Sexe pendant les règles : le vrai du faux

Naturel ou dégoûtant ? Le sexe durant les règles a ses adeptes comme ses détracteurs. Les idées reçues persistent. Saurez-vous répondre correctement à nos questions ?

Dr Charlotte Tourmente
Dr Charlotte Tourmente
Rédigé le , mis à jour le
Sexe pendant les règles : le vrai du faux
Shutterstock

Il n'y a pas de risque d'infections sexuellement transmissible.

Faux

Les règles ne contre-indiquent pas le rapport sexuel puisque les organes génitaux fonctionnent normalement.   

En revanche, le sang est un fluide susceptible de contenir des germes et d'augmenter le risque de transmission d'une infection sexuellement transmissible entre les deux partenaires. La pénétration vaginale par un pénis augmente le risque, tout comme la présence d'une plaie.   

Une protection avec un préservatif, masculin ou féminin, se révèle donc indispensable. Si le couple ne souhaite pas utiliser de préservatif, il est possible de se faire tester juste avant les règles pour diminuer le risque.

Une grossesse est impossible.

Faux

Le risque est faible mais il n'est pas nul. 

Les règles surviennent 14 jours (entre 10 et 16 en moyenne) après l'ovulation, qui est le moment où une femme est la plus fertile. Mais si le cycle est court, l'ovulation se produit plus tôt. Un spermatozoïde peut survivre jusqu'à 5 jours dans l'utérus. Si le rapport a lieu le quatrième ou cinquième jour des règles et que l'ovulation a lieu plus tôt, une grossesse est possible.  

Autre possibilité, certains saignements sont assimilées à des règles, alors qu'ils ne le sont pas. La femme est induite en erreur et peut prendre un risque.  

Se protéger à l'aide d'un moyen de contraception est donc indispensable si l'on ne souhaite pas être enceinte. 

C'est une période où on a forcément moins de libido.

Faux

C'est variable selon les femmes et les manifestations des règles, plus ou moins intenses. Les chercheurs ont montré que le désir était élevé au moment de l'ovulation, du fait d'un pic d'hormones sexuelles. Mais les hormones ne sont pas les seules à influencer la libido, les facteurs psychologiques ont aussi un impact.

Certaines femmes voient leur libido grimper en flèche, le cycle menstruel rappelant parfois leur féminité. Les sensations peuvent être exacerbées et le plaisir décuplé. Mais d'autres femmes n'ont aucune envie sexuelle, leur corps se rappelant à elles de façon désagréable, voire douloureuse. L'humeur est parfois à fleur de peau ou irritable, qui survient en cas de syndrome prémenstruel, et elle n'incite pas forcément à la légèreté.   

La vue du sang peut aussi couper tout désir, tout comme l'aspect pratique, à l'idée des taches sur les draps. 

Pour en savoir plus peut-on faire l'amour pendant ses règles ?

Le sexe peut diminuer la douleur et le stress.

Vrai

Sous l'effet de l'orgasme, le cerveau produit un cocktail de messagers chimiques, dont les endorphines, les antidouleurs naturels et la sérotonine qui favorisent le bien-être. 

Avec un bémol important : lorsque la douleur ou l'inconfort dépasse un certain seuil, se motiver pour avoir une activité sexuelle reste une gageure ! Le syndrome prémenstruel, provoquant des signes physiques comme psychologiques, ne favorise pas non plus un état d'esprit coquin et propice aux rapprochements physiques.       

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !