DMLA : les labos ont-ils faussé la concurrence ?

Les laboratoires Roche et Novartis pourraient s'être entendus sur les médicaments Lucentis® et Avastin® destinés à traiter la DMLA, imposant ainsi sur le marché la molécule la plus chère. 

Rédigé le

DMLA : les labos ont-ils faussé la concurrence ?

C'est une procédure extrêmement rare. L'Autorité de la concurrence a mené des perquisitions dans les locaux des laboratoires Roche et Novartis à propos des médicaments contre la Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age (DMLA). Depuis plusieurs mois, les deux laboratoires suisses sont dans le collimateur des médecins français au sujet du Lucentis® et de l'Avastin®.

Ces traitements sont prescrits pour lutter contre la forme humide de la DMLA. Il s'agit d'une maladie de la rétine provoquée par la dégénérescence de la macula, la partie située au centre de la rétine, qui provoque une perte progressive de la vue.

Le Lucentis® quarante fois plus cher que l'Avastin®

En France, jusqu'à présent, seul le Lucentis® (Novartis) est officiellement autorisé. Or, il coûte extrêmement cher. Quarante fois plus cher que l'Avastin® (Roche).

L'Autorité de la concurrence soupçonne une entente entre les deux laboratoires pour imposer la molécule la plus chère. Le 8 avril 2014, une quinzaine d'enquêteurs se sont donc rendus dans les locaux des deux géants de la pharmacie pour consulter des documents et emporter du matériel.

Les médecins et pharmaciens, eux, réclament l'autorisation de prescrire l'Avastin®. Dans une lettre ouverte au président de la République, ils demandent l'abrogation "sur le champ de la ciruculaire du 11 juillet 2012, interdisant l'usage de l'Avastin® comme substitut au Lucentis®".

Les deux traitements ont pourtant des principes actifs très proches et leur efficacité pour lutter contre la DMLA est prouvée.

VOIR AUSSI