1. / Se soigner
  2. / Chirurgie
  3. / Chirurgie ambulatoire

Première médicale : une prothèse de hanche posée en ambulatoire

L'une des opérations de chirurgie orthopédique les plus lourdes a été réalisée en chirurgie ambulatoire à la clinique Paulmy de Bayonne, il y a trois mois. La patiente s'est fait implanter une prothèse totale de la hanche et a pu rentrer chez elle le jour même de l'intervention, au lieu d'être hospitalisée plusieurs jours. Comment une telle opération qui demande habituellement une hospitalisation de 4 ou 5 jours, peut-elle se dérouler en ambulatoire ?

Rédigé le , mis à jour le

Première médicale : une prothèse de hanche posée en ambulatoire
Première médicale : une prothèse de hanche posée en ambulatoire

"Je sais que certains pensent que je suis fou", déclare le chirurgien orthopédiste Grégory Biette, qui a réalisé cette opération en ambulatoire pour la première fois en France. "Mais ce projet a été largement préparé".

Pour cette première, le Dr Biette avait sélectionné une patiente jeune et en bonne santé, une Bayonnaise de 35 ans, volontaire pour participer à cette expérience. L'opération a duré une heure et demie. Et la patiente a pu repartir en béquilles chez elle quelques heures plus tard.

"Il fallait avoir un recul de plusieurs mois" avant de médiatiser cette première, d'après le Dr Biette que nous avons contacté pour Allodocteurs.fr. Trois mois après l'opération, la patiente se porte bien. "Elle travaille dans le secteur de l'aide à la personne et pratique un travail très physique. Elle ne ressent pas de gêne suite à cette opération".

Généralement pour la pose d'une prothèse de la hanche, une intervention d'une heure et demie, les patients restaient hospitalisés entre quatre et cinq jours.

Des pertes sanguines et des douleurs moindres

A l'avenir, cette opération en séjour ambulatoire sera possible, selon l'orthopédiste, "au cas par cas, en fonction de plusieurs critères comme l'état de santé général du patient, de ses antécédents médicaux, du temps de trajet entre son domicile et la clinique - qui doit être inférieur à une heure de route - et surtout de la possibilité d'être surveillé par quelqu'un à son domicile."

Le chirurgien orthopédiste, installé à Bayonne depuis 6 ans et formé à Paris à l'hôpital La Pitié-Salpêtrière, pratique une soixantaine d'opérations de la hanche par an. Il est convaincu que "de nombreux patients peuvent être opérés de la hanche en ambulatoire".

Les techniques utilisées n'ont rien de révolutionnaires. "Je privilégie une technique très peu invasive qui me permet de poser la prothèse sans toucher à aucun muscle et aucun tendon. Les pertes sanguines et les douleurs sont beaucoup moins importantes, ce qui permet une récupération plus rapide et des risques moindres, comme le risque de luxation de la prothèse."

Le recours aux injections d'antalgiques avant et pendant l'opération sous anesthésie générale permettent une meilleure prise en charge de la douleur. Et ainsi de supprimer les prises de morphine les jours qui suivent l'intervention.

Eviter les risques d'infections nosocomiales

En dehors des raisons de confort et d'une meilleure récupération, car le patient sera moins passif chez lui qu'à la clinique, le bénéfice pour le patient d'une intervention en ambulatoire est "de lui permettre de retrouver plus facilement ses repères et surtout d'éviter les risques d'infections nosocomiales."

A l'heure où cliniques et hôpitaux cherchent à faire des économies, on pourrait se demander si la rentabilité motive ce changement de dispositif. Mais le directeur de la clinique assure qu'une telle opération en ambulatoire "est extrêmement déficitaire" pour la clinique. Cela augmenterait même plutôt la charge de travail des kinésithérapeutes et des chirurgiens, car ce type d'intervention nécessite un suivi rapproché.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr