1. / Se soigner
  2. / Professions médicales
  3. / Profession paramédicale

Création d'un statut indépendant de sages-femmes des hôpitaux

A l'occasion d'un point presse, relayé par le compte Twitter du ministère de la Santé, Marisol Touraine a annoncé la création d'un statut indépendant de sages-femmes des hôpitaux. Les rémunérations des sages-femmes devraient également être valorisées. Le ministère a enfin annoncé que des actions seraient mises en oeuvre pour améliorer la visibilité de la profession. Ces annonces n'ont toutefois pas satisfait les représentantes du collectif "Sages-femmes en colère", qui appellent à la poursuite du mouvement de grève initié au mois d'octobre.

Rédigé le

Création d'un statut indépendant de sages-femmes des hôpitaux
Création d'un statut indépendant de sages-femmes des hôpitaux

La ministre de la Santé a expliqué que ces décisions avaient pour objectif de "garantir la santé des femmes", de "reconnaître les competences médicales des sages-femmes" et de "favoriser un cadre de travail collectif à l'hôpital".

Cinq mesures ont été annoncées par Marisol Touraine :

  • Création d’un statut médical de sages-femmes des hôpitaux
    Marisol Touraine s’est engagée à créer ce statut dans la fonction publique hospitalière. "La représentation des sages-femmes au sein de la commission médicale d’établissement sera renforcée", a ultérieurement précisé le ministère dans un communiqué. "Dans chaque établissement, la gestion quotidienne des sages-femmes sera sous la responsabilité de la direction en charge du personnel médical. Une reconnaissance des actes réalisés en propre par les sages-femmes sera assurée afin de rendre plus visible leur contribution à l’activité hospitalière."
  • Des compétences médicales valorisées
    "Les compétences des sages-femmes ne se limitent pas aux soins liés aux grossesses et aux accouchements", a reconnu la ministre. "Les sages-femmes peuvent en effet réaliser des consultations de contraception et de suivi gynécologique de prévention (et orienter les femmes vers un médecin en cas de situation pathologique). Or très peu de femmes le savent." Marisol Touraine s'est donc engagée à ce que "l’ensemble des activités qui relèvent des compétences des sages-femmes fasse l’objet d’une large communication auprès des autres professionnels de santé et du grand public".
  • Des responsabilités renouvelées
    "Lors de l’élaboration du projet médical d’établissement, les sages-femmes participeront avec les médecins à une réflexion sur la prise en charge des mères et des nouveaux-nés", affirme le ministère. "Lorsque le projet médical prévoira la création d’unités fonctionnelles, la responsabilité pourra être confiée à une sage-femme, en articulation étroite avec les gynécologues-obstétriciens, les anesthésistes-réanimateurs et les pédiatres."
  • Renforcement de la formation
    Le statut des étudiants en maïeutique de 4ème et 5ème année "sera amélioré", selon le ministère. "Leur niveau de rémunération sera aligné sur celui des étudiants en médecine."
  • Revalorisation des rémunérations
    La ministre s’est enfin engagée "à ce que la revalorisation des salaires intervienne rapidement et tienne compte du niveau de responsabilité des sages-femmes".

 

Les sages-femmes poursuivront leurs actions

Juste après des annonces de la ministre de la santé, le collectif des sages-femmes en grève depuis octobre a annoncé la poursuite de ses actions, faisant part de sa "colère".

"On est très en colère, dépité. Le mouvement continue", a lancé Caroline Raquin, présidente du syndicat de sages-femmes ONSSF et membre du collectif qui réclame notamment de pouvoir quitter la fonction publique et obtenir un statut sur le modèle des médecins (praticiens hospitaliers).

Or, le statut médical des sages-femmes décrit par Marisol Touraine s'inscrira au sein de la Fonction publique hospitalière.

"Il y a une assemblée générale [mercredi 5 mars] sur Paris et d'autres en régions pour voir comment durcir les actions, comment se manifester", a affirmé Mme Raquin.

Depuis octobre, les sages-femmes ont défilé à trois reprises pour presser le gouvernement de trancher sur leur statut. Leur mouvement de grève ne produit pas de grandes perturbations, les sages-femmes étant assignées pour prendre en charge les patientes.

Il ne fait pas non plus l'unanimité, leur revendication principale - un statut hors fonction publique - n'étant pas soutenue par une intersyndicale de fonctionnaires (CGT, CFDT, FO, SUD, Unsa), qui craint la précarisation de la profession.

VOIR AUSSI :

Sponsorisé par Ligatus