De quoi Nelson Mandela souffre-t-il ?

Âgé de 94 ans, l'ancien président de la République d'Afrique du Sud est hospitalisé depuis vendredi 7 juin 2013 au Cap. Selon le porte-parole de la présidence de la République, le héros de la lutte anti-apartheid, actuellement en soins intensifs, souffre d'une infection pulmonaire et se trouverait "dans un état grave". Nelson Mandela est-il en train de s'éteindre en raison de son grand âge ou des suites d'une pathologie plus ancienne ? Trois questions au Dr Gilles Garcia, pneumologue à l'hôpital de Bicêtre (Val de Marne).

Rédigé le

De quoi Nelson Mandela souffre-t-il ?
De quoi Nelson Mandela souffre-t-il ?
  • Nelson Mandela est hospitalisé pour la quatrième fois en deux ans et demi pour une "infection pulmonaire récurrente". Sa dernière hospitalisation date de fin mars, et a duré dix jours. Comment expliquer ces hospitalisations à répétition ?

Dr Gilles Garcia, pneumologue : "Nous parlons d'un homme de plus de 90 ans, qui est donc fragile, avec un système immunitaire général et surtout pulmonaire moins puissant. En tout cas, j'observe qu'il a été hospitalisé à de multiples reprises avec, chaque fois, des communiqués médicaux déclarant qu'il faisait une nouvelle infection pulmonaire. D'où l'hypothèse qu'il pourrait avoir une maladie chronique favorisant les infections pulmonaires, ou alors une maladie favorisant certains germes résistants aux antibiotiques."

La silicose est une pathologie qui résulte de l’inhalation de particules de silice (environnements contenant du sable ou de la pierre) qui s’accumulent dans les poumons. Surnommée "maladie des mineurs", elle affecte également les travailleurs des carrières et du BTP, de même que les prothésistes dentaires. La silicose se traduit le plus souvent par une insuffisance respiratoire, même après l’arrêt de l’exposition aux poussières, et peut se compliquer en tuberculose. (Source : OMS)

  • Des médecins sud-africains ont évoqué l'hypothèse selon laquelle les poumons de Nelson Mandela auraient fortement été endommagés lors de ses dix-huit années d'emprisonnement à Robben Island (où il a travaillé dans une carrière de chaux et brisé des blocs de pierre). Peut-il effectivement y avoir un lien de cause à effet ?

Dr Gilles Garcia : "C'est une hypothèse fort plausible. Il a travaillé dans des environnements très poussiéreux avec du sable ou de la pierre, et a sans doute inhalé certaines particules, de la silice par exemple. En s'introduisant à l'intérieur du poumon, ces poussières provoquent une réaction inflammatoire, qui détruit progressivement les alvéoles, les bronches, bref, l'arbre bronchique. Dans ce poumon devenu très inflammatoire, l'immunité s'affaiblit et les bactéries se développent plus facilement. Parce que leur organisme est colonisé par des bactéries, les infections deviennent récidivantes. C'est peut-être le cas pour Nelson Mandela, c'est en tout cas ce que l'on a observé pour de nombreux mineurs et personnes ayant travaillé dans des carrières."

  • Cela fait plus de 30 ans que Mandela est sorti de Robben Island. Peut-il avoir gardé des séquelles de la tuberculose contractée là-bas à cette époque, et de l'inhalation de particules de poussière ?

Dr Gilles Garcia : "Quand le poumon est affecté de cette façon, il ne revient jamais à la normale. On vit donc avec un poumon qui fonctionne mal. Les symptômes quotidiens de cette maladie sont la toux, des essoufflements, une insuffisance respiratoire… Les infections ne sont pas quotidiennes mais de temps en temps il peut y avoir une poussée : d'où, peut-être, ces infections pulmonaires à répétition. Le danger vital est réel, surtout à son âge. Quand il y a une infection pulmonaire, le cœur fonctionne moins bien : il ne peut donc plus irriguer correctement les autres organes vitaux, le rein et le foie par exemple. C'est la défaillance de ces organes vitaux qui peut être fatale."

Sur Allodocteurs.fr :