1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

Vrai/Faux : Deux masques protègent-ils mieux qu’un seul contre le covid ?

Les autorités sanitaires américaines recommandent de porter deux masques au lieu d’un. Mais pas n’importe quels masques, et pas n’importe comment. Explications.

Rédigé le

Vrai/Faux : Deux masques protègent-ils mieux qu’un seul contre le covid ?
Image d'illustration. Crédits Photo: © Shutterstock / Aida Carballo

Faut-il porter deux masques plutôt qu’un seul ? La question se pose après la publication d’une étude des Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) le 10 février 2021, qui affirme que le port de deux masques superposés offre une protection renforcée contre le covid.

Un masque lâche est moins efficace

L’objectif des masques est d’une part de réduire l’expiration de gouttelettes par les personnes infectées et d’autre part de réduire l’exposition des personnes non contaminées. Un objectif à renforcer depuis l’arrivée des nouveaux variants du coronavirus, plus contagieux.

Mais moins les masques sont calqués au visage, moins ils sont efficaces, car ils laissent s’échapper de l’air sur les côtés, rappellent les CDC. Les masques en tissu ou les masques chirurgicaux, plus lâches, sont ainsi moins efficaces que les FFP2 (ou KN95).

A lire aussi : Masques : quelles sont les nouvelles recommandations du Haut Conseil de santé publique ?

92,5% de protection avec deux masques

En janvier 2021, les CDC ont donc fait des simulations en laboratoire sur la réduction des fuites d’air avec différents modèles, dont un masque en tissu superposé à un masque chirurgical et un masque chirurgical aux élastiques noués près des bords eux-mêmes repliés vers l'intérieur.

Alors que le masque chirurgical non-noué et le masque en tissu ne bloquent que 42% et 44,3% respectivement des aérosols dispersés par une toux, la combinaison des deux monte à 92,5% de protection. Car le masque en tissu vient plaquer le masque chirurgical sur le visage.

Masque noué ou ajusté

Dans une autre expérience, l'exposition à une personne infectée non masquée est réduite de 83% avec un double masque et de 64,5% avec un masque noué sur le visage ou si un "ajusteur de masque" en plastique est porté sur un masque chirurgical.

"Cela veut dire que ces masques marchent et qu'ils marchent le mieux quand ils sont ajustés et portés correctement", a affirmé Rochelle Walensky, la directrice des CDC, lors d'une point-presse.

En revanche, les autorités sanitaires américaines ne recommandent pas de porter deux masques chirurgicaux ou deux masques FFP2. Car contrairement au masque en tissu, le deuxième masque chirurgical ou FFP2 ne plaquera pas le premier masque au visage et ne le rendra pas moins lâche.

Fortes de ces expériences, les CDC ont depuis actualisé leur information au public sur les masques avec ces nouvelles options. 


Recommandations mises en ligne sur le site des CDC le 10 février 2021.

Un plus grand risque de contamination ?

Mais en France, de telles recommandations ne sont pas à l’ordre du jour. "Porter deux masques couche sur couche peut améliorer la filtration, si les étoffes sont différentes", tissu et chirurgical par exemple, reconnaît l’association française de normalisation (Afnor). "En revanche, cela posera certainement un problème de respirabilité, rendant difficile de supporter le masque" lorsque l’on parle ou que l’on marche, note l’Afnor.

Autre limite, plus problématique : porter deux masques augmente le risque de contamination, selon l’Afnor. Car s’ils sont moins confortables, il faudra les ajuster ou les enlever et donc les toucher s’en s’être forcément lavé les mains. En France, la règle reste donc inchangée : porter un masque bien ajusté, bloqué sur le nez et qui descend jusque sous le menton.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr