1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

Quels sont les liens entre la maladie de Kawasaki et le Covid-19 ?

Depuis le 1er mars, 172 enfants ont développé un syndrome inflammatoire proche de la maladie de Kawasaki. Un enfant de 9 ans en est décédé. Depuis, la communauté scientifique s’interroge sur un possible lien avec le Covid-19.    

Rédigé le

Quels sont les liens entre la maladie de Kawasaki et le Covid-19 ?

Alix, 5 ans, a retrouvé son quotidien d’enfant. Difficile d’imaginer qu’il y a un mois, la petite fille était hospitalisée pour un syndrome proche de la maladie de Kawasaki. Les symptômes ont commencé avec de la fièvre, puis des tâches sont apparues sur ses mains, et sa bouche est devenue soudainement très rouge. “J’étais toute rouge sur la lèvre et puis la langue rouge, explique Alix. J’avais mal au bidon.”  

Une inflammation qui peut entraîner des défaillances cardiaques

Inquiets face à ces symptômes très inhabituels, ses parents l’emmènent aux urgences. Les pédiatres évoquent alors la maladie de Kawasaki. Il s’agit d’une inflammation des vaisseaux qui peut entraîner des complications cardiaques. Alix présente un syndrome similaire. Pour traiter son insuffisance cardiaque, la petite fille est placée 24 heures sous assistance respiratoire en réanimation. 

Un choc pour Christophe, son père : “quand on voit sa fille qui se dégrade au fur et à mesure c’est compliqué… Et puis, la voir après dans un coma artificiel, il n’y a pas de mot pour décrire ce qu’on ressent.” Gwenaëlle, sa mère, ajoute : “On ne m’a pas dit que son pronostic vital était engagé mais la situation était quand même grave. Son cœur se fatiguait.”  

Un possible lien avec une infection au Covid-19?

Alix est prise en charge dans le service de réanimation pédiatrique de l’hôpital de Nancy. A l’époque, il s’agit du 4ème cas évoquant une maladie de Kawasaki. Celle-ci apparait généralement un mois après une infection. En pleine épidémie de Covid-19, les médecins font rapidement le lien avec le coronavirus. 

Le Pr Cyril Schweitzer, pédiatre au CHU de Nancy, explique : “ce qui nous a paru suspect, c’est qu’habituellement, on a entre 5 et 10 cas par an. C’est vrai que là, tous ces patients sont arrivés sur une ou deux semaines, et ça correspondait à peu près à un délai d’un mois après le pic épidémique en Lorraine”. 

Lors de son hospitalisation, les examens ont révélé que la petite Alix a bien été infectée par le coronavirus. Depuis le 1er mars, 172 enfants présentant des syndromes similaires à celui d’Alix ont été recensés par Santé publique France. Dans la majorité des cas, le lien avec le Covid-19 est possible.