Dépistage du cancer de la prostate : les recommandations officielles

Faut-il prescrire systématiquement à tous les hommes l'analyse de leur taux de PSA ? Cette question fait polémique. Un patient souffrant d'un cancer de la prostate a même poursuivi son médecin généraliste devant la justice, l'accusant de ne pas lui avoir prescrit précocement le dosage du taux de PSA, ce qu'il considérait comme une faute. Le médecin, qui considérait au contraire avoir appliqué à la lettre les recommandations en vigueur, a été relaxé par le tribunal. Alors le dosage du PSA est-il utile ? Explications sur les recommandations officielles en matière de dépistage du cancer de la prostate.

Rédigé le

Dépistage du cancer de la prostate : les recommandations officielles

La Haute Autorité de Santé (HAS) est opposée à un dépistage systématique du cancer de la prostate par le dosage sanguin du PSA, l'antigène spécifique prostatique. Cet examen n'est pas suffisamment précis pour être conseillé systématiquement aux hommes de plus de 50 ans.

En l'état actuel des connaissances, il n'est pas possible de définir précisément qui sont les hommes à risque. Impossible aussi de prédire l'évolution d'un cancer diagnostiqué. Pour la HAS, le dépistage systématique exposerait les hommes aux séquelles d'une biopsie souvent prescrite pour confirmer le diagnostic.

Les risques les plus pénibles sur le plan physique et psychologique sont les troubles liés à l'ablation de la prostate ou à la curiethérapie faites parfois sans certitude réelle de l'agressivité du cancer dépisté. La HAS craint un surdiagnostic et un surtraitement des hommes.

La HAS insiste sur l'importance de l'information à apporter aux hommes qui demandent ce dépistage pour qu'ils soient au courant des risques auxquels ils s'exposent.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :