Comment se déroule la pose d'une prothèse de hanche ?

Quand l’articulation de la hanche est trop abimée par l’arthrose, les traitements médicamenteux ne suffisent plus pour calmer la douleur. La prothèse de hanche est une opération rapide qui permet de remarcher quelques heures après.

Céline Morel
Rédigé le

A cause de l’arthrose, Claude Lelouche, 64 ans, souffre de douleurs intenses à la hanche gauche, des douleurs qui l’empêchent de marcher et le réveille la nuit. Mais pendant cette journée à l’hôpital sa vie va changer. 

"L’arthrose est l’usure du cartilage. Au niveau de l’articulation de la hanche, entre le fémur et le bassin, il va y avoir un amincissement du cartilage, la partie noire devient de plus en plus fine, jusqu’à ce que l’os se retrouve en contact avec l’os du bassin", explique le Dr Antoine Mouton, chirurgien orthopédiste du groupe hospitalier Diaconesses-Croix Saint-Simon, à Paris

La seule solution pour soulager les douleurs est de remplacer cette articulation par une prothèse totale de hanche

Recréer une articulation

"L’opération va consister à introduire une tige dans le fémur, sur laquelle on va mettre une bille en céramique, pour recréer une articulation entre le fémur et le bassin", explique le Dr Antoine Mouton. 

L’intervention se déroule sous anesthésie générale. Le chirurgien commence par se frayer un passage entre les muscles jusqu’à atteindre l’articulation.  

Il faut maintenant luxer la hanche, déboiter la tête du fémur de sa loge qui est dans le bassin. Une scie orthopédique permet au chirurgien de couper la tête du fémur.  

La tête qui vient d'être coupée, est extraite, les lésions d’arthrose apparaissent, le cartilage a disparu.

Le creux de l’os du bassin, appelé cotyle, est désormais accessible, le chirurgien retire tous les résidus de cartilage et d’os à l’aide de fraises concentriques. L'os est retiré, il peut alors introduire la première partie de la prothèse dans l’articulation.  

 "Ca va être mis dans le cotyle qu’on a fraisé. On va mettre à l’intérieur un insert qui est en céramique dans lequel va venir s’articuler la prothèse. Une fois en bonne position, on va venir l’impacter et on met l’insert",  explique le Dr Antoine Mouton.

Aussitôt opéré, aussitôt rééduqué

C'est maintenant au tour de l’os de la cuisse d’être préparé pour recevoir la deuxième partie de la prothèse. Le chirurgien utilise des râpes de taille progressive pour creuser dans le fémur. Il peut ensuite introduire la tige de la prothèse définitive.

La nouvelle articulation fonctionne. Il ne reste plus qu’à suturer les différents tissus et à réaliser une radio pour vérifier le bon positionnement de la prothèse. L’intervention est terminée, elle a duré moins d’une heure.

3 heures plus tard, Claude récupère dans sa chambre mais ce repos va être de courte durée. Le kinésithérapeute arrive et conseille de se mettre debout. "Il y a une drôle de sensation sur les appuis au début mais c’est très léger", confie Claude. Il devra continuer à utiliser les béquilles pendant une dizaine de jours

Claude pourra rentrer chez lui dès le lendemain matin et d’ici 2 à 3 mois, il devrait pouvoir reprendre toutes ses activités quotidiennes et sportives sans douleur.