Quand l'hôpital soigne son empreinte écologique

Soigner, sans polluer, certains établissements de santé s’y engagent. À lui seul le secteur produit 8% d’émissions de gaz à effet de serre sur le territoire. L’hôpital de Sarcelles est l’un des hôpitaux moteurs en développement durable. Reportage

Gabriel Bray
Rédigé le
L'hôpital se met au vert  —  Magazine de la Santé - France 5

Ces panneaux solaires ne sont pas sur n’importe quel toit. Ils alimentent en électricité l’hôpital de Sarcelles, au nord de Paris. Depuis dix ans, l’établissement s'engage activement à réduire son empreinte carbone.  

Panneaux solaires et led

"Aujourd’hui sur le toit, on a 126 panneaux solaire. Sur l’année 2021, entre janvier et début décembre 2021, on a produit 31,25 MWh. Cela représente 1,3% de la consommation totale de l’établissement. Nous sommes en Ile de France notre ensoleillement est moins fort que dans le sud, donc on aura nécessairement besoin d’un mix énergétique qui devra intervenir", explique Franck Paule, référent développement durable à l'hôpital privé nord parisien. 

En effet, le soleil ne suffit pas. L’établissement doit aussi utiliser une chaudière au gaz et envisage d’installer une pompe à chaleur. Mais d’ores et déjà l’isolation des bâtiments par l’extérieur et l’installation d’éclairage LED ont permis de réduire l’empreinte énergétique.

Recyclage des déchets alimentaires

Cette course à la décarbonation de l’hôpital passe aussi par le recyclage des déchets alimentaires. Ici, plus de 60 000 plateaux repas sont servis chaque année.

"Plastique, canettes, on recycle aussi le pain et puis, on a un partenariat avec une entreprise qui fabrique du compost avec tous nos déchets alimentaires. Le traitement est local et les agriculteurs qui en bénéficient sont aussi dans la région", commente Charles-Antoine Benhamou, directeur général adjoint de l'hôpital.  

Cet investissement global de près de 800 000 euros commence à porter ses fruits.   

"Aujourd’hui, nous avons déjà accompli un joli parcours car nous avons réduit de plus de 30% nos émissions de GES sur les 10 dernières années. Notre objectif serait d’arriver à 50% mais les efforts pour la deuxième partie sont plus importants que pour les premiers qui étaient plus faciles à atteindre", précise Charles-Antoine Benhamou.   

Le secteur de la santé se heurte à des obstacles écologiques encore incontournables. La gestion des déchets hospitaliers ou encore le transport des patients alourdissent sérieusement l’empreinte carbone. 

Renforcer l'engagement écologique de l'hôpital

À Sarcelles, tous les gestes comptent. 17 filières de recyclage ont été mises en place contre 12 en moyenne. 

"Ça fait de nombreuses années à l'Hôpital Privé Nord Parisien qu’on a fait ce choix de recycler les biberons jetables. Ça c’est du plastique. On reste très attentif à la production de nos déchets alors on recycle", confie Caroline Thiebaut, sage-femme cadre. 

A la sortie, une ruche rappelle l’engagement écologique de l’hôpital. Un modèle pour répondre aux exigences de l’Union Européenne qui vise à réduire de 55% les GES en Europe, d’ici 2030.