vasculaires. Ils représentent à l’heure actuelle moins de 1 % des décès à l’hôpital. Il est donc rare, c’est pour cela que chaque possibilité est précieuse. Pour sauver le plus de vies possible, il est important d’y réfléchir et de dire clairement son souhait à sa famille.

 

 

Sur Allodocteurs.fr :

 

Ailleurs sur le web :

 

Sponsorisé par Ligatus